Barbara Kay aux Francs-Tireurs ce soir. Ayoye!

- 7 novembre 2012

Ce soir, aux Francs-Tireurs (T-Q, 21 h), entrevue décoiffante avec Barbara Kay, la columnist du National Post

Elle dit qu’elle a peur de parler en anglais dans les rues de Montréal (elle est sûre qu’elle risque de se faire casser la gueule), affirme que la loi 101 est antidémocratique, pense que le Québec prépare un nettoyage ethnique (en se débarrassant des anglos) et croit que le PQ est un parti crypto-fasciste…

Attachez-vous à votre siège, vous risquez de coller au plafond!

 

 

 

Abonnez-vous à cet article

93 commentaires

  1. Monic dit :

    «Je ne crois pas qu’un seul cnadien-québécois francophone ne se soit senti une seule fois menacé de cette façon au cours de sa vie.

  2. Alain M. dit :

    Il engages des débiles profonds au National Post? Sincèrement, c’est beau la paranoia, mais y’a toujours une limite. Tsé je l’aime pas du tout Marois, mais je ne vois pas en elle une réincarnation d’un mélange d’Htiler et de Staline.

    Mais bon, on me disait aussi quand j’étais jeune de ne jamais te promener seul le soir à Montréal parce que des fous furieux attendaient tapis dans l’ombre à chaque coin de rue et pourtant, j’ai traversé seul le centre-ville en pleine nuit un nombre incalculable de fois, et j’y ai survécu!!!!!!

  3. Sylvain Chartrand dit :

    Hum je ne connaissais pas Barbara Kay mais ce qu’elle a écrit aujourd’hui dans le National Post fait du sens. Elle a l’air bien normal la madame.

  4. elvince dit :

    « elle est sûre qu’elle risque de se faire casser la gueule), affirme que la loi 101 est antidémocratique, pense que le Québec prépare un nettoyage ethnique (en se débarrassant des anglos) et croit que le PQ est un parti crypto-fasciste »

    Si elle était sincière, elle ferait ses valises. N’importe qui qui a vraiment peur pour sa vie décampe de là à la vitesse grand V. Elle ment comme une aracheuse de dents pour se faire du lectorat.

  5. Vixengrrr dit :

    Je la crois sur parole, je suis Montréalaise et parfaitement bilingue et des que je parle anglais dans un endroit public… ayoyyye, cest les regards de travers, les commentaires ignorants..vraiment c’est n’importe quoi. Jai le droit de parler dans la langue que je veux (francais ou anglais) c’est sur que je ne parlerai pas anglais avec une/un francophone mais juste avoir la paix de pouvoir m’exprimer comme je veux. C’est vraiment frustrant!

  6. P Simard dit :

    Mme Kay me fait penser à une amie de ma mère maintenant décédé. Au début des années soixante elle nous disait
    que si nous n’allions pas nous coucher avant 9 heures PM le bonhomme ti couteau viendrait s’occuper de nous!!!:Une méchante sadique……

    Il y’a quelques années elle ne serait pas passé à la télé car ce qu’elle dit n’a aucun sens alors qu’aujourd’hui n’importe quoi et n’importe qui pour augmenter son auditoire!!!!

    Pourtant madame Kay c’est plutôt moi un francophone qui s’est fait dire à Montréal Speak white il y’a plusieurs années alors l’intolérance vient de toutes les cultures pas juste de certains québécois….

  7. Marie dit :

    Position un peu extrême mais je comprends son point de vue. Il y a, à Montréal, de véritables extrémistes de la langue française. C’est arrivé déjà qu’un jeune touriste se soit fait tabassé parce qu’il ne parlait pas français. Je n’aime pas du tout cette Loi très contraignante pour beaucoup de personnes. Je n’aime pas le PQ ni la SJB ni Québec français parce qu’ils sont tous antidémocratiques.

  8. Pierre-Luc Tremblay dit :

    Vixengrrr :

    Je m’excuse mais je ne crois pas un mot de ce que vous dites. Montréal est tellement anglicisé que des regards de travers sont pratiquement impossibles. J’ai travaillé Downtown pendant 7 ans. La xénophobie, nous la voyons vraiment plus chez la population anglophone. Des speak White, ça n’a pas été inventé par les francophones je vous informe! Je suis trilingue pour votre information et le nombre d’insultes inommables que j’ai entendu de la part d’anglophones frustrés sur la langue française qui pensaient que j’étais un des leurs jusqu’à ce que je leur dise mon nom PIERRE-LUC (comme cette Barbara Kay), je ne peux même plus les compter.

    Ce sentiment de méfiance vient majoritairement du fait que les anglophones ont traînés beaucoup trop longtemps leur mépris du français à Montréal. Le taux d’unilinguisme à Montréal est encore extrêmement élevé chez les anglophones et votre lobby n’a jamais cessé d’affaiblir la loi 101. Plus le temps passe, plus nous voyons votre communauté tout faire pour détourner les lois linguistiques et ne pas s’intégrer en français au Québec. Les écoles passerelles et j’en passe sont un reflet des actions que vous posez et dont beaucoup de québécois sont excédés.

    Nous nous disons: Ils ont choisi le Québec, en sachant très bien que la communauté y est francophone, pourquoi se battre comme la nature même de la province alors qu’ils ont tout le Canada pour vivre en unilingue anglophone?

    Ne vous méprenez pas. Je suis trilingue, Je parle anglais, français et je suis relativement performant en espagnol. Je ne suis jamais été à l’école anglaise. J’ai fait toutes mes études en français du primaire à l’université. J’ai également voyagé partout dans le monde: Aux États-Unis, en France, en Angleterre, au Mexique, en Amérique du Sud. Si il y a une personne ouverte sur le monde, c’est bien moi.

    Par contre, il n’est pas défendu d’être fier de ses origines et de sa culture. Ayant travaillé DownTown pendant 7…

  9. Pierre-Luc Tremblay dit :

    Vixengrrr :

    Juste pour votre information, ce n’est pas la communauté francophone qui a fait un coup d’état dans un rassemblement de victoire électorale parce que le résultat ne lui plaisait pas et à tiré sur des innocents. Je crois que les signes de xénophobies, de violences et de racismes sont majoritairement plus présents du côté anglophone que francophone…

  10. Pierre-Luc Tremblay dit :

    FInalement: Ayant travaillé DownTown pendant 7 ans, je peux vous confirmer que l’unilinguisme anglophone est une vraie calamité. Nous demandons simplement aux anglophones d’apprendre la langue officielle de la province (n’oublions pas qu’il y a deux langues officielles au Canada et c’est pratiquement seulement au Québec que nous respectons ce fait et connaissons les deux) et de respecter les institutions publiques.

    Mais c’est tellement vous demander et d’arrêter de considérer le français comme une tarre! Saviez-vous qu’aux États-Unis, ceux qui connaissent le français sont considérés comme les plus cultivés de la société? Et contrairement à vous, je n’ai pas honte de ma culture.

  11. Pierre-Luc Tremblay dit :

    Evidemment que ça les écoeures les anglophones que l’on revendique seulement le respect de notre langue officielle car eux ne sont pas bilingues et ne veulent pas l’apprendre le français car selon eux: Thats too dificult to learn OU i don’t have to!
    Si le Canada anglais s’arrangeait pour respecter premièrement sa minorité francophone, qu’ils feraient autant l’effort d’être billingue que nous et arrêterait de nous traiter en citoyen de seconde classe, peut-être que l’option souverainiste baisserait ou tomberait totalement inexistante. Malheureusement pour vous, la souveraineté demeure toujours dans une proportion de 35% à 40%. Les jeunes sont de plus en plus ouverts sur le monde et beaucoup se tournent vers la souveraineté. La preuve est que la moyenne d’âge au Parti Libéral est toujours de plus de 47 ans et chez le PQ c’est 39 ans.
    Moi aussi j’aime le Québec, j’aime aussi le Canada dans une certaine mesure. Mais je déteste l’injustice et les inéquités. Le fédéral a toutes les opportunités de rassembler le Québec et les autres provinces mais fait toujours tout pour noyer le poisson. Nous ne sommes toujours pas dans la constitution. Personne ne veut rouvrir le débat de peur de réveiller la haine anglophone vers le QUébec même si nous faisons toujours parti de cette nation jusqu’à preuve du contraire. Il y a toujours des transgressions sur les langues officielles. Le fédéral n’a fourni aucune aide lors de la crise du milieu manufacturier au QUébec mais a subventionné à la tonne l’Ontario pour sauver l’industrie automobile même si cela n’a rien donné, l’Ontario croule sous les dettes.
    Le canada a toutes les cartes en main pour régler la situation. Mais considérer le Québec comme leur égal est une chose trop dificile à lui demander.

