Hydro-Québec : La véritable contribution aux recettes de l’État

- 23 février 2012

Est-il possible que les fanatiques et farouches partisans de la privatisation d’Hydro-Québec arrêtent de tromper la population, en limitant la contribution d’Hydro-Québec aux coffres de l’État au seul dividende de 2 milliards versé en 2010? Un principe comptable de base généralement reconnu (même si certains m’accusent de ne pas savoir compter, etc, etc.), recommande de consolider le bénéfice net d’Hydro-Québec de 2,5 milliards$ réalisés en 2010 aux revenus de l’État, et non le dividende versé car Hydro est une filiale contrôlée à 100% par l’État. En fait, Hydro génère un autre 1,1 milliard$ à Québec en impôts et taxes de toutes sortes déduits de son profit en tant que charges d’exploitation. Pour le vérifier, il faut simplement consulter la note 5 aux états financiers intitulée «Taxes» et la note 6 libellée «Frais financiers».

 

Alors que Québec et Ottawa réduisent généreusement les impôts et les taxes des compagnies privées, tout en les subventionnant de façon démesurée, ils ne se gênent aucunement de taxer toujours plus les sociétés d’État. Par exemple, en 2010, Hydro a versé à Québec 561 millions$ en redevances hydrauliques, 262 millions$ en taxes sur les services publics, 51 millions$ en taxes sur le capital et, tenez-vous bien, 183 millions$ en frais de garantie du gouvernement aux titres d’emprunt d’Hydro alors que dans les faits c’est Hydro qui garantie la cote de crédit du Québec; c’est plutôt Hydro qui devrait facturer le gouvernement du Québec. En bout de ligne, ce sont les consommateurs qui paient pour toutes ces taxes qui réduisent artificiellement les profits d’Hydro. Ainsi, on dénature la véritable mission d’Hydro-Québec de manière à en faire la vache à lait du gouvernement et en faisant payer les consommateurs par de généreuses hausses de tarifs continuelles.

 

Faut bien que la population et Hydro fassent leur part si l’on veut que le Québec demeure l’endroit en Amérique du Nord qui taxe le moins les entreprises et qui les subventionne le plus, soit 6 milliards$ par année, auxquels il faut ajouter un autre 3 milliards$ pour subventionner les tarifs bonbons d’électricité aux alumineries, parole de Claude Garcia de l’Institut économique de Montréal et de l’Institut Fraser : «Le Québec, royaume des subventions» (La Presse, 28 novembre 2009). En passant, l’Ontario verse 3 milliards$ annuellement en subventions au privé contre 9 milliards$ au Québec. Voilà la face cachée du véritable modèle québécois et de ses vaches sacrées consacrées aux assistés sociaux corporatifs qui, par contre, exigent moins d’État et moins de services sociaux pour le monde ordinaire.

 

Donc, si on prend le bénéfice net d’Hydro-Québec de 2,5 milliards$ généré en 2010, auquel on ajoute 1,1 milliard$ en taxes et impôts de toutes sortes, et les 3 milliards$ consentis de force aux alumineries en bas tarifs d’électricité, on est rendu mes amis à 6,6 milliards$ au titre de contribution de cette merveilleuse société d’État au Trésor québécois. D’ailleurs, il faudrait que les 3 milliards$ accordés aux alumineries en tarifs à rabais chaque année soient comptabilisés dans les comptes du gouvernement à titre de subventions et non imputés et réduits des profits d’Hydro afin de connaître ses résultats réels. Que dire du titre de cet article du Devoir du 24 janvier 2002 : «Contrairement au gouvernement Landry, Hydro-Québec estime peu rentable les projets d’aluminerie». À ce sujet, les péquistes et les libéraux se rejoignent.

 

Et si on privatisait Hydro-Québec, est-ce que Hydro-Québec privé ferait un tel cadeau aux alumineries? Non, il reviendrait à l’État québécois de subventionner directement à l’avenir les alumineries à raison de 3 milliards$ par année, ce qu’omettent de mentionner les tenants de la privatisation d’Hydro-Québec qui n’en tiennent jamais compte dans leurs petits calculs tronqués. Vous vous demandez peut-être d’où proviennent mes chiffres de 3 milliards$ versés aux alumineries? Si je vous dis qu’ils viennent de l’Institut économique de Montréal?: «Nourrir les alumineries coûte 2,5 milliards par année» (La Presse, 3 février 2009) auxquels il faut ajouter un autre petit 500 millions pour les nouveaux projets subventionnés d’Alcoa (La Presse, 8 août 2011) et d’Alouette (La Presse, 1er novembre 2011).

