Des chiffres et des lettres

- 15 février 2012

J’ajoute ici quelques petites précisions supplémentaires au billet précédent (commencez par lui, puis venez à celui-ci).

 

De 1976 à 2009, presque toutes les provinces ont fait des gains nets de revenu par rapport au Québec. C’est la province la plus riche, l’Alberta, qui a le plus creusé l’écart, et c’est la plus pauvre traditionnellement, Terre-Neuve, qui a effectué le plus gros rattrapage. Ce qu’elles ont en commun ? Du pétrole, évidemment.

 

En 2009, un panier identique de biens de base (nourriture, logement, vêtements, transports, etc.) coûtait 5 % de plus en Ontario qu’au Québec et 9 % de plus en Alberta. Mais ces écarts étaient beaucoup plus élevés en 2000. Bref, nous perdons peu à peu notre avantage traditionnel de coût de vie moindre.

 

Oui, le Québec continue à mieux soutenir ses démunis. Nos 20 % de ménages les plus pauvres s’en tirent mieux que ceux, par exemple, de Colombie-Britannique. Nos retards sont chez les autres 80 % et, surtout, en haut de l’échelle des revenus.

 

Une combinaison de causes explique nos problèmes : en moyenne, nous sommes moins nombreux à travailler, travaillons moins d’heures, et chaque heure est moins rémunérée. Le dénominateur commun : la productivité.

Abonnez-vous à cet article

14 commentaires

  1. François Bertrand dit :

    Est-ce que je me trompe ou est-ce que je n’ai pas assez poussé ma recherche:
    Je n’ai rien vu de M. Facal sur le livre de M. Jean-François Lisée, «Comment mettre la droite KO en 15 arguments»?
    Ce livre des plus documentés montre clairement que le Québec se tire bien mieux d’affaire que le prétendent toutes ces savantes études tordues que met servilement en lumière le suave M. Facal, telle cette étude de M.Veilleux, un éminent et militant fédéraliste..
    Étrange que n’aies aucune recherche à faire pour trouver ces «études» montrant comment le Québec va plus mal que le monde entier, M. Facal nous les bombarde presque tous les jours.
    Navrant. Et trompeur.

  2. Lorsque vous dites :

    « De 1976 à 2009, presque toutes les provinces ont fait des gains nets de revenu par rapport au Québec. C’est la province la plus riche, l’Alberta, qui a le plus creusé l’écart, et c’est la plus pauvre traditionnellement, Terre-Neuve, qui a effectué le plus gros rattrapage. Ce qu’elles ont en commun ? Du pétrole, évidemment. »

    Nous avons nous aussi beaucoup de pétrole, à l’Ile d’Anticosti, dans le golfe St-Laurent (Old Harry), en Gaspésie, dans les basses terres du St-Laurent et ailleurs au Québec,

    mais à cause de la loi des mines que le gouvernement Charest est en train de rafraîchir, sans l’améliorer, et qu’il veut absolument faire adopter, au cours de la présente session, au seul bénéfice des exploitants privés et en en retirant que de ridiculement basses redevances,

    sans participation majeure, ni même de participation d’aucune sorte, dans le capîtal d’extraction, de traitement et de transformation du pétrole, comme des autres ressources minérales contenues dans le sous-sol du Grand Nord et de partout ailleurs au Québec.

  3. Joseph Facal dit :

    Mais qui est ce «Veilleux» ? Peut-être Coiteux. Fédéraliste ? Oui, mais est-ce que cela déconsidère son étude ? Si oui, dites-nous en quoi.

    Mon ami Jean-François Lisée ? Il fait suffisamment d’auto-promotion, ce qui est très bien, alors pourquoi en rajouter ?…d’autant que j’avais lu un peu les mêmes choses dans son livre précédent que j’avais bien aimé.

    Voyez-vous, M. Bertrand, c’est trop facile de citer ceux qui pensent comme vous et de déconsidérer ceux d’en face. Ça, c’est de l’idéologie et de l’esprit de meute. Ça ne m’intéresse plus beaucoup.

    Oui, M. Pelletier, il semblerait qu’il y a du pétrole au Québec, mais on ne veut pas aller le chercher. Il y a même du monde qui trouve que c’est une mauvaise nouvelle. Enfin…

  4. En plus de voir mes recherches confirmées par celles de Richard Le Hir, ex-ministre des années 90, relativement à la main mise sur nos richesses natrurelles de grande valeur par la famille Desmarais et leurs entreprises, dont Power Corporation, j’apprends avec consternation aujourd’hui que si Hydro-Québec avait pu acquérir les actifs de production d’électricité du Nouveau Brunswick, Hydro serait devenue une corporation canadienne tombant sous la juriction du gouvernement fédéral et que conséquement notre fleuron de la production et distribution d’électricité aurait pu facilement être acquis par la cie d’utilités publiques Suez de France dont la famille Desmarais est un important actionnaire via Pargesa.