  12. Victor Beauchesne dit :

    Quand les porte-parole du PQ disent qu’il y a pas assez de langue maternelle française à Montréal que ce parti va  »régler » ça, quelles conclusions peuvent tirer les anglophones ? Comme personne ne peut changer sa langue maternelle, soit qu’on encourage le départ de Mtl des non langue maternelle française ou qu’on encourage la venue des francophones sur l’île chose qui est à peu près impossible vu les raisons économiques qui sont la principale cause de leur migration vers la banlieue.

    C’est encourager le nettoyage ethnique en douceur.

  13. guyd dit :

    Une étoile est née … pour tout bon aplaventriste qui se respecte !

  14. joe pelletier dit :

    Je pense qu’il existe des crétins dans toutes les régions du globe et qui vont vouloir exprimer leur frustrations sur des gens d’autres langues, de races, d’orientationsexuelle etc…

    Le problème de Mme Kay en est un de généralisation… et un petit côté sensationnaliste vendeur….

  15. pasquinel dit :

    Mes 2 petits fils,charles 11ans et parle francais et anglais et Félix aussi parle les 2 langues et je suis fiere qu’ils parlent ces 2 langues au Québec

  16. L'Imprévu dit :

    J’imagine que si ça avait été un séparatiste qui se disait avoir peur de se promener dans l’ouest de la ville, de parler français, d’avoir peur des fédéralistes et d’être certain qu’il y a un complot visant à tous les enfermer dans des camps de concentration vous le traiteriez de méchant capoté, de psychopathe péquiste, de malade mental……… vous ajouteriez que c’est ça la propagande péquiste et que c’est ça qu’ils veulent enseigner aux enfants dans nos écoles…….

    Mais comme c’est une colomnist du National Post vous l’invitez à votre émission

  17. L'Imprévu dit :

    Les anglais…… peut être qu’ils pensent que Hitler a seulement demandé aux juifs de parler allemand et c’est tout !

    Ils pensent que Hitler a juste demandé aux juifs d’afficher leurs magasins avec prépondérance de l’Allemand, Qu’il a autorisé des hôpitaux et des écoles et des universités juives ? Que les Allemands les subventionnaient à même leurs taxes ?

    Peut être que c’est moi qui s’est trompé et que je n’ai pas étudié la bonne histoire de la 2e guerre mondiale ?

  18. Jacques Lambert dit :

    Je vais écouter Barbara Kay, tout comme je me suis à lire le Toronto Sun, le National Post et le Globe & Mail depuis l’élection de Harper, question de comprendre le ROC.

    J’ai appris que le Québec est une province assistée sociale du Canada, avec des lois linguistiques fascistes, que le bilinguisme devrait être aboli au Canada (sauf au Québec), que les immigrants menacent les vraies valeurs des bons Canadiens, que les Républicains et les libertaires ont le monopole du bon sens en autant qu’ils soient WASP, Chrétiens ou Juifs. Que l’exploitation des sables bitumineux est une grâce de Dieu que les producteurs de pétrole sont les bienfaiteurs de l’humanité.

    Que les Premières Nations sont de riches menteurs et voleurs qui vivent aux crochets des bons Canadiens.

    Que tous les Arabes et tous les musulmans sont des fanatiques. Qu’il faut détruite la Perse. « Delenda est Irania ».

    Que le contrôle des naissances ne doit pas être encouragé en Afrique.

    Que Darwin était un habile manipulateur alors que la Vérité est inscrite dans la Genèse.

    Que l’homosexualité est une déviance, sinon un crime contre-nature.

    Que l’avortement est un meurtre.

    Qu’Obama est un communiste.

    Que les enfants-soldats sont une vision de l’esprit tout comme le syndrome post-traumatique des soldats, à l’encontre du monde et du général Dallaire.

    National Post? Barbara Kay?

    Ce n’est plus le « two solitudes », anymore.

    Ce sont deux visions du monde, deux mondes qui s’opposent. Et la majorité anglophone « Canadian » n’aura de cesse que quand elle se sera imposée – enfin dominante.

    Le Canada du ROC? C’est le même « Speak French » de Michèle Lalonde. 40 ans plus tard.

    Le portrait d’Élizabeth Windsor au lieu de l’art.

    Bref, Madame Kay est une vraie Canadienne.

    Tout comme je suis un vrai Québécois.

    Mais, dans le Canada, je n’ai pas le choix des langues sauf dans quelques ghettos de survivants où l’on envoie les correspondants de RDI.

  19. Dominique Lavoie dit :

    Un peu de bonne foi & la compréhension du texte en anglais de la madame lui donneraient raison. En partie.

    Elle parle d’attaques anti-anglo à Montréal. Il n’y a pas eu deux morons de la STM qui ont fait de la provoc’ avec leurs affiches « ‘au Québec, c’est en français que ça se passe? »

    En contrepartie Mme Kay (si vous lisez le français) vous devez bien vous souvenir d’un autre moron qui a tué un innocent le 4 septembre en hurlant « les anglais se réveillent ». Vous avez aussi sans doute entendu parler du clown aux complets qui sont une injure au bon goût et qui ne cache nullement sa francophobie? Don Cherry. Vous vous souvenez possiblement aussi d’une épaisse qui avait associé les meurtres dans les différents collèges à la Loi 101? Des exceptions?

    Pauline Marois avec son projet de n’accorder la citoyenneté et le droit de vote qu’à ceux qui maîtrisent le français dans un Québec souverain, se magasine des claques sur la gueule au figuré. Son anglophobie en général aussi. Les statistiques indiquant que le français ne recule pas au Québec, c’est de l’utopie. On a juste à se promener à Montréal pour s’en apercevoir. On fait dire ce qu’on veut aux chiffres. Ah oui. C’est la faute aux immigrants. Ils sont commodes eux!

    Par contre madame Kay, dans notre beau pays qui a 2 langues officielles coast-to-coast, je me suis aussi fait dire de speak white. Et demander par quelques rednecks quelle langue je parle. J’ai pu les envoyer ch*** dans l’autre langue officielle que je maîtrise à la perfection.

    Je suis portée à croire que les imbéciles se retrouvent en nombre égal dans les deux camps.

    Va falloir que les Anglais nous fassent la place qui nous revient. Nous ne nous excuserons pas d’exister. Marois va devoir se calmer. 69% de la population ne veut pas de ses brillantes idées. Les immigrants devront obligatoirement monter dans le train franco en public. Sinon, on a 9 autres provinces et 2 territoires pour eux.

  20. Mathieuy Bush dit :

    Encore des racontars pour vendre sa salade……………..
    Un autre qui cherche a ce faire connaitre avant D’aller au chomage………..

    Elle en fait pitié ………………
    Au moin….. elle a Richard pour la consolé.

  21. Eric dit :

    Un individu… démontrant une telle attitude ne peut se réclâmer d’être un anglais.

    J’en suis…

    Et il semble que plusieurs dans l’aveuglement royal ont délaissé la noblesse de leurs racines.

    Vénimeux à nos heures, j’en conviens, celle-ci mord la cheville de son prochain, sinon à tout le moins, celle de son voisin.

    Je tenterai de t’écouter ce soir…

  22. Jean-Yves Gobeil dit :

    Tous les habitués de votre blogue savent que je suis un fédéraliste et un anti péquiste !

    Mais là, la p’tite madame exagère vraiment. J’ai beau ne pas aimer ce gouvernement, mais de là à dire qu’il prépare un nettoyage ethniqueou que le PQ est un parti faciste, il y a une marge !

