Archives pour 8 janvier 2013

Méchant malade…

- 8 janvier 2013

La droite aussi a son lot de coucous….

 

La preuve: ce militant pro-armes à feu qui a pété une coche à CNN… Épeurant….

Poutine au camembert (extrait)

- 8 janvier 2013

Gros, alcoolique, paresseux et arrogant, il n’est plus que l’ombre de lui-même, titubant d’un navet à l’autre et lisant platement ses textes sur des cartons cachés judicieusement dans le décor — comme Brando à la fin de sa carrière.

Que Depardieu ait décidé de fuir la France est une chose. Après tout, aucun citoyen n’est obligé de donner 85 % de ses revenus à l’État. Il y a une limite à plumer les gens qui réussissent.

Mais que l’interprète de Danton, le grand ennemi de la Terreur, ait décidé de prendre la plume pour vanter « la grande démocratie de la Russie » en dit long sur sa déchéance.

 

AU CŒUR DES TÉNÈBRES

 

Gérard Depardieu ne sait-il pas que la Russie de Poutine est tout sauf une grande démocratie ?

Il devrait lire l’excellent livre Putin’s Labyrinth, de Steve Levine, chef du bureau international au magazine BusinessWeek.

Il y apprendra qu’au pays de Gorki, les opposants au régime sont envoyés au cachot (le milliardaire Mikhaïl Khodorkovski) quand ils ne sont pas tout simplement assassinés devant leur appartement (les journalistes Anna Politkovskaya et Paul Klebnikov) ou empoisonnés au polonium (l’espion Alexandre Litvinenko).

Et quand on veut déclencher une guerre, là-bas, on bombarde quatre immeubles à appartements, tue 300 personnes innocentes et blâme les terroristes tchétchènes.

 

Texte au complet sur le site du Journal de Montréal


Sourds et aveugles

- 8 janvier 2013

Vingt enfants morts et le message n’a toujours pas été compris.

Non seulement la vente d’armes à feu a-t-elle AUGMENTÉ considérablement chez nos voisins du sud après la tragédie de Newton (situation assez surréaliste, merci), mais une pétition circule pour que CNN renvoie son animateur vedette Piers Morgan, parce que celui-ci a osé dire — ô scandale — qu’il appuyait un meilleur contrôle des armes à feu.

Ajoutez à cela la proposition brillante de la NRA (un garde armé devant chaque école), et vous vous retrouvez en plein Lala Land.

Il n’y a pas de pires aveugles que ceux qui ne veulent rien voir, dit le proverbe. Ni de pires sourds que ceux qui ne veulent rien entendre.

 

UN HÉCATOMBE

 

Savez-vous combien d’enfants et d’adolescents américains sont tombés sous les balles en 2008 et 2009?

5740.

Pas 1000, pas 2000. 5740. En deux ans.

Mais les armes à feu n’ont rien à voir là-dedans, noooon.

L’excellent reporter Adam Gopnik a publié un papier très intéressant sur la question dans le magazine The New Yorker (The Simple Truth About Gun Control). Il a analysé toutes les données et toutes les statistiques disponibles sur les morts par balle à travers le monde.

Sa conclusion : il y a un rapport direct entre le nombre d’armes en circulation dans un pays et le nombre de morts par balle. C’est mathématique.

Plus il y a d’armes en circulation dans un pays, plus il va y avoir de morts par balle.

C’est aussi simple que ça.

 

UNE ATTITUDE CRIMINELLE

 

Imaginez si des centaines d’enfants américains mouraient d’une maladie fulgurante, que nous avions le remède en main mais que nous refusions de l’utiliser, écrit Gopnik. Tout le monde serait choqué.

Eh bien, c’est EXACTEMENT ce qui se passe. Vous voulez diminuer le nombre d’enfants qui vont tomber sous les balles cette année aux États-Unis? Diminuez le nombre d’armes en circulation.

Les chiffres le prouvent noir sur blanc, ça marcherait. Mais on ne fait rien, on ne bouge pas. Nous refusons d’inoculer le vaccin afin de ne pas froisser le lobby des vendeurs d’armes, déplore Gopnik.

Ce n’est pas seulement ridicule. C’est criminel.

 

UN PROBLÈME SIMPLE

 

« Dans les sociétés qui ont mis sur pied un système efficace de contrôle des armes à feu, les enfants meurent très, très, très rarement de blessures par balles, écrit Gopnik.

« Il y a beaucoup de problèmes complexes dans nos sociétés : la lutte au déficit, la dette et les changements climatiques, par exemple. Les morts causées par les armes à feu ne font pas partie de ces problèmes. Le contrôle des armes à feu est aussi efficace pour lutter contre la violence que les antibiotiques, pour lutter contre les infections bactériennes.

« Plus d’armes à feu = plus de meurtres. Qu’on se le dise. »

 

PAS ASSEZ DE SANG VERSÉ

 

Pour Gopnik, le problème est simple. Mais le lobby des armes à feu et les politiciens qui mangent dans sa main (et ils sont nombreux, les politiciens ayant besoin d’argent pour financer leur campagne) font tout ce qu’ils peuvent pour qu’il paraisse complexe…

Pendant ce temps-là, des enfants tombent.

Je croyais que vingt feraient une différence. Il semble que non.

Ça va peut-être en prendre trente, ou quarante…