«ASSÉ» d’enflures verbales!

- 13 décembre 2012

Le représentant de l’ASSÉ (dont faisait partie la CLASSÉ) a dénoncé le néo-libéralisme du gouvernement du Québec. Je trouve cette déclaration tout à fait ridicule, tout autant que ce l’était quand le gouvernement libéral était étiqueté, lui aussi, néolibéral. Le gouvernement de Jean Charest était certes libéral, mais pas néolibéral!

Le débat politique nous amène à critiquer les adversaires, mais il exige toutefois de la rigueur. Or je constate que certains protagonistes, tant à gauche qu’à droite, utilisent plutôt l’enflure verbale pour tenter de convaincre.

Comment, par exemple, qualifier de néolibéraux les récents gouvernements du Québec alors que l’État joue un rôle majeur dans notre société? Faut-il rappeler que le néolibéralisme vise à réduire de façon importante le rôle de l’État, sinon à éliminer plusieurs de ses fonctions? Peut-on faire une telle affirmation ici au Québec quand l’État est un joueur majeur dans l’économie, quand les frais de scolarité sont les plus bas en Amérique du Nord, quand le coût des CPE est à 7 $ par jour et où existe l’assurance médicament, etc. ?

J’ai par ailleurs fait face à des critiques tout aussi loufoques quand j’étais le chef du Bloc Québécois. Certains nous accusaient de gauchisme sans se rendre compte que le Bloc a été le premier parti à proposer un traité de libre-échange avec la Communauté économique européenne, que le Bloc a appuyé deux budgets du gouvernement Harper parce que ces budgets répondaient à nos demandes et à celles du Québec, que nous rencontrions le Conseil du Patronat chaque année ou presque, etc. D’ailleurs, aucune plate-forme électorale du Bloc ne fut plus à gauche que celles du PQ, y compris du temps où ce parti était dirigé par Lucien Bouchard.

Mon propos n’est pas à savoir qu’il faut cacher les désaccords, ni s’abstenir de tenir des débats musclés, mais bien plutôt que l’on doit le faire avec rigueur. Sinon, on en vient à parler du génocide des baleines, à traiter Harper (que j’ai combattu) de fasciste, à parler de nettoyage ethnique au Québec! Cela banalise les véritables débats, nécessaires en démocratie, et empêche d’identifier les problèmes auxquels nous sommes collectivement confrontés.

L’impressionnisme est plus spectaculaire que la rigueur, mais en politique, il est surtout plus dangereux.

Abonnez-vous à cet article

30 commentaires

  1. Mario Dumontier dit :

    Bien d’accord.

  2. Fleur H. dit :

    Je crois que les jeunes de l’ASSÉ ne savent pas ce que le mot veut dire. On blâme les anglophones parce que le français est supposément en recul. Ne pourrait-on pas donner des cours de français adéquats dans nos écoles. Quand je vois ces jeunes déblatérés à peu près n’importe quoi c’est décourageant. Le Gouvernement du Québec est loin d’être néolibéral. C’est tout le contraire. Avec le printemps érable on a réalisé que les jeunes disent à peu près n’importe quoi. On a réalisé qu’ils ne connaissaient pas trop l’histoire non plus en comparant M. Charest à Hitler. C’est à se demander ce qu’ils aprennent à l’école. Je ne sais pas s’il y a un moyen de corriger cette situation parce que de tels propros ne devraient pas exister. On peut faire des débats sans se jeter dans l’enflure verbal.

  3. François 1 dit :

    Avouez que la dénonciation de l’enflure verbale de la part de Gilles Duceppe, l’un de ceux qui y a eu le plus recours durant ses années à Ottawa est plutôt…truculent non?

  4. danny mansour dit :

    moi itou

  5. François Côté dit :

    Bien d’accord également.

  6. Serge Montambault dit :

    ASSÉ de François 1, Danny Mansour , François Côté etc…

  7. Pascal Engel dit :

    Evidemment , ce que les etudiants apprennent a l’ecole ce n’est pas du francais. Du moins c’est se qu’on constate en lisant leurs temoignages ecrits.

  8. Serge Beauchemin dit :

    SVP. apportez des exemples d’enflures verbales de M.Duceppe pour que vos dires aient un certain poids.

  9. M.Latour dit :

    Les représentants des carrés rouges étaient plus articulés et plus éloquents. En fait ils étaient probablement des étudiants exceptionnels dans le sens que ce n’est pas n’importe qui qui va pouvoir les épauler. Allez, … à vos livres camarades!

