Cinéma québécois: parler dans le désert

- 13 janvier 2013

Je suis de ceux qui croient qu’il faut subventionner la culture québécoise.

Je grince des dents lorsque j’entends des commentateurs dire qu’il faudrait traiter la culture comme un simple produit, et la livrer corps et âme aux lois du marché.

Cela dit, il ne faut pas non plus s’enfoncer la tête dans le sable et tomber dans l’autre extrême.

L’art n’est pas un monologue, mais un dialogue.

À quoi ça sert de parler, si personne n’est intéressé à écouter ce que vous avez à dire ?

La part de marché du cinéma québécois est descendue sous le seuil des 5 %. Dire que ce n’est pas important est irresponsable. La situation est dramatique.

Après tout, on fait des films pour que les gens les voient.

Si le public québécois n’est pas intéressé à regarder des films faits ici par nos artisans, voulez-vous bien me dire pourquoi on continuerait d’en produire autant ?

On ne fait pas des longs métrages pour qu’ils amassent de la poussière sur les rayons des vidéoclubs, qu’ils remportent des prix à Venise ou qu’ils fassent triper les cinéphiles étrangers.

Si ça ne vous intéresse pas de vous regarder vivre sur le grand écran, si vous préférez vous abreuver aux mythes américains et français, dites-le, qu’on en finisse….

 

Texte au complet sur le site du Journal de Montréal

 

 

Abonnez-vous à cet article

43 commentaires

  1. le nationaliste dit :

    Je dirais que le cinema quebecois ne doit pas justement être une pâle copie du cinema americain ce qui est le cas depuis plusieurs années. Mais certains films sortent du lot comme Incendie et Crazy. On est peut-être aussi écoeuré d’entendre des sacres pour faire rire. On est peut-être aussi écoeuré de voir des humoristes et non des acteurs êtres dans les films. On est peut-être dans un vide artistique.

  2. serge moreau dit :

    l’art doit être subventionné il n’y aucun doute la dessus car les autres provinces et pays qui regarde le québec voit l’art en premier ,nos chanteurs nos peintres, nos sculpteurs c’est ça l’image du québec à l’international et c’est très important c’est ce qui amène les touristes chez nous et les autres artistes qui crée des milliers de jobs dans le monde du cinéma et du spectacle……donc ce n’est même pas envisageable de ne pas subventionné l’art,it is a must pour milles et une autre raison

  3. Nicolas dit :

    Vous dites: « Après tout, on fait des films pour que les gens les voient. »

    Je crois que c’est justement ça le problème, le cinéma québécois est rarement grand public. Faut pas s’attendre à être no 1 au box-office dans ce cas…

  4. Marco dit :

    Lss films du Qc ne touchent plus les gens. Ils sont une tentative de reproduire le produit américain. Pour qu’une culture reste forte, elle doit croire en elle. Le Qc ne croit en rien sauf au BS le 1er du mois. Il faut avouer que depuis 4-5 ans, les productions populaires sont des navets…

  5. Gilles Raymond dit :

    Vous avez tort et raison en même temps, je croie que souvent les gens d’ici n’aiment pas notre cinéma quand il a tendence a trop de verbiage ou trop intimiste. Les Québecquois préfèent souvent la sauce américaniser pour sa facture de séquence rapide qui fut souvent d’ailleurs la réussite de plusieurs films de Jean Claude Lord. Par contre les réalisations du style de Podz semble atteindre plus de gens, son style est puncher sa facon d’approcher le coté intimiste des personnages est très souvent plus punché que beaucoup d’autres et de facto plus divertissant!

  6. GingerHate dit :

    Et bien, ma solution serait de scinder le budget culturel en deux: Si le projet soumis a une importance culturelle ou artistique, il devrait avoir accès a certains fond. Si jamais un projet devient par miracle rentable, une partie de la subvention devrait retourner au fond culturel afin de faire bénéficier de nouveau artistes.

    Si par contre, un projet est présenter sous son potentiel commerciale, alors il devrait être évaluer selon des critères de création d’emploi ou de richesse comme toute entreprise qui tente de s’établir au Québec. Comme ça, ce ne serait plus aux contribuables québécois de payer les vacances en Thaïlande de Patrick Huart ou Eric Lapointe alors qu’une mère monoparentale qui a de la misère a boucler son budget n’a pas les moyens d’aller voir ces bozo-là et qu’en plus, elle doit payer leur train de vie à travers les impôts et les taxes qu’elle paye.

  7. jean Martin dit :

    Quand on voit des films avec Patrick Huard,je me dis qu’il vaudrait mieux mettre la clé dans la porte du cinéma québécois !

  8. Réjean Asselin dit :

    Evidemment que la culture québécoise francophone se doit d,être subventionnée . Nous sommes un petit peuple entouré d’anglos canadiens et surtout américains . Ce  » rouleau compresseur  » culturelle est entrain de contaminer la planète au complet .