    Je réalise que Jean Charest, qui a orchestré tout ça sous les conseils des Desmarais, père et fils à n’en pas douter, ses patrons depuis longtemps en quelque sorte, aura finalement réalisé, depuis 2003, soit en moins de dix (10) ans, ce que Lord Durham et ses successeurs anti-francophones n’auront pu réaliser depuis 1840, soit :

    1) contribuer à noyer le fait français à Montréal et commencé à le faire en région.
    2) endetter rapidement le Québec au-delà de ses besoins,
    3) bradé les richesses naturelles du Québec pour moins que rien, ou presque, au seul profit d’entreprises privées invitées, c’est-à-dire auxquelles Jean Charest et ses collaborateurs auront ouvert toutes grandes les portes des sites d’exploration et d’exploitation minière, pétrolifères et des autres richesses naturelles du Québec.

  5. Éric Bourque dit :

    M. Pelletier, et tout cet appareil gras qu’est Hydro-Québec pour un dividende de combien par année au juste? Même pas 2 milliards $. Ça ne pèse pas beaucoup sur le budget total de la province. C’est le cinquième de ce que nous coûte annuellement les intérêts de la dette.

  6. Victor Beauchesne dit :

    M. Lisée a fait grand état que nos 20 % de plus pauvres Québécois ontt des revenus en moyenne environ 8-900 $ p.a.de plus que ce même groupe aux USA. Ce qu’il ne mentionne jamais c’est que l’autre 80 % traînent loin loin derrière les Américains de l’ordre de 17 000 $ p.a. en moyenne.

    M. Lisée a-il peur de sortir sa calculatrice:

    population québécoise (arrondissons) 8 000 0000

    gain du 20 % de pauvres 1 600 000X 800 $ = 1 280 millions $
    perte de riches 6 400 000 X 1 700 $= 108 800 millions $

    Solde net 107 592 millions $ ou 13 449 $ par habitant. M. Lisée est très habile, il peut transformer un déficit de 13 449 $ p.a. et par habitant en un triomphe de la  »gauche efficace » et donc mettre la droite KO.

  7. Victor Beauchesne dit :

    correction:

    perte de riches 6 400 00 X17 000 $ = 108 800 millions $

  8. Orletan Montigny dit :

    Mr. Francois Bertrand,
    J’ai failli craché mon café sur mon clavier en lisant votre commentaire! Permettez-moi d’expliquer. Les economistes, les investisseurs, les banquiers et les créanciers du Québec et d’ailleurs font unanimité: ca va assez mal au Québec. Sommes nous en pleine dégringolade? Pas tout a fait, mais sachez que nous sommes classés parmi les plus endettés ‘nations’ de l’occident! Mettons qu’entre l’Allemagne et la Grèce, on est la Grèce.

    Lisée est pratiquement SEUL dans son camp. Sa crédibilité parmi les gens du milieu est quasiment nul. En dehors du Québec il est inconnu. Tout les matériaux que Mr. Lisée produit supportent ses convictions politiques.
    Je vous en prie Mr. Bertrand! Wake up and smell the coffee!

    N’oubliez pas, Lisée c’est un sociologue-historien avant tout. (sauf peut-etre son travail comme conseiller au PQ)

  9. seb dit :

    @orletan Montigny

    Notre endettement, bien qu’élevé, est dans la moyenne des pays de l’OCDE. Lisee base ses analyses sur les chiffres de Pierre Fortin et de Cirano. Je suis d’accord qu’il ne prend que ceux qui font son affaire mais ne pensez pas qu’eric Duhaime fait autrement…

  10. Orletan Montigny dit :

    Merci de votre réponse Seb. Je prends conscience du fait que Duhaime est dans un camp. C’est pour ca que je regarde souvent en dehors du echo chamber Québécois pour mes infos :P

    Interessant que tu mentionnes cette stat de Lisée. Je trouve c’est justement un exemple ou – quoique c’est vrai qu’il cite les vrais chiffres – il essaie quand meme de peindre Québec de facon bien trop optimiste… j’explique

    Les gens vont se dirent  » OCDE ca sonne développer pas mal!’ c’est vrai que c’est des pays hautement développer. Mais regarde comme il faut quels pays figurent parmi cette liste:
    - Grece
    -Turkie
    - Portugal
    - Mexique
    - Pologne
    - Slovénie
    - Létonie

    J’ignore les niveaux d’endettement de certains mentionnés ci-dessus, mais je sais que Grece a elle seul doit faire chuter la moyenne pas mal (ainsi que Portugal) et, sans rancune envers les autres pays, c’est pas une liste très  »sélect’ mettons. (bien sur il y a le Canada, US, Japon qui y figurent également)

    Mon point: Lisée dit etre tanné de se faire dire  »on est poche, on est paresseux, etc » et donc il cherche a illustrer a quel point le Québec est fort en nous comparant a des pays ‘corrects’.
    Moi je vais continuer a dire qu’on est poche jusqu’au moment ou on est parmi les plus forts! Pas question de visez le milieu des pays développés! Voyons, on est dans le nord après tout avec de l’hydro-élec qui nous sort des oreilles! Je vise la Scandinavie. Je vise… euh… le Canada comme benchmark.