  10. Antoine Doyon dit :

    Nous devrions d’abord reconnaître que le Néolibéralisme est un concept trompeur. En fait, nous devrions plutôt parler d’un retour au libéralisme d’avant le New Deal des années 30. Je pense que, depuis les années 80 tout parti confondu, nous assistons à une réduction de la part de financement publique. Nous relayons ainsi la facture au privé et au usagés. Cela à des conséquences assez important sur l’indépendance des institutions et sur l’égalité des chances.

  11. Annie Claude Bélisle dit :

    À la lecture des commentaires qui critiquent la maîtrise de la langue française chez les jeunes, on ne peut que constater que le problème n’est pas spécifique à la génération du printemps érable!

  12. Stéphane Thellen dit :

    Si enflure verbale il y a, c’est bien dans ce texte où il est moins question d’approfondir le caractère historique et sociologique du néolibéralisme en occident depuis les années ’80 que de stigmatiser l’ASSÉ. Décevant et pouvait-on s’attendre à autre chose que de ce politicien aigri?

  13. Arnaud Grégoire dit :

    Je crois que l’utilisation du terme « impressionniste » est tout à fait biaisée ici. « L’impressionnisme est un mouvement pictural français né de l’association de quelques artistes de la seconde moitié du XIXe siècle. ». Comique de faire une erreur aussi grossière dans un texte sur « l’enflure verbale ».

  14. David Beaulieu dit :

    J’en ai vraiment mare de voir des gens bénéficier d’une tribune et qui ne font que nous pondre que des âneries pareil! Rien de constructif ni d’exemple solide tout en nous passant un message vide. Dans le fond c’est parler pour ne rien dire. Ce n’est encore une fois qu’une façon de détourner le débat! Car il n’est pas là! En plus, venir se vanter qu’on est pour le libre-échange, comme si c’était une bonne chose… Le libre-échange fait disparaitre les frontières, à un certain niveau, et encore et toujours, ne profite qu’à une minorité, tout en saignant à blanc les petits de l’industrie. Sérieusement j’aimerais connaître votre réelle mandat car de toute évidence celui que vous tenter nous faire croire, ne l’est pas! Comme si une assemblé nationale avec des élus était gage de démocratie… La vrai démocratie est une assemblé citoyenne participative M. Duceppe et non des pseudo représentant du peuple. Qui vote et décide à la place du peuple parce que n’oublier pas que la démocratie est le pouvoir au peuple et non à une clic travaillant pour l’élite. En terminant savez-vous ce qui différencie les différent partie politique? Seulement la couleur dont ils colorent leur marde. Une couleur différente sa peut être plus attirant, mais au bout de la ligne, de la marde c’est de la marde!

  15. David Davidson dit :

    @David
    La démocratie directe est aujourd’hui possible, mais peut-être pas désirable. On pourrait toujours avoir une république, comme les É-U.

  16. Karl Poitras dit :

     »Du moins c’est se qu’on constate en lisant leurs temoignages ecrits. » Par Pascal Engel

    C’est CELA que l’on constate…

    Quand on sait pas écrire soit même on se garde une petite gêne de critiquer les autres…

  17. Martin P. dit :

    « de stigmatiser l’ASSÉ »

    Oh qu’ils ont la couenne sensible ces étudiants. À la moindre critique ont est « stigmatisé »…

  18. Philippe dit :

    Le néolibéralisme, il me semble, n’est pas exclusivement une réduction de l’état, mais s’applique aussi à la manière que l’on gère celui-ci. C’est à dire qu’il y a une tendance clair à vouloir administrer l’état tel qu’on le ferait dans le privé. En ce qui nous concerne ici, rendre les université plus compétitive en les rendant de plus en plus concurrentes, en investissant des sommes énormes pour leur publicité, en investissant dans du béton attrayant, etc.

    Bien que l’ASSÉ ait effectivement tendance à simplifier, réduire le concept du néolibéralisme à une phrase est aussi une belle prose sans grande signification.

  19. Drako dit :

    L’assurance médicament est une vraie farce en passant.

    —————-

    Vous avez écrit un bon texte sauf peut-être pour le mot « impressionnisme » qui est mal utilisé dans votre phrase. À vrais dire ce mot n’est pas à sa place dans cette phrase.

    Vous avez bien raison à ce sujet, j’ai réalisé ce que vous dites quand j’ai commencé à participer dans les blogues et je peux vous dire ce que vous dites dans votre texte devient de plus en plus pire de jour en jour.

    Juste à lire les commentaires des blogueurs dans le blogue d’un certain chroniqueur en est assez pour décourager un individu rationnel ou encore tout simplement lui faire arracher les cheveux de sur sa tête seulement en lisant deux ou trois commentaires au gros maximums.