 

Hydro-Québec génère beaucoup plus, en fait, dans les revenus de l’État chaque année de ce que les 300 000 entreprises faisant affaires au Québec paient en impôts sur le revenu (3,5 milliards$). Ne me sortez surtout pas l’argument hypocrite que les compagnies paient aussi des taxes sur la masse salariale, Hydro aussi en paie et je n’en ai pas tenu compte alors qu’il est un très gros employeur. De plus, ces taxes sont dans les faits des assurances : emploi, santé, accidents de travail que les compagnies paient à l’État pour s’assurer. C’est drôle, lorsque les entreprises les paient au privé, comme aux Etats-Unis, on parle alors d’assurance-maladie mais quand c’est l’État qui rend ces services à moindre coût, le patronat parle alors de taxes… la Chambre de commerce et le Conseil du patronat vont perdre en crédibilité pour ce manque de sérieux.

 

Et puis faudrait ajouter beaucoup d’argent perdu par Hydro chaque année du fait que les gouvernements ont obligé, encore une fois, la société d’État à donner, souvent à des amis des partis politiques, des gros cadeaux sans aucun risque et ne nécessitant aucune expertise aux frais des contribuables par le biais de petites centrales d’électricité, comme le laisse voir clairement le titre de cet article : «Hydro admet qu’elle perd beaucoup en achetant de l’électricité privée» (La Presse, 18 mai 1995). Des barrages cédés à de petits opportunistes de premier ordre comme les frères Lemaire, propriétaire de Boralex et de la papetière Cascades.

 

Et la privatisation d’Hydro-Québec en catimini et à grande vitesse s’est poursuivi avec l’éolien donné entièrement aux arrivistes : «Hydro-Québec. Les éoliennes soufflent les tarifs vers le haut» (Le Devoir, 10 décembre 2011). Alors que le gouvernement Charest a interdit à Hydro-Québec de se lancer dans le domaine prometteur de l’éolien (et du gaz et du pétrole devrions-nous ajouter), c’est la société d’État française Électricité de France (EDF) qui a récolté plus de la moitié des 2000 MW de l’appel d’offres d’Hydro en énergie éolienne. Cherchez l’erreur! Ça n’a aucun bon sens. Alors que Charest empêche notre propre société d’État de se lancer dans l’éolien, il en cède des pans entiers à la société d’État française EDF et à des petits profiteurs d’ici comme Gaz Métro et Boralex de la famille Lemaire qui s’y connaissent autant en énergie qu’en physique nucléaire ou en métaphysique. Pas besoin des autres pour se «coloniser» toujours plus au Québec, nos politiciens corrompus le font très bien eux-mêmes.

Abonnez-vous à cet article

21 commentaires

  1. SergeCôté dit :

    Excellent papier Léo-Paul, dire qu’il y a des gens qui voudraient que l’on privatise Hydro Québec ! Ces gens sont probabloement ceux qui seraient prêts à acheter…….

  2. sergio dit :

    et vlan dans les dents…Ont appelle cela de la corruption institutionalisée!!!!!!!Normal…..Toute est toujours légal ….Évidemment!!!!

  3. Daniel Martel dit :

    Monsieur Lauzon merci !
    Voyez-vous, il est là le probème de la corruption, collusion et scandale. Devant nos yeux comme vous le dites si bien nos politiciens corrompus le font très bien eux-mêmes. J’espère que madame Charbonneau saura vous lire. Je crois qu’elle aura beaucoup de matérlel.

    Monsieur Lauzon santé et merci.

  4. MYRIAM RIVARD dit :

    JE PENSE QUE VOUS DEVRIEZ,,,

    En parler à Mario Dumont, et son acolyte éric Duhaime, qui en a fait son cheval de bataille. Il a de bonne idée, ce petit Dumont mais vendre Hydro à des intérêts privés, il ne doit sûrement pas comprendre ce qu’a Hydro dans la vie des québécois et dans la vie financière du gouvernement.