  23. L'Imprévu dit :

    Vous avez raison Dominique. Si les anglais veulent parler anglais il y a plein de places ! Les États-Unis, le reste du Canada. Il me semble que ça doit pas être compliqué. Si un Albertain francophone veut vivre en français qu’est ce qu’ils lui diraient ? Va au Québec ! Ben c’est pas compliqué !

    Pourquoi s’entêtent-ils tant que ça ? Je pense que culturellement, ils sont encore des colonialistes sans le savoir. Ils pensent que tout ce qui existe en dehors d’eux est « ethnique » et digne de figurer dans les musées seulement. Ils vont s’inquiéter et faire des manifestations pour sauver les bélugas, les pingouins et les grenouilles à petite bouche mais se foutent éperduement de voir des cultures disparaître partout dans le monde.

    Culture de colonisalisme Victorien……

  24. Jacques Lambert dit :

    Madame Kay a étudié à McGill et elle a enseigné dans plusieurs cégeps à Montréal. Mais le français est trop dur…

    Elle dit que l’anglais est une langue officielle au Québec.
    Elle dit que l’anglais est une part de l’identité canadienne des Anglo-québécois.
    Elle dit que Montréal a été développée par des Anglos.

    Puis-je ne pas m’accorder avec ses dires ?

    Pour elle, l’anglais est une langue officielle du Québec. C’est faux.
    Pour elle, les Anglos de Montréal s’identifient au Canada anglais. C’est vrai.
    Pour elle, le Québec est la propriété tant des Francos que des Anglos. C’est faux.
    Pour elle, ceux qui n’ont pas compris ça sont des fascistes. Tout fallacieux.
    .
    Pour elle, le Québec souffre déjà de ne pas enseigner l’anglais aux petits francophones dès le primaire. Je suis triste.

    Pour elle, la défense du français au Québec porte en elle-même un objectif génocidaire («linguistic cleansing»). La preuve étant que les Anglais se font harceler physiquement.

    C’est vraiment l’Allemagne nazie.

    Et qu’en est-il du français dans le ROC ?

    N’est-ce pas une langue officielle ?

    Les petits Anglos apprennent-ils le français au primaire ?

    Les Francos n’ont-ils pas développé le Canada ? OK, les Orangistes ont pendu Riel et disséminé les Métis. But so what ? Survival of the fittest ? Ain’t it ?

    Les écoles francophones interdites en Ontario par le Règlement 17. Pure démocratie canadienne !

    Bref, les Anglos jouent de tous les instruments dont ils disposent et dont ils ont disposé depuis l’Acte d’Union.

    Après avoir assimilé les nations immigrantes et presque anéanti les Premières Nations, les Anglos font figure de victimes. Pauvres Anglos…

    «J’feel mon cerveau ramollir» (Lisa Leblanc d’Acadie). Quand je vous vois dire, Mrs. Kay , que chez vous c’est partout et que chez nous, c’est nowhere in the ROC….

    P.S. : Les cégeps anglophones pour les Anglophones au Québec, êtes-vous contre ça, Mrs. K?

  25. Arsene66 dit :

    Ça, une journaliste ???

    Déconnectée et dangereuse, la Madame.

  26. Louise dit :

    Je me rappelle d’un temps où dans l’ouest de Montréal on ne pouvait parler français car tout était en anglais et c’est encore difficile de se faire servir en français aujourd’hui.
    Si je vais en Ontario ou ailleurs dans le « grand « Canada et que je parle français, hé bien je ne pourrai me faire servir en français et on me regardera de travers en espérant que je retourne chez moi au plus vite et pourtant le Canada est supposé être un pays bilingue !!! et pourtant il n’y a qu’au Québec que les 2 langues y sont présentes. Ce n’est pas pour rien que l’on protège tant notre langue, elle est menacée . Si le Canada était vraiment bilingue et que le français était présent partout au même titre que l’anglais, alors la division n’existerait pas .
    De là à dire que le P.Q. veut faire un nettoyage ethnique c’est assez exagéré !!!!

  27. Sébastien dit :

    Ceux qui attaquent les anglophones représentent une faible minorité et le fait de partir de cette prémisse pour attaquer les francophones, c’est disons assez….ridicule. Personnellement, je n’ai aucun problème que les anglophones parlent entre eux en anglais, mais lorsque vient le moment où ils doivent entrer en contact avec des francophones ou du moins dans une entreprise ou établissement majoritairement francophone, alors un petit effort serait bien souhaitable; l’inverse est aussi vrai. Si je ne peux pas me faire servir en français, alors je serai tout autant offusqué. Les anglophones vont devoir comprendre que dans les environnements publics, le français est la langue absolue. Je n’ai absolument rien à dire contre les anglophones et les immigrants, mais on va devoir s’affirmer et leurs faire comprendre que le français est une priorité. J’ai déjà eu des situations enflammées avec les anglais qui n’aimaient pas que je leurs réponde en français tandis qu’ils répondaient en anglais…pourtant…ceux-ci devraient maîtriser, au moins, la base et ne pas s’offusquer que je leur réponde en français. On se comprend pourtant?! Dans le public, c’est français! That’s it!!!!! Pourquoi moi je dois me forcer à parler anglais lorsqu’eux ne sont même pas capable de dire autre chose que bonjour et merci. Dans les écoles publics, on met davantage l’accent sur l’apprentissage de l’anglais que du français! Qui seront les politiciens, tous partis confondus, assez courageux pour faire comprendre ça aux angloparanos! Je ne suis pas péquiste, ni violent, mais je tiens au français et je vais me battre toute ma vie jusqu’au jour où je serai cet intello près du pouvoir pour faire respecter la supériorité de la langue française dans les endroits publics! Merci!

  28. Pierre Marc dit :

    Je suis parfait bilingue, mais entendre de tels propos me donne envie de rendre service à Madame Kay et de voter pour la souveraineté du Québec lors du prochain référendum afin qu’elle quitte le Québec le plus rapidement possible avec son étroitesse d’esprit…. Aberrant !

  29. Ivan Champetier dit :

    Je peux lui dire a la dame qu’il y en a un maudite bonne gang qui ont bien moins peur qu’elle de parler anglais dans les rues de Mtl! Voire même aucune espèce de peur. Si elle ne s’en est pas aperçue,il y a plusieurs explications possibles!
    1)Elle a des écouteurs lorsqu’elle s’y promène au hasard des rues! Je lui suggère de les enlevers,même pas besoin que ce soit pour longtemps!
    2)Elle a les oreilles obturées par d’impressionants bouchons de cérumen,il existe une spécialité médicale appellée ¨oto-rhino-laryngologie¨! Elle devrait a l’évidence se prévaloir de leurs services!
    3) Elle n’est jamais allée au centre-ville de Mtl de sa vie!

    Je suis par ailleurs fortement impressioné qu’une telle personne ait une connaissance,fût-elle restreinte,de notre langue! Pas sûr qu’il s’agisse d’une tendance marquée chez les lecteurs du Nationasl Post!

  30. Raymond dit :

    Ce qui me fait le plus rire dans ces propos, c’est que étant un retraité du transport en commun de la Ville de Montréal, section sud ouest, ce qui me donnait le plus de propos cinglant lorsque je répondais en francais, qui était sensé etre la langue de travail, étaient les fameux francophones bilingues et rarement de la part des anglophone bilingues ou unilingues, curieux!!!!!!
    j’ai plus souvent été insulté par des francophones bilingues qui jouaient au anglos que le contraire, …….bin coudon!