    Puisqu’on parle d’enflure verbale et des qualificatifs loufoques il y a une autre chose qui me tombe sur les nerfs à tout coup dans les débats et c’est le fameux « oui, mais lui l’a fait et en plus pire, faque…. » Tout un argument monsieur.

  20. Rick dit :

    @David Beaulieu,

    Vous avez gagné un voyage en Coré du Nord. Bravo pour votre marde.

  21. Rick dit :

    Excellent billet Mr Duceppe.

  22. Max Poing-Nommé dit :

    Quelqu’un se souvient que ce « blogger » a commencé sa carrière politique au Parti Communiste Ouvrier?

  23. Au moins une chose est claire dans ce blog: le Bloc québécois et le Parti Québécois ne sont pas de gauche!

  24. Drako dit :

    « Au moins une chose est claire dans ce blog: le Bloc québécois et le Parti Québécois ne sont pas de gauche! »

    Ouin ils sont plutôt de centre.

    Ça va faire bien de la pépeine à bien du monde :-(

  25. Serge Grenier dit :

    Selon WIkipedia
    «À partir de Michel Foucault, le néolibéralisme est alors présenté comme une technique de gouvernement, une politique économique et sociale étendant l’emprise des mécanismes du marché à l’ensemble de la vie.»

    Le gouvernement de Jean Charest était néolibéral. Celui de Pauline Marois aussi.

    Oui, l’État joue un rôle majeur dans notre société, mais quand on constate les doubles nominations et les doubles rénumérations accordées par le PQ à ses chouchous, il faut bien admettre qu’il joue exactement de la même façon et pour les mêmes raisons que l’entreprise privée.

    Alors, on toute rigueur, on peut le qualifier de néolibéral.

  26. Gilles Laplante dit :

    @ François 1
    Votre commentaire a fait ma journée.
    Cependant celui de monsieur Duceppe est juste.
    Comme j’aime à le répéter: Quand un individus est élu, il laisse son cerveau à la porte du parlement. Il ne le reprend qu’une fois qu’il démissionne ou qu’il est battu.

  27. Charles Carrier dit :

    Le néolibéralisme ne correspond pas à une forme particulière de structure étatique. Le néolibéralisme est une tendance politique lourde, qui correspond non seulement à un désinvestissement de l’État et à une diminution des services publics, mais également à l’arrimage du politique aux impératifs de l’économie de marché (incluant le culte du libre-échange).

    La diminution du fardeau fiscal du secteur privé, l’abolition de la taxe sur le capital, les hausses tarifaires sont toutes des mesures néolibérales mises de l’avant par le gouvernement Charest.

    À vous lire, monsieur Duceppe, pour être néolibéral, il faudrait militer pour la privatisation des garderies et du système de santé. C’est donner au concept une définition bien étroite. Le néolibéralisme désigne simplement le discours économique dominant depuis 30 ans. Ce n’est pas une position « extrémiste », c’est la tendance lourde du tout-au-marché et du désengagement de l’État.

  28. David T dit :

    Ah oui le PQ, le parti qui était contre l’exploitation pétrolière pis maintenant c’est moins clair. Attendez le PQ, le parti qui voulait hausser les redevances pis finalement ne l’a pas fait.

    Le PQ qui s’engage dans l’austérité juste pour être sûr de garder le pouvoir pour 1 an de plus.

    Peut-être pas complètement néolibéral. mais quand même affairiste et opportuniste

  29. L. Boivin dit :

    Quand on apprend que 49% des étudiants qui ont passé un test de compréhension linguistique n’ont pas atteint 83% …alors il ne faut pas se surprendre que les mots soient galvaudés.

  30. lemoutongris dit :

    Les gens de l’ASSÉ/CLASSÉ sont des communistes. Tout ce qui est à droite d’eux est de l’extrême droite ou, s’ils sont plus polis, du néolibéralisme.

    Force est de cosntater qu’ils n’y connaissent rien. Dans les 50 dernières années, on peut compter le nombre de budgets durant lesquels la dette publique a diminué sur les doigts d’UNE main

    « Oui, l’État joue un rôle majeur dans notre société, mais quand on constate les doubles nominations et les doubles rénumérations accordées par le PQ à ses chouchous, il faut bien admettre qu’il joue exactement de la même façon et pour les mêmes raisons que l’entreprise privée. »

    Ça s’appelle « crony capitalism », PAS capitalisme ou néolibéralisme

Laisser un commentaire

 caractères disponibles