Une adolescente ougandaise prodige des échecs

- 10 décembre 2012

Aller chercher un peu de gruau a changé sa vie.

Phiona Mutesi ne pouvait ni lire ni écrire et vivait dans l’une des régions les plus pauvres du monde, Katwe, un bidonville situé aux abords de Kampala, la capitale de l’Ouganda.

Mais un jour, en 2005, alors qu’elle avait 7 ou 8 ans, Phiona a entendu parler d’un programme qui offrait du gruau aux enfants qui étaient prêts à s’inscrire à un cours pour apprendre à jouer aux échecs.

Le programme se déroulait à six kilomètres de Katwe. Ce n’était pas assez pour décourager Phiona. Elle a perdu son père, mort du SIDA, alors qu’elle avait trois ans et elle dormait dans la rue à tous les jours avec sa mère et son frère.

Le long voyage à pied pour un peu de gruau pour sa famille lui apparaissait comme une aubaine.

Elle a fait le trajet à tous les jours, et c’est alors que quelque chose d’extraordinaire s’est produit.

Phiona s’est améliorée dans sa maîtrise des échecs, jour après jour.

Elle a d’abord remporté toutes ses parties contre les enfants qui suivaient le même programme qu’elle, peu importe leur âge.

Plusieurs Ougandais ont alors conseillé à Phiona de ne pas poursuivre le progamme d’échecs: il ne s’agissait pas d’un jeu pour les jeunes filles, lui a-t-on dit, mais pour l’homme blanc.

La petite Ougandaise ne s’est pas découragée et elle a poursuivi son ascension, pour finalement devenir la championne de son pays.

Le programme auquel Phiona participait était l’idée d’un missionnaire réfugié de la guerre civile ougandaise, Robert Katende.

Il voyait dans le jeu d’échecs une manière d’enseigner aux enfants la pensée analytique et la stratégie de résolution de problèmes.

Et des problèmes, l’Ouganda n’en manque pas.

Il s’agit de l’un des pays les plus pauvres du monde. Les données de 2007 placent l’Ouganda au 216ème rang sur 231 pour le Produit National Brut par habitant. Selon les données de la Banque Mondiale, le quart des Ougandais vivent sous le seuil de la pauvreté. En Ouganda, un homme sur quatre et quatre femmes sur 10 sont analphabètes.

En 2009, Phiona Mutesi a commencé à représenter l’Ouganda dans des tournois internationaux. Elle s’est rendue au Soudan, en Sibérie et en Turquie.

Phiona Mutesi n’a pas encore remporté d’honneurs internationaux, mais le programme d’apprentissage des échecs et l’aventure qui en résulte ont changé sa vie.

Elle a appris à lire et à écrire. Elle veut maintenant étudier en médecine et continuer de s’améliorer aux échecs pour atteindre des sommets encore plus élevés.

Son histoire à fait l’objet d’un livre, The queen of Katwe,  inspiré d’un article de ESPN devenu viral sur internet en 2011.

Disney a acheté les droits du récit pour en faire un film.

Phiona Mutesi n’inspire pas juste les gens de son pays, mais le monde entier.

Son succès semble assuré.

Abonnez-vous à cet article

Laisser un commentaire

 caractères disponibles