Archives pour 1 novembre 2012

La cuisine et le resto (extrait)

- 1 novembre 2012

Lors de son témoignage à la Commission Charbonneau avant-hier, Martin Dumont, ex organisateur politique d’Union Montréal, a dit que Marc Deschamps, l’agent officiel du parti, aurait brandi une feuille montrant clairement qu’il existait deux comptabilités recensant les dépenses électorales de la formation : une « officieuse » et une officielle.

 

SAIGNER LE BOEUF

 

Lorsque le maire Gérald Tremblay aurait vu la feuille en question, il serait sorti en trombe du bureau en disant : « J’ai pas à savoir ça… »

En fait, ce que disait le maire en agissant de la sorte, c’est :

« Je ne veux pas voir comment vous aller vous y prendre pour tuer le bœuf, le saigner et le découper. Moi, tout ce qui m’importe, c’est d’avoir un steak bien cuit dans mon assiette…

« Arrangez-vous comme vous le voulez, tuez-le avec un marteau, donnez-lui un coup de masse entre les deux yeux, égorgez-le avec un canif, étranglez-le, je m’en fous, en autant que je puisse manger dans une demi-heure…

« Je retourne à ma table dans le restaurant. Ce qui se passe dans la cuisine ne me regarde pas. »

 

LA CHAMBRE DES MACHINES

 

Il savait ce qui se passait, mais ne voulait pas le voir (surtout pas devant des témoins !), afin de pouvoir prêcher l’innocence en cas de pépins.

(…)

C’est un truc vieux comme le monde : je suis dans le resto, vous êtes dans la cuisine, chacun sa job, chacun sa place, et tout va bien se passer…

Combien de politiciens agissent de la sorte ? Combien d’élus se doutent qu’il se passe des choses pas très catholiques dans la chambre des machines, mais ne veulent pas le savoir ?

 

Texte au complet sur le site du Journal de Montréal