Libre-échange avec l’Europe : la démagogie «rides again»

- 29 octobre 2013

Négociations secrètes et accord imposé à la population

Comme pour l’accord de libre-échange négocié avec les Etats-Unis et le Mexique en 1989, les pourparlers avec l’Europe ont été tenus top secret avec des représentants issus du patronat (comme Pierre-Marc Johnson, associé du très gros bureau d’avocats Heenan Blaikie, qui n’a pas de gens issus de la classe moyenne comme clients) en parlant supposément au nom de la population et défendant présumément becs et ongles l’intérêt général et le bien commun. Au moins, comme négociateur, le Canada et le Québec auraient pu avoir la décence de retenir les services de commis d’État au lieu de professionnels du privé comme monsieur Jonhson qui nous facturait 800$ l’heure pour ses précieux services. Faut pas avoir de complexe dans la vie, n’est-ce pas?

 

Si ces accords de libre-échange sont si bons pour la population, pourquoi ne pas rendre publiques les négociations? Vit-on supposément en démocratie ou pas? Et quand les politiciens, les transnationales et leurs experts attitrés tombent d’accord, on l’annonce alors au monde sans tenir aucun vote, par simple communiqué de presse, en embauchant les plus grosses formes de relations publiques afin de farcir la cervelle du monde comme il faut.

 

En fait, on l’impose littéralement aux gens. Et pour obtenir leur soumission totale, les puissants font comme d’habitude et sortent leur litanie de mensonges appuyés par leurs universitaires franchisés, leurs élus et leurs médias. Et hop, «next», on passe au prochain numéro. Ça n’a aucun mautadit bon sens que l’on place ainsi la population devant le fait accompli sur de tels accords qui auront des impacts considérables sur nos services sociaux, notre environnement, nos impôts et taxes, etc. Pas important, ce qui compte c’est la satisfaction des intérêts privés de la classe dominante et rien que ça.

 

Promesses stratosphériques faites en 1989 en marge de l’Alena

Lors de l’accord de libre-échange (Alena) négocié avec les Etats-Unis et le Mexique, les pachas et leur escorte ont vraiment déballés des énormes mensonges afin de nous remplir comme des valises. Je vais vous en citer dans ce texte quelques uns seulement car je vais revenir plus en détail sur l’Alena dans mon prochain texte. Attachez votre tuque et votre capine, voici quelques belles promesses qui vous ont été faites dans les années quatre-vingt par les princes et leurs bouffons. Tellement énormes comme prétentions que ça relève carrément du mépris. Tiens, il y a notre représentant canadien, Simon Reisman, qui a juré en 1987 que : «le libre-échange va faire hausser les salaires de 25%» (La Presse, 11 octobre 1987). Je vous ai prévenu, il n’y a absolument rien à l’épreuve de ces imposteurs. Monsieur Reisman aurait dû préciser que les salaires de tous les autres travailleurs ordinaires baisseraient grâce à certaines clauses de l’Alena qui facilitent la sous-traitance, le déménagement et les fermetures d’usines quand bon semble aux compagnies. Dans les faits, les salaires des employés ont diminué en termes réels depuis 1987.

 

Comme autre fumisteries fondées sur rien d’autre que du vent, il y a le ministère fédéral des finances qui avait promis en 1988 que : «le libre-échange créera 120 000 emplois d’ici 93» (Le Devoir, 15 août 1988). Enfin, il y a notre illustre économiste universitaire Pierre Fortin qui en bon adjuvant du patronat a clamé de haut de sa chaire : «C’est fou de dire que les programmes sociaux (au Québec) sont menacés» (Le Devoir, 29 octobre 1988). Fou de toi-même Pierre!