    Il est vrai que voir travailler les employés de l’Hydro sur le terrain, cela donne mal au ventre. Donnez des bonus aux employés sous tioutes sortes de prétextes alors que partout les compagnies coupent, cela donne mal au ventre aussi.Mmais guérissons le mal de ventre sans tuer le patient serait idéal.

  5. Victor Beauchesne dit :

    De la pure foutaise, encore,

    Si Hydro-Québec était une société privée, elle n’aurait pas plein de ronds de cuir qui gagnent plus de 100 000 $ à ne compter les mois qui leur reste pour recevoir leur belle pension indexée à vie dès l’âge de 55 ans durant leur épuisante semaine de travail de 32 heures. Elle n’aurait pas les ratios d’employés vs revenus les plus élevés en Amérique non plus. Elle ne serait plus un énorme éléphant blanc obèse et inefficace qu’elle est devenue après plus de 50 ans de culture d’emploi à vie. Elle ne compterait pas les seuls ingénieurs syndiqués au Canada non plus.

    Comme sa consoeur, la SAQ, elle paie ses employés beaucoup plus que le marché avec des conditions tellement généreuses qu’il y a des listes d’attente énormes pour y accéder comme employé. Dans le cas de la SAQ cette attente serait d’environ 14 ans. Où ailleurs qu’au paradis de la sociale-démocratie du Québec existe-t-il une attente de 14 ans pour un job de commis-caissier ?

  6. alain dallaire dit :

    Pis ca continu les p’tits secrets

    Hydro-Québec – Le contrat d’Arcelor-Mittal restera secret
    La société d’État refuse de dévoiler l’entente avec la minière comme le réclame le PQ
    Alexandre Shields 23 février 2012 Québec
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/343420/hydro-quebec-le-contrat-d-arcelor-mittal-restera-secret

    Pis encore
    La présidente du Conseil du Trésor, Michelle Courchesne, déposera un projet de loi aujourd’hui à l’Assemblée nationale qui doit appliquer le résultat de négociations tenues secrètes entre le gouvernement et les associations représentant ses cadres

    http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201202/22/01-4498516-quebec-sentend-avec-ses-cadres.php

    On devrait faire une autre commission d’enquête pour savoir le role du gourvernement dans la societe.

    Pourquoi que le Québec a un si gros déficit ?
    Le contribuable ne paie pas assez d’impot faut croire.
    Continuons a subventionner le québec inc a la place d’aide la classe moyenne d’avoir une retraite décente,d’avoir des soins médicaux efficaces,d’avoir des écoles salubre)

    Coudonc c’est quoi le role du gouvernement.(De donner nos ressource,Jouer a Cachette,Privatiser l’état pour enrichir les pdg de québec inc)

    Aide le peuples ou le québec inc.

  7. Jean Babin dit :

    Je ne veux plus de lire le blogue de Lauzon, je m’enrage à chacune de ses chroniques. S’il devenait amusant de lire les Duhaime, Martineau, JJ Samson, Eralby, en fait quasiment tous les noircisseurs de papier à Desmarais-Péladeau, avec Lauzon ça devient du sérieux. Les mêmes depuis un quart de siècle, même plus besoin de lire leur oeuvre, le titre suffit pour comprendre quels propos ils vont répéter. Après 25 ans, c’est sûr, on n’a plus grand chose à dire.

    Est-ce que quelqu’un quelque part chez Québécor s’est rendu compte que la médiocrité intellectuelle comme marque de commerce limite grandement l’opportunité de s’adresser à une frange importante des lecteurs.

    Bravo Lauzon, je continue à vous lire même si j’enrage.

  8. MICHEL BORNAIS dit :

    Merci prof. Lauzon,

    À quand une petit exercice semblable sur le cas de la centrale nucléaire de Gentilly et sa béquille, Suroit 2, la centrale au gaz naturelle de 1.4 millards de Trans Canada Energy qui dort dans les boules à mites depuis environ 5 ans et qui coûte plus d’une centaine de millions par année à Hydro-Québec pour non respect du contrat d’achat de sa production d’électricité par Hydro-Québec.

    Selon le maire Richard, le bien-nommé, cet éléphant blanc chierait de l’or sur sa paroisse avec ses 800 jobs permanentes grassement rémunérées. Alors ma question est : d’où vient donc autant d’or si Gentilly 2 n’est pas la fameuse pierre philosophale qui a fait rêver tant d’alchiniste?