  31. Krugher dit :

    Mme Kay dit simplement tout haut, ce que les anglais de Montréal pensent tout bas. Le parti Québécois ne sais pas parler à l’intelligence des gens. Il ne s’adresse qu’aux émotions ancrées au patriotisme et à la fierté d’être Québécois. Protégeons notre culture, vivons libres! soyons indépendant!! Ayoye!! Indépendant de qui??? Des anglais, du reste du Canada qu’elle répondrait la Pauline. C’est complètement fou ce qui se passe présentement. La presque totalité du plan des péquiste mis sur la table est une véritable abomination. Ils vont à la fois réussir à foutre notre économie en l’air avec des programmes sociaux totalement irresponsables économiquement comme des études supérieures gratuite (d’une valeur de près de 40000$ la session, par étudiant), à tous ceux qui ont toujours rêvés de jouer de la flûte ou du banjo au conservatoire. Ils vont également réanimer les vieilles querelles entre francophone et anglophone comme dans les années 80. Mais surtout ils vont nous prouver à quel point ils sont incapables de créer de la richesse pour payer la note de nos si merveilleux programmes sociaux. En tout cas Mme Kay, j’aurais préféré mille fois être un anglophone lors des manifestations de ces insipides carrés rouges et de leur bien pensant intellos, pour avoir eu une seule petite chance de ne pas entendre toutes les inepties vomies par ces parasites qui gangrène notre économie. Le Parti Québécois est probablement la pire chose qui pouvait nous arriver en ces temps ou la tendance planétaire des pays riches est à la récession.

  32. Benoit Archambault dit :

    Il faudrait aussi inviter la journaliste américaine ANN COULTER qui dit à qui veut l’entendre que le Canada est un pays de nuls. Question de rétablir l’équilibre!

  33. Alexandre Gosselin dit :

    Ce qu’il y a de plus triste dans ce discours c’est le fait d’invoquer la Charte des droits et libertés de la personne après avoir candidement avoué que ce qu’elle a écrit dans les pages du National Post était de l’exagération. Mme Kay a parfaitement raison de dire que la Charte Canadienne lui donne le droit de parler anglais. Cependant, son droit s’arrête à partir du moment qu’elle brime celui des autres et non pas en matière de langue mais de respect des autres, de la majorité francophone en l’occurrence. Elle utilise sa liberté d’expression, de langue et son employeur (qui en retire un certain bénéfice dont-on l’admettre) pour salir volontairement le Québec aux yeux du reste du Canada, sans raison valable. Les évènements n’ont pas eu lieu. C’est un  »feeling » non représentatif de la situation au Québec. PQ ou pas. La langue au Québec doit être protégée point. Pas de l’anglais, protégée simplement de tout relâchement qui nuirait aux efforts des 400 dernières années. Mais de toute façon, si Richard Martineau ne peut pas lui faire entendre raison… Qui le fera? Personnage triste et méprisant.

  34. Steve Harvey-Fortin dit :

    Si madame Kay n’aime pas le Québec, je lui suggère une des belles province de l’ouest qui l’accueillera avec le plus grand plaisir. Elle n’a pas à venir nous impoiser ses idéaux libéral de ce que d’être le Québec. Nous avons une culture au Québec qui nous est propre et si elle ne ses ent pas bien ici, qu’elle fasse comme plusieurs immigrants.
    Nous ne l’a retenons pas !

  35. BIZ dit :

    le pq est a des années lumieres du facsisme!!! c’est l’extrème opposé…le  »MOUÏSME »!!

  36. Michèle dit :

    @ Jean-Yves Gobeil dit :

    7 novembre 2012 à 20 h 38 min

    «  »Tous les habitués de votre blogue savent que je suis un fédéraliste et un anti péquiste !

    Mais là, la p’tite madame exagère vraiment. J’ai beau ne pas aimer ce gouvernement, mais de là à dire qu’il prépare un nettoyage ethniqueou que le PQ est un parti faciste, il y a une marge ! »"

    Vous savez, elle n’est pas loin de la vérité la madame. Avec l’acharnement de faire des québécois des unilingues français seulement, elle fait de la dictature car plus un tient un peuple ignorant et plus on le contrôle!

  37. bombardier dit :

    Faut-il que le Québec s’adapte à Barbara Kay ou que Barbara Kay s’adapte au Québec .

  38. Ivan Champetier dit :

    Certains ici font de curieux amalgames!
    Être francophone= être ignorant! C’est quoi cette sôttetée la?
    Et un unilingue anglophone! Qu’est-ce que ce serait suivant la même logique?

    Savoir plusieurs langues n’a rien de mauvais en soi,c’est mon cas!
    Mais attention les raccourcis trop faciles,il y a des unilingues qui sont des gens de talents et des gens qui sont des corniauds même s’ils sont ¨bilingues¨!

  39. Gate dit :

    L’émission est à 21h, y a t’il quelqu’un qui pourrait la mettre en garde contre le bonhomme 7 h elle se sentirais encore moins en sécurité. :)

    Plus sérieusement, c’est vrai qu’elle a pleinement le droit de parler anglais, mais en revanche moi, j’ai pleinement le droit de parler français partout au Canada. En gros, ce qui est bon pour l’un est bon pour l’autre. Alors, j’aimerais avoir ce qu’en pensent nos amis des autres provinces canadiennes?

    À quand un vrai débat national pour régler le problème une fois pour toutes, à moins que l’hypocrisie collective qui plane présentement fasse l’affaire de certains organismes et dirigeant de son beau monde juste et bon?

  40. Luc dit :

    Nos amis et compatriotes anglophones représentent environ 8% de la population québécoise et quasi 80% d’entre-eux n’ont jamais eu à se débrouiller en français au Québec. En parlant de génocide presque, Mme Kay n’exagère pas un peu là ?…..

  41. Mongrain de sel dit :

    Barbara Kay réalise-t-elle à quoi elle nous compare en utilisant l’expression «linguistic cleansing» et en opinant du bonnet lorsque M. Martineau utilise l’expression « Nettoyage ethnique »??? Elle nous compare à des dictateurs qui pratiquent des génocides ou qui interdisent à des populations de parler leur propre langue pour mieux effacer leur culture! C’est grave une accusation pareille! On ne parle pas seulement de jouer les victimes pleurnichardes, on parle d’amalgame grossier entre la lie de l’humanité et une population à qui on a le front de donner des leçons de tolérance!

    Combien de temps allons-nous jouer les paillassons en ne réagissant pas lorsqu’on nous insulte? Certains québécois sont si incapable de fierté que lorsqu’on les lance dans un coin, ils prennent la forme du coin! Qu’espérons-nous? Qu’à force de nous mépriser nous-mêmes, les anglophones vont nous respecter? On voit que c’est un franc succès avec les immigrants rétifs à toute intégration! Le respect, ça se mérite, vous savez!

  42. Stevest dit :

    Tout ce qui est extremiste est pathétique… C’est sûr que je me répète, mais ça s’applique encore dans le cas de cette journaliste sensationnaliste…

    J’ai des amis dans le ROC qui me disent à ce sujet que les médias gonflent à outrance les effets de la question linguistique au pays et que ça ne réflète en rien la pensée de monsieur/madame tout-le-monde… Ça ne vous rappelle rien? Ne voit-on pas la même tendence ici dans nos médias selon leur allégence politique?

    Cette journaliste écrit ce qui va permettre de vendre de la copie… Ainsi font les Martineau, Duhaime, Marcotte, Hébert, ect…de ce monde

    Le hic, c’est que ce comportement déviant de la machine journalistique influance des faibles d’esprit à la Bain qui gobent tout comme si ce n’était que pure vérité et on connait le résultat…

  43. « …et croit que le PQ est un parti crypto-fasciste… »

    Je lui donne raison sur celle-là.

  44. Jean L dit :

    C’est normal qu’on veuille protéger la langue française.
    Si 5 personnes,4 francophones et 1 anglophone mais tous parfaitement bilingues, 90% du temps, la conversation se fera en anglais.
    Je l’ai vécu à maintes reprises.

  45. je viens de me souvenir que nous n’avons pas le droit de publier des liens internet, mon erreur! mais j’ai le droit de dire ce qui me vient en tête.
    voici
    Barbara Kay a peur en parlant anglais, de se faire casser la gueule,
    mais Pauline Marois n’a pas peur en parlant anglais de se casser la gueule.

    si on écrit dans la barre google *Pauline Marois parle anglais* on ne pourra que constater, que la loi 101 une fois durcie nous fera paraitre encore plus ignard.comme en fait foi des vidéos d’une femme qui rêvait de faire carrière comme première Ministre et qui en 2010* baragouinait* l’anglais, ridiculement.mais oui elle a réalisé son reve mais on a l’air de quoi???

    si tu veux faire des affaires, prendre de l’expansion au dela du Québec, sans l’anglais tu n’iras pas loin, et une bonne façon d’apprendre cette langue, c’est en échangeant avec des anglais et en écoutant des bulletins de nouvelles anglais.

    ignard ou pasà nous de choisir.je mets beaucoup d’effort à mieux écrire mon français, ça c’est une fierté comme on dit bien placée.