 

Des revenus annuels additionnels de 12 milliards$ pour le Canada

Le gouvernement fédéral de Stephen Harper nous a dit que grâce à ce nouvel accord avec l’Europe, le Canada générera 12 milliards$ de revenus additionnels chaque année au minimum. Si le pays gagne 12 milliards$ de plus annuellement, l’Europe va gagner combien? Tout le monde est gagnant. Il n’y a pas de perdant. Tout de même bizarre, n’est-ce pas?

 

Les gouvernements garrochent un chiffe ronflant comme ça, de 12 milliards$, sans détailler et sans rendre publiques les «études» qui ont conduit à de telles conclusions. Sur quelles bases sérieuses reposent ces chiffres mirobolants? Mystère et boule de gomme. Oui, il y aura des gains nets annuels de 12 milliards$ au pays, mais dans le genre 20 milliards$ de revenus supplémentaires pour les compagnies et les notables moins 8 milliards$ de pertes pour les provinces (droit de douanes en moins, coût additionnel des médicaments, compensations à verser aux entreprises en cas de litige, etc. Naturellement, Pauline Marois, celle qui aime bien les riches (comme elle), a applaudit à la conclusion de l’accord Canada-Union européenne, même si elle n’en connaît pas les détails.

 

Prolongement de la durée des brevets pharmaceutiques

Je suppose que c’est strictement au nom du bien-être de la population que le gouvernement canadien a accepté d’augmenter, à la demande des pharmaceutiques européennes, la durée de protection de médicaments brevetés des transnationales qui était déjà de 15 ans. Cela fera augmenter considérablement le prix des médicaments du Canada qui déjà, après les Etats-Unis, est le pays occidental qui a les prix les plus élevés. Une mesure qui va enrichir qui au juste? Les consommateurs ou les pharmaceutiques qui déjà sont riches comme Crésus? Au diable l’impact négatif de milliards de dollars sur les coûts de la santé publique. Pour compenser cette hausse de coûts, n’ayez crainte, nos gouvernements vont couper dans les services, dans le nombre de commis d’État et dans leurs rémunérations. Nos élus sont des caniches avec les grosses compagnies qui les financent et les corrompt mais pitbulls avec la population et les fonctionnaires. Ça doit être les syndicats qui ont enjoint nos négociateurs d’augmenter la durée de vie des brevets pharmaceutiques? Ils vous diront, pour rire encore plus de vous, que jamais les pharmaceutiques sont intervenues dans le processus et que de toute façon nos négociateurs étaient imperméables aux pressions extérieures.

 

Mobilité de la main d’œuvre professionnelle

Déjà que les pilotes d’avion étrangers pouvaient venir travailler au Canada, qui reconnaît leur formation, voilà que les architectes, les comptables, les ingénieurs et d’autres à l’emploi d’entreprises pourront venir plus facilement travailler au Canada et les nôtres en Europe. Plusieurs professionnels pourront jouir de ce privilège sauf les médecins, domaine dans lequel il y a pourtant pénurie au pays et au Québec et où, grâce aux salaires inférieurs versés aux toubibs en Europe, on aurait pu faire venir ici plusieurs docteurs étrangers et ainsi diminuer les coûts de la santé publique dans la province. Pourtant, il y a plusieurs milliers de médecins en Europe qui souhaiteraient venir pratiquer au Québec. À la fois ridicule et incroyable, on reconnaît au Canada l’équivalence de la formation universitaire reçue en Europe pour plusieurs professionnels, sauf ceux du puissant syndicat des médecins. François Legault, le chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ) l’a bien dit : «C’est difficile de négocier avec les médecins. La CSN, c’est la petite bière à côté des deux fédérations de médecins» (La Presse, 23 février 2011). François Legault prône toujours une approche plus musclée avec les médecins. Pourquoi nos négociateurs n’ont-ils pas reconnus la formation universitaire réciproque des médecins du Canada et de l’Europe? Ben non, comme tous ces accords sont conclus au seul bénéfice des entreprises, nos négociateurs apparentés ont seulement inclus la réciprocité de la reconnaissance des diplômes universitaires pour des professionnels qui sont embauchés par des entreprises. Comme pour les pilotes d’avion, les firmes canadiennes vont faire venir ici des professionnels de certains pays européens qui coûtent moins chers. Des médecins, c’est pas important pour les compagnies canadiennes. Seulement pour le peuple. Alors nos bons docteurs vont pouvoir continuer à créer une rareté artificielle et continuer leurs menaces d’exode aux Etats-Unis afin d’exiger des salaires exorbitants aux frais de la population.

