Archives pour 18 novembre 2012

Les radicaux au pouvoir (extrait)

- 18 novembre 2012

Ainsi, le ministre québécois de l’Environnement a personnellement demandé les coordonnées des membres du BAPE afin de les contacter et de leur parler.

Le BAPE qui, rappelons-le, est un organisme de surveillance INDÉPENDANT des pouvoirs politiques.

Imaginez si c’était le PLQ qui avait agi de la sorte. Les groupes de pression seraient dans la rue en train de déchirer leur chemise et de crier « INGÉRENCE, INGÉRENCE ! »

Mais vu que c’est le PQ, personne ne s’énerve.

 

DES OUTILS DU POUVOIR

 

Suis-je le seul à trouver que cela n’a aucun sens ?

On a la désagréable impression que le gouvernement péquiste veut transformer des organismes indépendants en outils du pouvoir.

Si c’était Harper qui agissait de la sorte, 80 % des membres de l’UDA s’immoleraient devant le Parlement canadien.

Mais c’est le PQ, alors c’est correct.

C’est quoi, la suite ? Le ministre de la Justice va appeler la juge France Charbonneau ?

 

Texte au complet sur le site du Journal de Montréal


Merci, monsieur Carrier (extrait)

- 18 novembre 2012

Avant-hier, Martin Carrier, un petit entrepreneur de Québec qui a commis l’affront de vouloir poser de la céramique à Montréal sans demander la permission au parrain de la mafia sicilienne, a confié à la Commission Charbonneau qu’il avait été menacé de mort à deux reprises par un bras droit de Vito Rizutto.

C’est la deuxième fois que cet homme courageux met sa tête sur le billot pour dénoncer les clans mafieux. Il l’avait déjà fait à l’émission Enquête, sur les ondes de Radio-Canada.

 

TOUT PETIT

 

Vous, moi — tous les gens aimeraient dire qu’ils auraient agi comme Martin Carrier et qu’ils auraient, eux aussi, fait leur devoir sans hésiter une seconde.

Bullshit.

J’aurais probablement pissé dans mes culottes.

Le gars a reçu un faire-part funéraire ! La mafia était au courant qu’il avait une fille ! Les matamores qui l’ont menacé connaissaient le numéro de son téléphone cellulaire, et probablement son adresse !

Et il s’est pointé à la Commission pour déballer son sac !

Moi, devant de telles personnes, je me sens tout petit…

Pour chaque Martin Carrier, combien de citoyens ont fait preuve de « lâcheté tranquille », pour reprendre l’excellent terme de mon ami Christian Dufour ?

 

Texte au complet sur le site du Journal de Montréal