  46. Oui ben j’ai lu son article et je lui donne raison.

  47. L’office de la langue française nous apprend qu’à Montreal on se fait accueillir dans les lieux d’affaires en français dans 96% des commerces. Faut être vraiment extrémiste pour vouloir encore plus.

  48. Johanne dit :

    Il y a une grande différence entre les commentaires de ceux qui ont vu l’entrevue et ceux qui ont rédigé leur commentaire avant même la diffusion de l’entrevue! Ceux d’avant donnent carrément raison à Barbara Kay!
    La dame donne de l’excellent matériel télé et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle n’a pas peur d’émettre des opinions et ce dans un français impeccable.
    Bon, ceci dit , elle exagère un peu (et l’admet elle-même) lorsqu’elle parle d’anglophobie mais ses propos sont plutôt pertinents lorsqu’elle parle de la propension de nos intellectuels à excuser les mouvements extrémistes. Une entrevue intéressante avec une femme intelligente, est-ce qu’on s’attendait sérieusement à ce que la dame (anglophone)communie à la grand messe nationaliste ambiante?

  49. JP Bouchard dit :

    Jacques Lambert,

    Vous lisez trop de littérature extrémiste anglophone.

    Voyons donc…Même Harper nous aime…il parle français partout où il va sur la planète.

    N’ est-ce pas une marque de respect envers la nation Québecoise???

    Martineau est un extrémiste qui interview des extrémistes.

    Tout l’ monde sait que Montréal est une ville déjà plus anglophone que francophone.

    Et que le PQ ne pourra pas changer ça.

    La capitale du Québec, c’ est Québec.

    Montréal est la « capitale bilingue » du Canada.

  50. Normand Caron dit :

    JE n’ai pas encore vu la reprise des Francs-tireurs (je vois toujours l’épisode en reprise plusieurs jours après) mais je vais me faire l’avocat de la diablesse en rappelant qu’elle fût l’une des rares commantatrices du Canada anglais à prendre de notre bord quand il était question des problèemes de hijab et autres accomodements déraisonnables…

    J’espère que M.Martineau lui en a glissé un mot lors de l’entrevue.

  51. simonb88 dit :

    J’espère simplement que la majorité des anglophones ne pensent pas comme elle…sinon ben je vote PQ aux prochaines élections. C’est pas vrai que Marois (bien que je ne l’aime pas) représente Staline ou Hitler, affirmer cela témoigne d’un manque de culture énorme et grossier. On se fait manger la aline sur le dos fréquemment au Québec, et là cette dame nous demande qu’on s’incline encore plus??

  52. Olivier Barbeau dit :

    Au fait a t’elle fait l’entrevue en français? Si non et qu’elle habite au Québec, ses propos sont encore plus méprisants. Si elle habite en Ontario, elle peut bien parler. Mais comment se fait t’il qu’elle ne parle pas français? Le Canada n’est t’il pas un pays bilingue?

    Malheureusement, il y a des gens stupides des deux bords. Dernièrement, des amis touristes, dont le mari parle 5 langues et parfaitement français, se sont fait dire de parler Français, quand la conjointe de celui-ci a osé commander en anglais dans un bar sur St-Denis.

  53. Dominique Lavoie dit :

    « L’office de la langue française nous apprend qu’à Montreal on se fait accueillir dans les lieux d’affaires en français dans 96% des commerces. Faut être vraiment extrémiste pour vouloir encore plus. »

    Vous gobez ça??? Je ne suis pas manchote pour faire des recherches sur le net et je n’ai RIEN trouvé pour étayer cette fable.

    Allez faire un tour dans tous les magasins, bars et restos de Ste-Catherine ouest et dans le Montréal sous-terrain. Entrez dans n’importe quel dépanneur tenu par un Chinois, un Turc, un Pakistanais et ils sont nombreux. À St-Michel, Montréal-Nord, Anjou, Villeray, Rosemont, St-Léonard etc…

    Allez faire un tour dans Côte des Néges, Pierrefonddds, Didi-oh! Pointe-Clayre, Notre-Dame de Grawce, Westmount, Park-Ex, Tee-Em-Are et Downtown en général (j’ai anglicisé les noms: devinez pourquoi!)

    Je ne sais pas si je suis extrémiste mais l’image que j’ai dans le moment est celui d’un grand oiseau au long cou, le derrière exposé à tous vents pour y recevoir un grand coup de pied parce qu’il se sent en sécurité la tête dans le sable!

  54. newton dit :

    Dominique Lavoie

    « Pauline Marois avec son projet de n’accorder la citoyenneté et le droit de vote qu’à ceux qui maîtrisent le français dans un Québec souverain… »

    Totalement faux.
    En fait il était question que tout émigrant reçu qui postule pour une fonction d’élu devrait avoir une connaissance minimale du français.

    Toute une nuance.

    Il y a quant même une limite à dire n’importe quoi.

  55. Alexandre B. dit :

    @Dominique Lavoie

    “‘Il n’y a pas eu deux morons de la STM qui ont fait de la provoc’ avec leurs affiches “‘au Québec, c’est en français que ça se passe?”

    “‘vous devez bien vous souvenir d’un autre moron qui a tué un innocent le 4 septembre en hurlant “les anglais se réveillent”.

    “‘Je suis portée à croire que les imbéciles se retrouvent en nombre égal dans les deux camps.”

    Ben oui toi, informer les gens que c’est en français que ça se passe au Québec et tuer des innocents pour des raisons racistes et politiques, c’est ben évident que c’est aussi grave! Pathétique…

  56. François dit :

    Toute vérité n’est pas bonne à dire!!! À deux reprises j’ai vécu des très mauvaises expériences à Montréal.

    Voici quelques années dans un café très bien connu du Plateau un de mes amis a OSER commande une Sleeman!!! Le serveur nous a ramassé nous disant que le café ne vendais pas des bières Ontariennes. WOW WOW . C,est ça ne frise pas le racisme!!!

    Une autre fois j,étais dans un resto avec un collègue anglophone qui venais de l,extérieur du Québec. Comme nous parlions ensemble en anglais des bons petits québécois près de notre table se sont permis de faire la morale nous disant que nous étions au Québec et que le tout se passe en français. Disons que leur ai dit de se mêler de leurs affaires très poliment et le tout a mal viré.

    Donc je comprends très bien les non francophones de craindre les RACISTES QUÉBÉCOIS.

    Have a good day

    Francois

  57. Pierre-Luc Tremblay dit :

    Anecdote: Souper d’anniversaire au Restaurant Basso coin St-Laurent et Sherbooke samedi dernier. Tous le personnel était unilingue anglophone incluant le dj.

    C’est un peu particulier pour un restaurant en plein quartier hot de Montréal…

  58. Marc-Olivier dit :

    Moi je vis a Kingston je suis francophone, je n’ai quasi aucun services en francais. Je vis hors Quebec depuis plus de 6 ans maintenant. J’ai ete en Alberta et c’est le meme constat. Moi je dis qu’il faut etre aussi dur avec les Anglais qu’ils le sont avec les francophones hors provinces. Je ne suis pas victime de racisme hors Quebec mais je crois que si on m’impose de travailler en anglais dans le reste du Canada, vous devrier egalement imposer de travailler en francais au anglophones du Quebec. Vous etes la majoriter dans votre province.

    Cette femme va trop loin en parlant du PQ de cette facon. Je crois que partout au pays nous devrions avoir les memes droits, Anglais ou Francais. La lois 101 est une bonne chose. Si le francais est menacé au Québec bien quand on vous parle en anglais reponder en francais, ils ont eu 300 ans pour apprendre la langue de Moliere si ils sont toujours pas capable de comprendre, c’est parce que ils ne veulent pas tout simplement.