    Les médias, les écolos promeneux de pancartes et les politiciens sont assez discrets à ce sujet même si toute l’information est du domaine public. Remettre en question 800 jobs grassement payées (dixit Maurice Richard), ça risque de donner toute une extinction de voix.

  9. jean yable dit :

    Merci M. Lauzon,

    Vos écrits ont le mérite d’être facilement lu par un lecteur normal n’ayant pas étudié au HEC.

    Je n’ai jamais souscris à l’idée de vendre HQ, par contre j’aimerais que celle-ci soit un peu mieux protègé de l’avidité politique et partisane, que les projets soit étudié d’un point de vue du dévellopement ou de la rentabilité plutot que du coté politique, que les règles comptable qui régissent les compagnie privé soit aussi appliqué a nos sociètés d’état, ne serait-ce que pour avoir un comparatif sans les lunettes déformantes du gouvernement.

  10. Jose Dubois dit :

    Les chiffres peuvent dire n’importe quoi selon celui qui les aligne. L’important est que si la société d’état, tout comme la SAQ par exemple, était gérée de manière privée, la profitabilité serait plus grande et le coût du produit réduit. Rien de magique, seulement une gestion plus serrée, des salaire et avantages sociaux plus conformes à ceux du secteur privé, des investissements mieux ciblés et une structure tarifaire plus compétitive. Il est clair que le Québec serait aussi riche que l’Alberta aujourd’hui si le mégawatt s’était toujours vendu au prix du marché pour tout le monde. La gestion est toujours la grande faiblesse du domaine publique. Évidemment, on gère l’argent des autres.

  11. tout les partis politique veulent augmenter le prix de l’electricite aux contribuable et la reduire aux multinationale tout penche sur le meme cote a long terme ont ne pourrat plus ce payer de service colectif ont vas etre etouffer par les taxes de toutes sortes et augmentation du prix des services deja acquit .C’est pour ca qu’ont essait de faire passer les leo paul de ce monde pour des huluberlus

  12. Alfonso dit :

    Ce qui est révoltant, c’est qu’Hydro-Québec nous demande de moins consommer en plus d’augmenter ses tarifs afin de pouvoir vendre l’électricité moins chère aux U.S.A. Autrement dit, c’est encore nous autres qui devont absorber le manque à gagner des ventes à rabais aux américains. Dès qu’il y a une panne majeure aux U.S.A tout de suite ils mettent le Canada au banc des accusés. Je vais vous dire, c’est dégueulasse de savoir que nos richesses naturelles, les produits fabriqués chez-nous telle que moto-neige soit vendue beaucoup plus cher ici que là-bas. À croire que nous sommes plus riches parce qu’aux U.S.A ils vivent une récession. Qu’ils commençent par se mêler de leurs affaires en partiçipant à des guerres qui ne les conçernent pas et que deuxièmement qu’ils arrêtent de flamber des milliards pour la course de l’espace. À cause de la volonté de Bush de mettre la main sur les puits de pétrole, la mise à prix de la tête de Saddam Hussein a servi de paravent aux ambitions de Bush. Pas plus brillant Harper a aussi envoyé NOS SOLDATS se faire tuer tout en sachant que les U.S.A ne partageront jamais ses acquis avec les pays alliés. L’économie et les emplois ne sont pas un problème dans les provinces de l’Ouest, où les pétrolières sont présentes et que l’or noir est vendu à un prix fort ici en plus de la fermeture d’une raffinerie à Montréal. De plus en plus de québécois vont travailler dans les provinces de l’ouest, une main d’oeuvre en moins pour supporter le fardeau économique au Québec. Un québécois qui est allé travailler pendant 4 ans en Alberta a dit que les Albertains adorent lire ce qui se passent au Québec parce que c’est divertissant et amusant de constater à quel point on se laisse manger la laine sur le dos sans réagir. Là il est aussi question du Plan Nord. ll y a eu NORtel, NORbourg et maintenant le Plan NORd. Les investisseurs étrangers vont prendre possessions de nos richesses naturelles et quand nous voudrons avoir recours à nos richesses, ces investisseurs vont nous les revendre le double et même le triple du prix qu’ils auront payés. Au Québec nous possédons des richesses naturelles qui sont d’une rentabilité qui permettrait au Québec de posséder l’une des meilleures économies en amérique du nord, mais tout va être vendu à rabais aux étrangers puisque c’est devenu NORmal. Serrez votre ceintures Québécois, afin de permettre aux autres de se péter les bretelles.

