Archives pour 5 novembre 2012

Ti-Poil (extrait)

- 5 novembre 2012

Ti-Poil

 

René Lévesque (dont on a souligné le 25e anniversaire de la mort la semaine dernière) avait plusieurs qualités.

Mais la plus importante, selon moi, est son amour immodéré des gens ordinaires. Contrairement à de nombreux intellectuels qui aiment le peuple en théorie, mais pas en pratique (SURTOUT pas en pratique), Ti-Poil, comme les gens l’appelaient, éprouvait une véritable affection pour les petites gens.

Comme il aimait à le dire : « Méfiez-vous des gens qui disent aimer le peuple mais qui détestent tout ce que le peuple aime… »

On est loin des intellectuels de gauche qui vomissent sur tout ce qui est populaire !

 

UN PARTI DÉCONNECTÉ

 

Lévesque était en diapason avec le peuple. Il savait d’instinct jusqu’où les gens ordinaires étaient prêts à le suivre… Il connaissait les limites qu’il pouvait et ne pouvait pas franchir, il n’avait pas besoin d’une armée de sondeurs ou de conseillers pour le lui rappeler, il savait ce que Joe Tremblay pensait, il était l’un d’eux, il leur parlait, les écoutait.

Or, regardez le PQ, aujourd’hui.

Qui est près du peuple, dans ce parti ? Pauline Marois ? Jean-François Lisée ? Pierre Duchesne ? Marie Malavoy ?

Le PQ est devenu un parti d’intellectuels déconnectés des gens ordinaires. Pour Pauline Marois, être près du peuple, le printemps dernier, c’était descendre dans la rue, cogner (maladroitement) sur des casseroles et porter le carré rouge.

On ne pouvait être plus loin des préoccupation de monsieur et madame Tout-le-monde.

 

Texte au complet sur le site du Journal de Montréal

 

 

Vélos, travaux, Charbonneau (extrait)

- 5 novembre 2012

Suis-je tout seul à penser qu’il y a un parallèle à faire entre ce qui arrive dans le monde du cyclisme international et ce qui se passe dans le milieu de la construction au Québec ?

 

UN PALMARÈS « BLANC »

 

Vous savez tous ce qui est arrivé à Lance Armstrong : le champion du Tour de France a été déchu de ses sept titres.

Mais le plus croustillant dans cette histoire est que contrairement à ce qu’on fait habituellement dans de tels cas, l’Union Cycliste Internationale ne remettra pas les anciens titres d’Armstrong aux cyclistes qui sont arrivés en deuxième position dans chaque course.

On a plutôt décidé de laisser le palmarès « blanc », et de ne nommer aucun gagnant pour chacune de ces courses.

Pourquoi ? Tout simplement parce que ces années-là, les coureurs qui sont arrivés en deuxième, en troisième ou en quatrième position ont tous trempé dans des histoires louches ! Ils étaient tous soupçonnés d’avoir utilisé des drogues illégales !

Tant qu’à déchoir un tricheur pour couronner sept autres tricheurs, l’UCI a décidé de passer son tour…

 

LA TÊTE DE TONY

 

J’ai l’impression que c’est ce qui se passe au Québec.

Oui, on a réussi à faire tomber la tête de Tony Accurso. Mais les autres entrepreneurs, vous pensez qu’ils sont tous blancs comme neige ?

 

Texte au complet sur le site du Journal de Montréal