  59. Pierre-Luc Tremblay dit :

    Marc-Olivier:

    Merci pour votre expérience de vie Hors Québec qui remets en contexte les affirmations ridicules que beaucoup de Québécois anglicisés ou d’anglophones ont sur le Québec et la langue française. J’ai personnellement de la famille au Manitoba. La communauté francophone se bat comme ver devant l’aigle pour essayer de survivre et leur budget est toujours coupé et recoupé année après années. La façon comment les anglophones traitent leur propre minorité linguiste est honteuse et je ne comprend pas comment ils peuvent ensuite venir nous dire que nous sommes xénophobes et racistes alors qu’ils ont un traitement royal comparativement à ce qu’ils réservent…

    Il faudrait plus de gens comme vous pour prendre la parole. Cela aiderait grandement la cause francophone qui est, je le signale, l’autre langue officielle du pays n’en déplaise aux unilingues anglophones qui représentent 81% du Canada… Notre taux de bilinguisme au Québec est comparativement à eux de 68%. Qui est fermé sur le monde selon vous?

  60. michel asselin dit :

    C’est justement ce genre d’Anglaise « raciste  » qui quand j’étais plus jeune « J’ai 62 ans  » nous répondaient « Speak White  » chez Eaton ,,,,elles nous regardaient avec mépris ,,,,Maintenant c’est à notre tour de leurs parler d’amour , « Moi je travail en Francais « 

  61. pbrasseur dit :

    La proportion d’anglo diminue au Québec et il suffit de lire chaque semaine les journaux locaux anglophones à l’ouest de Montréal pour comprendre à quel point cette communauté est tourmentée et inquiète. Libre à vous de croire qu’elle à tort, mais c’est bien la réalité.

    L’exode des anglos, aussi une réalité, est une tragédie pour le Québec qui a bien dû y perdre au moins 20 ans de développement économique. Il est clair que le PQ a joué un rôle important là dedans. Et ça ce poursuit…

  62. Sylvain Latulippe dit :

    Les Californiens, aussi des fascistes ? Car à la fin des années ’90, la Californie s’est inspiré de la loi 101. En effet, voyant de plus en plus d’immigrants espanophones débarquer dans l’État, la Californie a adopté une loi obligeant les enfants à fréquenter l’école anglophone, à avoir une prédominance de l’anglais sur l’affichage, et l’obligation des commerces de pouvoir servir la clientèle en anglais. Mais j’imagine que pour Mme Kay, il ne s’agit que le bon ordre des choses. Si Mme Kay est vraiment honnête, bien qu’elle dénonce aussi publiquement la Californie comme étant une État fasciste. By the way, essayer de parler français à Ottawa, la capitale du Canada dont les deux langues officielles sont l’anglais et le FRANÇAIS. Regardez ensuite les regards et revenez me dire si vous vous êtes senti intimidé. Ensuite on verra.

  63. Pierre-Luc Tremblay dit :

    pbrasseur : «L’exode des anglos, aussi une réalité, est une tragédie pour le Québec qui a bien dû y perdre au moins 20 ans de développement économique»

    Quelle abbération! Comme çi les anglophones représentaient les riches et les francophones les pauvres. À vous entendre, on se croirait encore dans les année 40 avec Westmount vs St-Henri. Si l’exode anglophone est si important, comment expliquez-vous que Montréal s’anglicise? Il devrait être plus francophone pourtant… Ce qui prouve que vous dites n’importe quoi, simplement de la provocation.

  64. Sylvain Latulippe dit :

    Et pour faire suite, voici ce qu’on peut lire sur le site de l’Université Laval, au département du droit international:Du côté des lois, de nombreux États ont adopté des mesures concernant la langue de la justice et/ou de l’éducation afin de promouvoir l’anglais et de garantir sa prépondérance, voire assurer l’exclusivité à la seule langue anglaise:la Californie, le Colorado, le Connecticut, l’Idaho, le Maine, le Michigan, le Nevada, le New Hampshire, l’Oklahoma, l’Oregon, le Texas, le Vermont, le Wisconsin, New York. Les objectifs généraux qui guident les législations américaines peuvent être résumées ainsi:

    (1) Suppression des services de traductions simultanées dans les hôpitaux.
    (2) Suppression des services téléphoniques d’urgence en espagnol.
    (3) Impression des bulletins de vote en anglais seulement.
    (4) Suppression de l’espagnol comme langue pouvant être utilisée dans les tribunaux et autres services publics.
    (5) Suppression des services de scolarisation bilingue et tout ce qui les accompagne.
    (6) Suppression des stations de radio et de télévision diffusant dans des langues autres que l’anglais.
    (7) Élimination des ouvrages en langue étrangère des bibliothèques publiques.
    (8) Information téléphonique et annuaires disponibles en anglais seulement.
    (9) Élimination des écriteaux, panneaux d’affichages et signaux rédigés en espagnol.
    (10) Informations touristiques disponibles en anglais seulement.
    (11) Publicité en anglais seulement.
    (12) Élimination des informations publiées en espagnol sur les logements subventionnés par l’État.

    On rappelle également sur le site que jusqu’au début du 20e siècle, les États de la Californie, du Nouveaux-Mexique et du Texas étaient majoritairement espanophones.

  65. Pierre Brunet dit :

    Et si on faisait le test de parler en français dans le centre-ville de Toronto…….quel genre de regard obtiiendraient-on????…………..hummmmmmm

  66. Ivan Champetier dit :

    Plutôt mélangé ce commentaire d’un François! Il n’y a rien de raciste a répondre qu’on ne vends pas de bières Ontariennes,si c’est le cas! Serait-on racistes envers les Chinois en ne vendant pas de Tsing Tao ou envers les Mexicains si l’on ne vends pas de DosXX*? A moins que le serveur n’ait précisé que c’est parce qu’on ne peut pas sentir les Ontariens,mais ça m’étonnerait bien qu’il se soit permis ça!
    Pour l’histoire de ces 2 mecs dont le François fait état,si elle n’est pas un peu inventée,il a bien fait de leurs dire de s’occupers de leurs flûtes! Mais ça ne doit pas arriver bien souvent! En tous cas pas plus que des Anglos ivres qui font du raffût au centre-ville,comme j’ai déja vu plus d’une fois! C’est kif-kif l’affaire!

    *Deux bières excellentes au demeurant!

  67. Simon dit :

    Wow….

    Cette dame a une vision bien noire de nous francophones! Ce qui est dommage, c’est que les anglos hors-Québec qui la lisent croient surement que ses propos sont véridiques étant donné qu’elle habite au Québec. C’est des plumes malsaines comme la sienne qui enveniment les relations Québec-Canada.

    En tout cas, elle et les gens comme elle me poussent plutôt vers Option Nationale que vers le PQ.

  68. Ivan Champetier dit :

    ¨Et si on faisait le test de parler en français dans le centre-ville de Toronto¨ (Pierre Brunet)

    Ne vous fatiguez-pas,je vais vous donner la réponse! Ils ne comprendront rien en général,sauf si vous êtes vraiment chanceux (achetez-vous des 6/49,c’est pour vous)! Encore heureux s’ils se rendent compte que vous leurs parlez français,enquel cas il vous sera répondu comme presque toujours en ces contrées ¨I don’t speak french¨!
    Avec une humeur plus ou moins bonne,dépendant sur qui l’on tombe (car il y a des gens qui sont aimables même la-bas,parfois).
    S’il y a un coin ou je suis allé souvent dans ce peu de temps qu’on passe ici-bas,c’est bien Toronto!

  69. Serge dit :

    Lire le dernier paragraphe de Mme Kay :
     »all Canadians should have equal rights to be educated and to socialize in the official Canadian language of their choice. »
    Très Fair play…très British comme propos!
    Curieux que M. Martineau n’ait pas allumé sur le sujet!!
    Blaque à part…on peut t’u s’attendre à ce que tous les anglophones d’Amérique du nord parle français!!
    On peut tu enfin en finir avec cette guéguère de langue!
    Si tu veux que le français domine au Québec au Canada et en Amérique du Nord!!
    Y’a une seule et unique solution
    Çà passe par la démographie!
    Point final!
    Alors …à quand la revanche des berceaux???