Abonnez-vous à cet article

14 commentaires

  1. Alain Cro dit :

    Attention M. Lauzon, je me fais tirer des roches à chaque fois que je mentionne que les médecins ici gagnent trop en relation avec notre système !

  2. obwandiyag dit :

    Monsieur Lauzon, c’est tout le système dit « économique » qui est en déroute. Alors que les problèmes se multiplient pour la classe moyenne de moins en moins moyenne et de plus en plus pauvre, que les ressources qui ont pris des millions d’années à se générer sont exploitées au maximum et le plus rapidement possible tout en spoliant la planète, tous ces accords de prétendu « libre-échange » sont une fumisterie sans nom.

    Jamais et d’aucune façon les avantages ne rendent jusqu’au simple citoyen qui courent de plus en plus vite pour de moins en moins de richesses ou de produits obsolescents qui ne répondent pas au vrai besoin suivant les vraies valeurs de la qualité de vie des gens.

    Un vraie économie ne serait-elle pas supposer « ménager » les ressources, en préserver une bonne part pour le futur du genre humain, faire attention au rejet dans l’environnement de Mère Nature… Au lieu de ça, l’industrie du consumérisme effréné accélère l’augmentation de la pollution sans égard à la société; elle encourage une consommation idiote et stérile qui ne répond qu’aux stimulations criardes de la publicité abrutissante.

    Monsieur Lauzon, continuez votre sensibilisation, les consciences s’éveillent peu à peu. Il y aura toujours dès larbins au service aveugle de l’infrastructure industrielle prêts à dénoncer tous ceux qui remettent en question le modèle actuel de l’économie de la perpétuelle croissance … ce credo qui mène directement dans le mur de la déshumanisation.

  3. Linda Hart dit :

    Vous êtes toujours d’une logique aussi parfaite et d’une méchanceté aussi réjouissante, bravo pour cette chronique qui met en évidence, de manière éclatante, les trahisons de ceux qui devraient nous représenter et travailler pour nous et qui nous rend plus intelligents.

  4. Olivier dit :

    Les faveurs accordées aux groupes dont vous parlez sont scandaleuses. Bravo M Lauzon.

    Mais êtes-vous pour ou contre le protectionisme?

  5. flybean dit :

    Ils vont donner des ordres sans consultations d’ aucune sorte pour supprimer toutes les activités du secteur public et les remplacer par des sociétés privées. En même temps toutes les taxes d’ importation vont être biffées d’ un trait de plumes. Un nouvel ordre économique au pays va être constitué et nos biens industriels franchisés à des intérêts étranger, il n’ y aura pas d’ occupation militaire, seulement une économique qui se perpétueras indéfiniment. Il y auras de plus en plus de prisons gérer par le privé et les peines seront de plus en plus sévères pour des gens de plus en plus jeunes. Des milices privés vont parcourir les Amériques et sans mandats pourront vous arrêter et vous garder indéfiniment, vos droits seront bafoués.

  6. Nelson dit :

    Même si nous déplaise prendre conscience nous sommes dans un système que se base dans l’exploitation des uns par les autres et la recherche maximale des profits….avec une éthique très flexible ou inexistante.

    Comment se surprendre que la droite économique canadienne fasse passer leurs intérêts devant des ceux des populations qui eux exploitent le plus possible en partant ?.

    Il est tellement simple constater que les travailleurs sont payés juste une partie de leur travail, et que le reste reste dans les poches des patrons…..que s’enrichi = capital financier, et si investie, capital industriel.