    Notre cinéma est de très bonne qualité , meilleur que bien des pays plus imposant que nous . Le cinéma canadien est pratiquement inexistant voila pourquoi le Québec vient en quelques sorte sauver la spécifité canadienne avec notre culture francophone car la culture canadienne est avant tout  » amaricaine  » il va s’en dire .

    Bien sûr nos Elvis Gratton et leur rejeton , les  » ticounes  » , aimeraient bien que la culture québécoise ne soit pas subventionnée pour ainsi lui donner une petite poussée pour quelle crève pour de bon !

    God is in amarican disait JP Ferland ! Il avait vu juste pour une bonne partie de québécois atteint de ticounisme !

  9. MC.Penseur dit :

    On fait de très bon et beau films ici , qui fonctionne aussi assez bien , mais , car ils y as un mais , j’en ais vraiment marre des films de répértoire (pour restez polie). Ils serais grand temps qu’ont arrete de  » financer » des gens qui s’auto-proclame artiste pour siphoner les fond publiques et qu’ont finance mieux ceux qui ont des chance de faire plus de 10 entré (productions incluse) . Je sais pas pour vous , mais les films sur le tricotage de babiche entre 2 band de neige , moi ca me laisse froid …. ;)

  10. MC.Penseur dit :

    … Même si ces en 3D ( 3 dépressions assuré apres 3 heurs ) ….

  11. Charles Gagnon dit :

    « Je grince des dents lorsque j’entends des commentateurs dire qu’il faudrait traiter la culture comme un simple produit, et la livrer corps et âme aux lois du marché. »

    Alors tu devrais être bien placé pour comprendre ceux que tu fais grincer des dents quand ils te voient en train de traiter l’éducation comme un simple produit et la livrer corps et âme aux lois du marché.

  12. Charles Gagnon dit :

    « Si le public québécois n’est pas intéressé à regarder des films faits ici par nos artisans, voulez-vous bien me dire pourquoi on continuerait d’en produire autant ?

    Si ça ne vous intéresse pas de vous regarder vivre sur le grand écran, si vous préférez vous abreuver aux mythes américains et français, dites-le, qu’on en finisse…. »

    Pourquoi devrait-on risquer de briser à tout jamais nos liens identitaires et priver les Québécois qui aiment leur culture et qui veulent continuer d’admirer l’art fait au Québec sous prétexte qu’une majorité des Québécois sont devenus des Américains culturels ?

  13. pasquinel dit :

    le cinéma qui m’intéresse le plus passe a la tv prise 2.

  14. Alexandre Archambault dit :

    Le cinéma québécois n’intéresse plus personne car il est contaminer par une clique d’idéalistes gauchistes qui font du cinéma de répertoire. Des BS de luxe qui vivent au frais du contribuable, ce simple fait suffit a faire décrocher beaucoup de gens. Laissons notre cinéma au lois du marcher pour nettoyer les studio des demandeur de subvention et on pourras développer un vrai produit. On ne subventionne pas le talent car il s’impose de lui même.

  15. Jean-Francois dit :

    « Si ça ne vous intéresse pas de vous regarder vivre sur le grand écran, »

    et bien justement, quand j’écoute un film je veux pas voir ma vie, je veux justement m’évader alors…

    ceci ne veut pas dire qu’il n’y a pas de bons films québécois mais il y a plusieurs navets… vraiment plusieurs..

  16. Pierre Letourneau dit :

    @ Alexandre Archambault

    Le cinéma québécois n’intéresse plus personne car il est contaminer par une clique d’idéalistes gauchistes qui font du cinéma de répertoire. Des BS de luxe qui vivent au frais du contribuable .

    Bien d’accord et j’ajouterais que si ta le malheures de le dire haut et fort , le ciel te tombe sur la tête , tes un Elvis , un ti-coune et tu ne connais rien a l’ART. Désolé mais moi je décroche quand on me sert des films plate a mort et toujours du verbiage , insipide , incolore et sans saveur. Ces parasites qui siphone les fond publique pourais au moin faire semblant de faire des truc différent ou au moin intéressant , non , toujours la même merde. D’autre , des vrai eux , produise a grand mal (financement), des petit bijoux , avec peux et fond brillé notre culture a travers le monde , ces EUX qu’il faut financer correctement , ces EUX qu’il faut encourager et allez voir , car ces EUX qui nous représente et non , leur en déplaise , les ti-caribou BS de LUXE de la gogauche caviards qui s’auto-proclame des tartistes juste pour avoir notre frique .
    Un moment donnez , faut en finir avec ces sangsus et ces idéologiste d’un autre age.

  17. Pascal dit :

    La culture est l’affaire du peuple, pas celle d’une élite moralisatrice auto-proclamée.

    Si le peuple n’aime pas la culture diffusée, peu importe le moyen, c’est à la culture à s’adapter pour se faire aimer par le plus grand nombre, pas l’inverse.

    On ne rentre pas dans la gorge du peuple un film platte, en le traitant d’insignifiant et d’ignorant par la clique du Plateau, car eux l’ont aimé.