  70. Serge dit :

    Le tout est une question de perception:
    Les anglophones ne digèrent pas la loi 101!
    Et si les francophones se soient vus imposés la loi 202, obligeant la fréquentation d’écoles anglophones!
    Comment pensez-vous que les francophones réagiraient??
    Pourtant, il y a une loi promulguant le bilinguisme officiel au Canada!
    Pas parfaite ..sûrement!
    Mais il me semble que cette loi à un avantage!!!
    Au lieu de diviser..elle unie!

  71. Sylvain Latulippe dit :

    Le Québec compte 340 écoles primaires et secondaires de langue anglaise administrées par neuf commissions scolaires gérées par des membres de la communauté. Le Québec compte aussi huit collèges et trois universités anglophones dont Collège Dawson, Montréal, Université McGill, Collège Héritage de Gatineau, Collège Marianopolis de Montréal, Vanier College de Saint-Laurent, Collège John Abbott de Sainte-Anne-de-Bellevue, Campus Lennoxville du Champlain Regional College à Lennoxville, Campus Saint-Lambert du Champlain Regional College à Saint-Lambert, Campus Saint-Lawrence du Champlain Regional College à Québec, Université McGill à Montréal, Université Concordia à Montréal, Université Bishop’s à Lennoxville. On compte également 15 hôpitaux anglophones, 4 stations télé, une vingtaines de stations de radio, une dizaine de journaux, dont un grand quotidien, The Gazette. Nous sommes donc de véritables xénophobes qui font tout pour nuire aux anglais. Je me demande dans quelle autre province canadienne, une minorité ne formant que 10 % de la population a les mêmes services garanties. Si vous avez la réponse, je veux la connaître.

  72. Serge dit :

    @Sylvain Latulippe dit :
    Bonjour…est-ce que tu mets permet de transmettre ton commentaire à la gazette tel quel! Ou si tu préfère le faire toi même?

  73. Frank dit :

    Un petit double standard avec ça? Kay vous donne l’exemple d’un homme à l’hôpital juif qui s’est fait lancer une sandwich par une frustrée. Un cas isolé. Par contre si Don Cherry ou un/une journaliste ose dire quelque chose sur le Québec alors la, c’est *tout* le ROC qui fait du QC bashing, est anti-QC, hais les francophones etc etc.

    @Sylvain Latulippe: votre liste sert à quoi au juste? Pour excuser la xénophobie envers tout ce qui ne sont pas blanc/catho/franco? Est-ces seulement vous, comme francophone, qui avez le droit de définir le racisme/xénophobie? Si ils osent dénoncer des injustices vous allez fermer ces institutions?

  74. Frank dit :

    @Ivan Champetier
    Si vous êtes allez souvent comme vous dite vous avez surement vu que la signalisation routière sur la 401, particulièrement d’urgence, sont bilingue. Mieux encore, chaque langue a sa propre pancarte. Mais ça on en parle pas….

  75. Serge B. dit :

    Parle blanc!

  76. Sylvain Latulippe dit :

    @ Serge

    Tout le plaisir sera pour toi !

  77. André Côté dit :

    C’est tellement mieux en anglais. Dépêchez vous d’apprendre l’anglais. Je suis tellement fiers que mes enfants parlent anglais…..
    J’ai tellement honte d’être Québécois, quel drôle de peuple qui ne mérite pas d’exister.

  78. Stevest dit :

    Le problème avec cette journaliste, ainsi qu’avec une bonne partie des intervenants qu’on peut voir ou entendre ici au sur d’autre médias, c’est la généralisation…

    Si tu es un francophone au Québec et tu votes PQ, tu es automatiquement un gauchiste raciste xénophobe. Donc, si tu es un anglophone au Québec, tu es automatiquement une victime de ces extremistes patriotique… Euh… à quand remonte le dernier crime raciste au Québec? Et qui était l’agresseur?…

    Autre tendance de généralisation aveugle, c’est celle des anti-Marois qui la démonise de façon constante et aveugle… Bien que je ne soit aucunement un fan de cette cheffe, y’a bien des limite à dire n’importe quoi! Par exemple, sa haine vicérale de l’anglais dans nos écoles… Je suis d’accord avec ses détracteurs pour dire qu’elle se trompe de cible pour atteindre son but. Mais son but, ce n’est pas d’éradiquer l’anglais des écoles. Elle cherche plutôt un moyen d’être conséquent avec la lutte qu,elle et le PQ font depuis des années aux fameuses écoles passerelles: Je m’explique: La loi comme elle est constitué présentement oblige une famille d’immigrants à envoyer ses enfants dans une école où ils recevront une éducation en français. Par contre, si ton « enfant » a atteint l’âge d’aller au CEGEP, la loi ne s’applique plus, puisque la loi 101 ne touche pas les CEGEP. De ce fait, une famille qui arrive au pays avec des ados de 16-17 ans passent par dessus l’objectif qui est de les intégrer au français avant le marché du travail.

    Rien d’extremiste là dedans!! Par contre, l’erreur de cible, à mon humble avis, est de couper sur les heures ou l’on enseigne une matière très utile pour l’avenir de nos enfants, c’est-à-dire l’anglais, au lieu de couper dans ce ramassis de n’importe quoi qu’est l’éducation à l’éthique et culture religieuse… Commençons par apprendre les matières utiles…non?

  79. Ivan Champetier dit :

    ¨Blaque à part…on peut t’u s’attendre à ce que tous les anglophones d’Amérique du nord parle français!!¨ (un Serge)

    Sûrement pas monsieur! Mais on peut et on devrait s’attendre que ceux de Mtl oui!

  80. Ivan Champetier dit :

    Pour ¨Frank¨

    C’est vrai,la signalisation publique est maintenant bilingue sur les auroroutes 401 et 417,depuis 2 ans!
    Tout ce qui est affichage privé est demeuré unilingue anglais sur la 401,cependant!
    On est loin d’une bilinguisation étendue de l’Ontario!

  81. Ivan Champetier dit :

    Pour Sylvain Latulipe

    Je peux vous dire que cette politique dont vous parlez,pour les États-Unis ne rencontre pas un franc succès! Il y a des postes de télé gigantesque qui diffusent en Espagnol*,des stations de radio en Espagnol,et des centres d’achats entiers ou l’affichage est majoritairement en Espagnol aussi! Partout ou je suis allé aux USA,on voit la présence des latinos (même des bourgades en Virginie)!
    L’espagnol,contrairement au français,a le nombre pour lui! Les locuteurs Espagnols sont plus nombreux que les anglophones en Amérique! Ce n’est pas au goût de tous les ¨gringos¨,soit! Mais c’est comme ça pour l’instant.
    Ceux qui pensent qu’un règlement suffira a changer ça sont un peu naïfs!

    *Le fameux ¨Sabado Gigante¨ est retransmi depuis Miami!

  82. Sylvain Latulippe dit :

    @ Ivan Champetier

    Si vous avez bien lu, vous avez sûrement remarqué que ce ne sont pas tous les États qui ont adopté ces lois. Mais force est d’admettre que malgré la toute puissance économique des USA et de sa force médiatique, la question de la langue est aussi une préoccupation chez nos voisins. Ainsi, si le Québec est fasciste en raison de ses positions linguistiques, ont peu en dire tout autant de nos voisins. De plus, j’ajouterai que la Colombie-Britanique songe à l’adoption d’une loi similaire, puisque le Chinois est entrain d’envahir l’affichage comme langue unique et que de plus en plus de commerce ont des emplyés ne parlant que cette langue. Et si ce ne sont pas les règlements qui changeront les choses, il faut peut-être s’inquiéter, car très peu de peuple ont laissé leur culture être menacée sans réagir fortement.

  83. Serge dit :

    @Sylvain Latulippe dit
    Effectivement çà l’ai !!! LOL
    Quelqu’un s’est même donné la peine de traduire l’essentiel de ton texte en anglais!!
    Dois le remercier d’ailleurs!
    Aimerais savoir combien d’Anglophones ont réussis à non seulement le lire, mais a le comprendre!!