  13. paulverreault dit :

    Hydro-Québec est une entreprise qui appartient au peuple québécois qui l’a payée. Le club des vautours exploiteurs Desmarais-Sirois-Legault (Celui du CouAQ) voudraient bien l’acquérir au dépens du peuple. C’est comme le cas de nos ressources naturelles du Nord que John-James allouent aux entreprises étrangères, question de privatiser les profits et de léguer les pertes au peuple (Et de permettre aux « tizamis » Libéraux et CAQuetants *si par malheur pour les Québécois accédaient au pouvoir* de se graisser la patte au passage).

  14. Nelson Roy dit :

    Monsieur Lauzon pense qu’un gouvernement du Québec qui serait assez à droite fiscalement pour vendre Hydro-Québec continuerait de subventionner les alumineries à coups de milliards.

    Un gouvernement assez à droite fiscalement commencerait par couper les subventions aux entreprises bien avant de vendre Hydro.

    Vendre Hydro clairerait toutes nos dettes publiques, et ces 10-15% de nos impôts payés annuellement ne servant qu’à payer des intérêts (aucune valeur ajoutée) serviraient enfin, pour les gauchistes, à donner l’éducation universitaire gratuite, à tous, ce que vous espérez tant.

    Le pétrole n’est pas nationalisé en Alberta et les Albertains en profitent bien plus que nous qui avons nationalisé l’électricité.

  15. claude charron dit :

    Vous avez raison de parler de l’éolien, la plus grande arnaque planétaire du 21 sème siècle. À preuve; le prix moyen payé par Hydro-Québec pour les appels d’offres du 2 ième bloc, soit 2,000MW, se situe à 9.5 cents/kwh, à cela il faut ajouter environ 2 cents/kwh pour le transport et l’équilibrage, donc Hydro paiera 11.5 cents/kwh pour de l’énergie qu’il revendra à perte sur les marchés extérieurs (ex: le dernier contrat avec le Vermont à l’automne 2010 fait état d’un approvisionnement en électricité pour une durée de 25 ans à un prix moyen de 5.5 cents/kwh). Pour ce 2 ième bloc seulement il en coûtera donc $250 millions annuellement aux contribuables québécois pour l’approvisionnement à perte de cette énergie et ce pour au moins les vingt prochaines années alors que nous sommes dans une situation excédentaire d’énergie sans précédent (les analystes américains parlent d’au moins 35 ans). Hydro fournit également de l’électricité aux minières (aluminium, etc.) à un tarif L, soit 4.2 cents/kwh. Le tarif résidentiel québécois se situe autour de 7.5 cents/kwh. Hydro a d’ailleurs annoncé le 1 août dernier les premières hausses résidentielles en 2012 pour absorber les pertes pour l’approvisionnement en énergie éolienne, soit une ponction de 58 millions de dollars. Ce n’est qu’un début alors que le dégel du bloc patrimonial en 2014 permettra à Hydro de hausser les tarifs de 3.4%/an pendant 5 ans, Hydro aura alors beau jeu de camoufler ses pertes éoliennes à travers ces nouvelles hausses. Au bout du compte ce sont les québécois qui paient pour que l’électricité coûte moins cher aux américains. La centrale au gaz naturel (cogénération) de Bécancour construite au coût de $1 milliard par Trans Canada Energy, une multinationale pétrolière de l’Alberta, n’a pas produit un seul kw d’électricité depuis son ouverture il y a 3 ans. Le contrat qui lie Hydro-Québec à Trans Canada jusqu’en 2023 fait en sorte qu’il en coûte à Hydro-Québec $200 millions/an pour ne pas produire d’électricité étant donné les surplus d’énergie sur le marché. ET on continue d’installer des éoliennes à perte. Tous les analystes en énergie ont dénoncé ce scandale, alors pourquoi continuer dans ce modèle de développement qui va à l’encontre de tous les principes du développement durable?? Les contribuables québécois ont perdu $30 milliards avec la Caisse de Dépôt, ça nous a titillés un moment puis nous sommes revenus à nos petites affaires. Les promoteurs éoliens sont de formidables vendeurs de rêves, c’est le seul produit industriel qui vient sans garantie. L’éolien étant supposé contribuer à la diminution des gaz à effet de serre, demandez-leur de vous fournir une seule étude scientifique, indépendante qui en fait la preuve. Leur réponse: «  »on n’a pas besoin de preuves. »"Des études sérieuses démontrent tout le contraire, les éoliennes contribuent de façon non significative à la diminution des GES et dans plusieurs cas contribuent à leur augmentation.