    Il est tellement simple constater que les commerçants et industries essaient de vendre le plus cher = le plus des profits possibles…..et que souvent se collisionnent pour faire monter, concertés, les prix.

    Il est facile à voir que 1% des gens possèdent la moitié de la richesse, et contrôlent l’ensemble de l’économie ET LA POLITIQUE avec leurs énormes pouvoirs.

    En tant que la population ne sache ou ne veule pas savoir ces choses essentielles, la démocratie sera une farce, contrôlé par des groupes des rapaces et piragnas, sans cœur, ni pitié, ni empathie, ni souci par leurs frères et sœurs humaines…….la moitié de humanité affamé, guerres artificielles continuelles, la Nature à la misère, détruite….rien arrête les requins malades…..SAUF LA POPULATION, QUI JUSQU’A DATE DORT AU GAZ.

    Quand les gens ordinaires exerceront leur pouvoir, fini les collusions et corruption, les ententes secrètes dans notre nom, l’exploitation souvent exagéré (ex. enfants et chinois).

    En tant que les gens laissent faire certains égoïstes cupides avaricieux , ils se feront avoir par eux.

  7. Michel dit :

    Léo-Paul, comme les autres 99%,je somnolais paisiblement avant de vous lire…De tant à autres, j’ouvrais doucement les yeux et disais à mon voisin : vois-tu ce que je vois ? et lui de répondre: arrête de toujours parler de la théorie du complot !! Mais là, un moment donné, à force de s’informer, on comprend à quel point on se fait fourrer…mais on est si bien à somnoler entre 2 eaux!!

  8. Alain Rioux dit :

    Que proposez-vous comme solution, alors?

  9. Michel dit :

    Contrairement à vous monsieur Lauzon, j’ai toujours cru que l’accession à l’indépendance pourrais nous aider à nous faire moins fourrer par les puissants. Mais comme vous, je me méfie de Pauline, qui aime bien donner aux riches et mettre la facture sur notre marge de crédit. J’aimerais bien comprendre, vous, ancien candidat NPD, donc forcément fédéraliste, votre raisonnement pour avoir milité pour un Québec libre dans un Canada uni?

  10. Benton dit :

    @Alain Rioux

    M. Lauzon ne propose peut-être pas de solution…. mais au moins ne génère pas des problèmes comme ce traité de libre-échange!!!

  11. Syllac dit :

    Salut Léo,
    On vient de conclure une entente et déjà les fromagers se plaignent, alors que croit tu arriverais si tout était publique, rien ne pourrait être négocier car tous monteraient aux barricades pour défendre leur produits subventionnés qui ne serait pas compétitifs.
    Et pour le libre échange je croit que Cuba aimerait avoir un tel accord, là bas il blâme les Américains et leur embargo pour leur pauvreté alors qu’il peuvent échanger avec tous les autres pays du monde, mais comme c’est un pays communiste il ne se produit pas de produit de qualité donc aucune monnaie d’échange, mais il sont libre….

  12. A.Guilbert dit :

    je ne partage pas toujours vos opinions mais je peux vous assurer que je voterais pour vous si vous vous présentiez dans mon comté. …. La raison ! Votre honneteté intellectuelle

  13. Alain Cro dit :

    @Syllac

    Quand tu n’es pas compétitif ou que tu as peur de la comparaison, cette entente te fait peur et la solution est qu’on ne change rien (sososolidarité oblige …)

    Pensez-vous que les allemands tremblent de peur à voir le marché Canadien s’ouvrir pour eux ?

  14. le prophète dit :

    M. Lauzon, que se passerait-il si le gouvernement du Canada, via la banque du Canada reprenait le contrôle de la création de la monnaie et prêterait, sans intérêts, à ses tiers constituantes? Est-ce possible? Sinon pourquoi?

Laisser un commentaire

 caractères disponibles