  84. Ckoff dit :

    Je suis Anglophone, je suis en daccord en partie avec le discours a Mme Kay. Est ce que je me sens québécoise? Parfois. Pourtant je suis né ici, je parles francais mais ma langue premiere est l’anglais. Je suis allé a l’ecole en francais grace a la fameuse loi 101. Ll ny a personne en politique actuellement qui est capable de resoudre le plus grand probleme de notre province: Unir les gens! Que tu sois francophone, Anglophone en plus d’être d’origine étrangère et que tu demeures au Québec = QUÉBÉCOIS(e). C’est pourtant si simple mais le discours actuel ne sers que de séparer , nous diviser et nous donner une etiquette. A quand un parti politique qui sera capable d’unir les gens de cette province, de nous donner un sentiment d’appartenance, ….pffft.

  85. Je suis complètement d’accord avec Mme Kay. Elle a raison à 100% et elle ose le dire publiquement. Il y a au Québec une névrose collective inconsciente d’origine religieuse qui se manifeste chez environ 20 à 25% de notre populations blanche, francophone et Catholique même si ces derniers ne sont pas pratiquants. Je suis un québécois d’origine. Mes ancêtres sont arrivés ici au milieu des années 1600. Malgré tout j’ai été expulsé des écoles publiques françaises de tout le Québec. Avec le temps nous étions des milliers à ne pas avoir accès aux écoles françaises. J’ai vécu ce rejet de mon peuple xénophobe mais je n’ai pas le droit de le dire ; c’est tabou ! Pour avoir un lien avec mon procès, faites sur un moteur de recherche L’affaire Chabot

  86. Stevest dit :

    @Jean-Pierre Chabot:

    J’ai pris le temps de lire le procès verbal sur votre site, et je comprend votre combat. De plus, votre histoire est des plus intéressante et a probablement aidé à faire avancer le Québec vers ce qu’il est aujourd’hui étant donné la juriceprudence qu’elle a produite.
    Cependant, il faut voir le Québec d’aujourd’hui avec une vision actualisée et non avec les yeux d’autrefois! Si votre expérience peut nous permettre de ne pas répèter les mêmes erreurs en tant que société, tant mieux! Mais le contexte actuel est bien différent de celui que vous avez dû subir… L’instruction religieuse n’existe à peu près plus dans nos écoles. C’est maintenant remplacé par cette inutilité qu’est l’enseignement d’éthique et culture religieuse. Nos enfants se foutent de la religion dans son ensemble et les enfants ne se font plus expulser des écoles pour cause religieuse grâce à la charte des droits. L’enseignement qui incitait autrefois à discriminer les races et les religions est maintenant interdite. C’est même le contraire aujourd’hui et depuis longtemps! Ce qui fait que même les parents qui envoient aujourd’hui leurs enfants à l’école font parti de cette génération n’ayant pas ou très peu connu l’instruction religieuse. Par exemple, à mon époque, nous avions le choix entre cathéchisme et morale…

    C’est un peu pour cette raison que je ne peux vous suivre lorsque vous donnez votre accord à cette journaliste qui traite les québécois de xénophobe. De par nos lois et notre incapacité collective à dire non aux accomodements religieux, notre multiculturalisme, nous sommes un des peuple des plus ouverts sur la planète!!
    Cette femme ne fait que nourrir la haine qu’ont certains anglophones à l’égard des francophones et par la même occasion contribue à donner sa légitimité au mouvement souverainiste…

  87. alchem dit :

    Honnêtement, je trouve qu’elle exagère. Je comprend cependant ce qu’elle essaie de dire. La vérité c’est qu’il y a quelques Québecois hyper-sensibles qui n’aiment pas entendre parler en anglais.

    Le problème qu’elle souligne, ce n’est pas tant qu’on exige de se faire servir en anglais dans les commerces, c’est plus que dans des contextes plus personnels (conversations privées en public par exemple), il y a des Québecois qui deviennent tendus d’entendre des gens parler anglais entre eux.

    Bien que c’est plutôt rare, ça arrive et ça reflète de la paranoïa, de la frustration, de l’anglophobie, etc. Imaginez la scène quoi, 2 personnes parlent anglais entre elles dans le métro, puis une tierce personne qui leur est inconnue s’immisce pour leur dire: «Ici au Québec, on parle français» (histoire vraie qu’on m’a relatée suite au 4 septembre dernier). C’est pas comme s’ils s’adressaient à elle en anglais pour la servir comme dans un commerce ou dans un hôpital.

    Je ne comprends pas pourquoi des gens devraient se faire dévisager s’ils parlent une autre langue, peu importe laquelle quand ils sont entre eux. C’est ça la liberté d’expression.

    Je crois que c’est plutôt ça qu’elle cherchait à dénoncer entre autres. Bien que j’ai trouvé qu’elle exagérait sur de nombreux points. =/

  88. Sophie dit :

    C’est exactement des personnes comme Barbara Kay qui viennent creuser davantage le fossé entre les francophones et les anglophones au Québec avec des stupidités pareilles…

  89. Gilles dit :

    Il est évident que Barbara Kay ne connaît pas la paresseuse mollesse des Québécois, autrement elle n’aurait pas aussi peur de parler anglais à Montréal. Cependant, pour taxer le PQ de crypto-fasciste, elle touche en partie dans le vrai. J’affirme depuis un certain temps que le PQ est garni d’imbéciles et de fous-furieux, mais affirmer que ce parti est devenu crypto-fasciste m’apparaît plus adéquat.

  90. Shell dit :

    Bonjour, Barbara a raison sur plusieurs points. Née d’une mère francophone et un père anglophone, je fais parti de leurs 6 enfants. À la maison on se parle en français et on s’adressait en anglais seulement qu’à mon père. Je suis parfaitement bilingue mais ma langue première est le français car j’ai fait tous mes études en français et mes amis sont pratiquement tous francophones. Avoir un nom anglophone à l’école primaire francophone n’était pas toujours drôle, j’ai souvent fait moqué de moi même si je parlais le français aussi bien qu’eux. J’ai été entouré beaucoup plus de francophones que d’anglophones dans ma vie et je pourrais vous dire que Barbara a raison de dire qu’il y a BEAUCOUP d’anglophobes au Québec. Je travailles dans le publique depuis30 ans et je n’ai JAMAIS entendu une personne anglophone me demander de le servir en anglais, contrairement à certaines personnes francophones qui n’attendent qu’à se faire répondre en anglais pour pouvoir faire un drame.
    Conclusion, mes enfants suivent leurs études dans une école bilingue (car les écoles primaires anglophones n’existent plus au Québec) et ils sont très heureux d’être capable de s’adresser aux gens dans une langue ou l’autre quand on voyage. Mon mari (francophone) et moi ne voulons pas mettre de barrières à nos enfants, nous voulons leur laisser la possibilité de pouvoir apprendre le nombre de langues qu’ils veulent, comme en Europe, de respecter les gens qu’ils parlent d’une langue ou l’autre, qu’ils soient la couleur que ce soit. Conclusion, ça fait quarante quelques années que j’enttends ces stupidités de langues et ça n’a avancé à rien, on est toujours au même point que les années 70. Pourquoi ne pas essayer de faire UN QUÉBEC au lieu de deux, on est en 2013, en Europe ils apprennent 3 et 4 langues par pays pas juste une comme ici. Essayons dont d’être heureux et prenons ce temps de niaisage pour aider ceux et celles qui ont vraiment besoin d’aide.

  91. Carole C. dit :

    Raymond

    « j’ai plus souvent été insulté par des francophones bilingues qui jouaient au anglos que le contraire »

    Vous essayez de nous faire croire que des francophones étaient insultés que vous parliez français?

    Franchement…

  92. Carole C. dit :

    « Elle dit qu’elle a peur de parler en anglais dans les rues de Montréal (elle est sûre qu’elle risque de se faire casser la gueule) »

    Ça se soigne-tu?

    Imaginez deux minutes si c’était un indépendantiste qui avait commis un attentat envers Charest ou Harper?

    Ça hurlerait au Canada, ça hurlerait chez les fédéralistes.

    Mais là c’est un anglo qui a essayé de tuer Marois fait que…

    C’est même pas considéré comme un attentat politique même c’en était un!

  93. Carole C. dit :

    Shell

    Il y a aussi beaucoup de francophobes au Canada…

    C’est la réalité de ce beau pays bâti sur des bases bancales…

Laisser un commentaire

 caractères disponibles