  16. claude charron dit :

    l’erreur éolienne -suite et fin-

    Outre ces considérations économiques affreusement défavorables, la valeur des paysages, la valeur des résidences riveraines, la santé et la qualité de vie, l’occupation réfléchie et viable du territoire qui constitue le milieu de vie des résidents et la valeur du tissu social sont des préoccupations infiniment plus louables et importantes que l’apparition de ces quelques turbines désuètes et d’une inutilité consommée alors que 97% de l’énergie produite au Québec provient de l’hydro électricité, renouvelable et surabondante. Si Québec veut faire quelque chose pour l’environnement pourquoi ne commence-t-il pas par offrir aux québécois un programme résidentiel de remplacement du chauffage au mazout par un système de chauffage fonctionnant principalement à l’électricité (encore une fois dont les surplus seront présents pour au moins les 20 prochaines années) et ainsi contribuer efficacement à s’affranchir de notre dépendance au pétrole. Ces projets n’ont de vert que les billets qu’ils rapportent aux vendeurs de vent grâce à l’argent des factures d’électricité des contribuables québécois garanti par le souteneur Hydro-Québec. Une véritable honte. Ne nous y trompons pas, ce modèle de développement de centrales éoliennes industrielles est un véritable scandale économique et financier, un désastre environnemental et un gâchis social. Merci M. Lauzon d’en faire allusion.

  17. Fred M. dit :

    Je propose un débat Lauzon vs Duhaime sur la privatisation d’Hydro-Québec. Ce serait amusant de voir encore une fois Duhaime se faire ridiculiser comme il l’a fait lors de ses débats avec Jean-François Lisée…

  18. MICHEL BORNAIS dit :

    QUAND Y’A TROP DE M…

    Avec l’information, c’est à croire que les québécois réagissent comme des cabinets d’aisance, ils ont tendance à boucher quand la matière est trop abondante. Alors il suffit d’un peu de désinformation et le tour est joué, il n’y a plus rien qui passe. Les moutons sont alors prêts à retourner se faire tondre.

  19. canobs dit :

    Merci LP de cette recherche de moine qui en dit long sur les supercheries de nos politiciens actuels et les projets de destruction libertariens, privatisations a outrance et PPP (pas public pantoute)__________A quand un article sur les milliards en couts de la construction (sans parler des equipements interieurs) de l,inutile double CHUM (en pleine crise de deficit economique) puisqu,on ferme des lits et etages dans les hopitaux actuels depuis des annees, avec penurie d,infirmieres et de medecins, que certains services ferment a trois heures de l,apres-midi au CHUM actuel, alors qu,ils devraient fonctionner sur trois chiffres, soit 24 hrs par jour.____De plus centraliser tous ces services hospitaliers au centre de Montreal aura des consequences, si une personne doit etre operee d,urgence a Chibougameau, sera amene au CHUM par helico militaire peut-etre.________Excellent travail LP et bonne journee.

  20. canobs dit :

    ____Le gouvernement Charest/Bachand croit que produire l,electricite a 10sous le kw/hr et le revendre de 4 a 5 sous aux alumineries et bientot aux Minieres(plan Nord) ou au Ricains est bon pour le Quebec, si ces pertes sont tarifiees aux consommateurs du Quebec, il s,agit alors de subventions aux Multinationales Etrangeres prises dans les poches des payeurs de taxes Quebecois. ___ La privatiser serait pure folie, etant notre plus rentable societe d,etat, mais le gouvernement devrait cesser de la prendre pour seule vache a lait et l,obliger a vendre a des tarifs suicidaires.____Un petit menage dans ses pres de 40 vice-presidents(ou equivalent) avec salaires et conditions faramineuses serait cependant de mise, actuellement plus de chefs que d,indiens.

  21. Patrick dit :

    Léo-Paul, tu dira a PY de kyk radio X qu’il a rien comprit! Il a mentionné cette apres midi que tu était POUR la privatisation d’HQ.

    Soit-dit en passant, ca serait bien la pire chose que le gouvernement pourrait faire!

Laisser un commentaire

 caractères disponibles