    Lisée vise le médiocre pcq’il est tanné de se faire dire qu’on est poche? Un nationalisme moche a mon avis :(

    Seul truc qui me dérange c’est que Lisée sais bien quels mesures il emploi pour ses publications. Il veut faire croire qu’on est excellent mais il sait très bien qu’on est moyen/peu faire mieux.

  11. Plus j’analyse la loi des mines et son présent  »projet de semblant de réforme », plus je fais de recherches sur les permis d’exploration et d’exploitation accordés à ce jour, depuis 1985 et surtout depuis 1995 et davantage depuis 2004 et 2006-2008,

    en notant bien les cadeaux royaux offerts sur un plateau d’argent par Jean Charest à la famille Desmarais, cadeaux que plusieurs avaient pressentis et vus venir,

    soit, entre autres, une réserve d’Au Moins 30 Milliards de barils de pétrole de schistes de bonne qualité – les sables bitumineux d’Alberta contiennent 170 milliards de barils de pétrole de mauvaise qualité – que l’Hydro- Québec à fait à Pétrolia, il n’y a pas très longtemps, une cie montée de toutes pièces, à partir de rien, contrôlée par les Desmarais, par personnes et par cies interposées, avec le concours de monsieur Plessis-Bélair, vice-président de Power Corporation et membre du conseil d’administration d »Hydro Québec, sous le fallacieux prétexte qu’il n’y avait pratiquement pas de pétrole exploitable sur l’Ile d’Anticosti,

    le même jeu avec Corridor Resources qui détient les permis sur la partie québécoise du gisement Old Harry, qui jouxte celle de Terre-Neuve, dans le Golfe du St-Laurent, et pour Junex surtout, en Gaspésie et dans les basses terres du St-Laurent,

    plus je constate que le peuple du Québec s’est fait subtiliser, c’est le mot, ses droits d’exploitation sur ses plus importants gisements de pétrole,  »officiellement » découverts à ce jour, de réservoirs souterrains de gaz naturel, de gisements de gaz (naturel) de schistes, ses métaux et autres ressources et richesses naturelles de très grande valeur.

    Je n’en reviens pas que le Québec se soit littéralement fait voler ses richesses naturelles de la plus grande valeur par la famille de Paul Desmarais Sr, aidée de collaborateurs recrutés à l’ex Soquem, à l’ex Soquip, dans des ministères gouvernementaux concernés et à l’Hydro-Québec et par des dirigeants politiques québécois, dont Jean Charest, leur meilleur serviteur au Québec, celui qui leur a ouvert toutes grandes les portes et leur a permis de faire carrément main mise sur nos richesses naturelles.

    Plusieurs connaissent les importants intérêts financiers mondiaux de la famille Desmarais, mais qu’ils vident littéralement le Québec de ses ressources, pratiquement à leur seul profit, c’est le comble.

  12. Gilles dit :

    Comment se fait-il que nus soyons si pauvres Victor sitant il soit vrai que vos calculs savants soie justes?

    Après tout ne vivons-nou pas dans le Canada ? Est-ce à dire que le Canada ne favorise pas une répartition équitable de la richesse collective ?

  13. Gilles dit :

    Monsieur Montigny, je pense qu’il faudrait écrire que les investisseurs, les banquiers et les créanciers du Québec et d’ailleurs «sont unanimes».

    L’expression «font unanimité» ça ne veut rien dire si vous permettez. Comme cet autre exemple «faire du sens» que l’on voit souvent mais qui n’est qu’une traduction littérale.

  14. Jippy dit :

    Qu’avons-nous pour payer la dette? Qu’est-ce qui engendre de la richesse (salaires payés)?
    Hydro, quelques alumineries, l’avionnerie (époque Mulroney).
    Nos forêts surexploitées sont en dormance pour 40 ans.
    Défense d’exploiter le sous-sol: trop dangereux pour la santé.
    Ne pas toucher aux rivières: c’est sacré!
    L’agriculture? Faut avoir la vocation de célibataire! Les femmes ne veulent rien savoir de ce mode de vie.
    Il nous reste les Artistes et la Fonction publique au sens large, sans oublier les chauffeurs d’autobus qui gagnent plus cher que chaque client qui utilise le service.
    Plus haut taux de syndicalisation au monde: 40%
    Répartition équitable de la richesse?

Laisser un commentaire

 caractères disponibles