    Nos bien-pensants ont l’esprit déformé et font accroire n’importe quoi : Quelque chose qui est aimé par des millions de personnes est MEILLEUR que quelque chose d’aimer par quelques centainres de personnes. Point.

    Il est ridicule, illogique et prétentieux de croire que quelque chose qui a un succès international et/ou commercial est automatiquement populiste, sans intelligence et sans profondeur… faut être vraiment déconnecter et prendre les gens de haut. Ça me fait penser à certaines personnes qui renient un groupe de musique qu’ils ont toujours aimé juste à cause qu’ils ont passé à la radio commerciale… pathétique.

    D’un point de vue personnel, je suis ben écoeuré que les films qu’on produisent représentent les Québécois comme des gros colons anti-anglophones, qui sacrent gros comme le bras et qui sont fiers d’être des loosers et des pas de classe.

    J’ai bien aimé le dernier Omerta par contre, au moins on était pas centré sur le Québec « colon », mais plutôt sur le Québec d’aujourd’hui internationalisé.

    Bye
    P

  18. Gaston Grenon dit :

    Jean Martin dit :

    « Quand on voit des films avec Patrick Huard,je me dis qu’il vaudrait mieux mettre la clé dans la porte du cinéma québécois ! »

    et Alexandre Archambault dit :

    « Le cinéma québécois n’intéresse plus personne car il est contaminer par une clique d’idéalistes gauchistes qui font du cinéma de répertoire. Des BS de luxe qui vivent au frais du contribuable, ce simple fait suffit a faire décrocher beaucoup de gens. »

    Au Québec, il y a un public pour Les Boys et Bon cop, bad cop et un public pour La neuvaine. Certains apprécient les deux genres. Qu’on arrête de mépriser l’un ou l’autre. C’est une question de goût. Il ne faut pas perdre de vue non plus que les gros succès au box-office aident parfois à financer les films d’auteurs.

  19. Jean dit :

    Dans tout le canada, c est au québec qu il y a le plus d effervessences culturelles.
    Soyons en fier et arrêtons de méprisé les artistes .
    Il y a beaucoup de retombés économiques liés aux arts et a la cultures.
    Notre art est diversiffié et reconnu partout dans le monde.
    La plupart des artistes au québec sont malheureusements pauvres mais travailleurs.
    C est d une pauvreté intelectuelle innomable de dire qu ils sont tous des B.S. et de la gauche.

  20. papajohn dit :

    Notre art est diversiffié et reconnu partout dans le monde.

    a part céline dion et le cirque du soleil tu ne serais pas foutu de nous nommer 2 autres

  21. papajohn dit :

    Dans tout le canada, c est au québec qu il y a le plus d effervessences culturelles.
    Soyons en fier et arrêtons de méprisé les artistes .

    < plusieurs auraient intéret a sortir voir ailleurs , car on compare réelement on se désole!

  22. MF dit :

    Je pense qu’il faut évoluer, au cinéma comme ailleurs. Fini, le cinéma québécois type des années ’70 (peu de scénario, exploitation de la nudité, du sexe, et des sacres – peu de dialogues, plans interminables de la nature…).

    On est en 2013! Les gens sont habitués à un certain niveau d’excellence. On est ouvert sur le monde. Et on peut être fiers du talent qu’on a ici. C’est ce talent qu’on doit exploiter et subventionner.

    C’est souhaitable de faire toutes sortes de films, il en faut pour tous les goûts, et il faut respecter les goûts des autres. Mais il y a des proportions budgétaires à respecter. Tout le monde doit vivre dans la réalité.

    Je crois qu’il faut viser à ce que les arts s’autofinancent « le plus possible », d’une manière ou d’une autre.

    J’aime pas beaucoup le concept de « subvention » non remboursable (en affaires non plus.). Tout ce qui est donné finit par devenir un « bar ouvert ».

    J’aime le concept d’aide financière, remboursable en cas de profit.

    Par exemple, certains gros projets appelés à faire beaucoup de profit pourraient être généreusement subventionnés, mais la subvention remboursée une fois le profit réalisé.

    Des budgets plus modestes pourraient être accordés à des documentaires dont le taux d’audience est plus réduit, mais dont on juge qu’il présente un intérêt réel. Mais n’oublions pas qu’il y a d’autres média que le cinéma pour parler d’un sujet (articles, photoreportage, etc.). Certains projets pourraient être financés par des universités, d’autres par la télé, des corporations, etc.

    Donc oui à une aide financière à la culture québécoise, mais cette culture est large, et il faut faire preuve de gros bon sens.

  23. ID Ologie dit :

    Le gros poblème, c’est que les gens ne veulent rien savoir de films « profonds » pour lesquels ils doivent se faire aller les neuronnes ou qui ouvre moindrement sur la réflexion. Un plan de caméra de plus de 10 secondes où personne ne dit rien, c’est une longueur et c’est plate à mourir pour plusieurs.

    Ça me rappelle le film « Amadeus » de Milos Forman (oui, je sais, pas un film québécois) où il y a une scène où Salieri, essait de convaincre que l’opéra que Mozart a composé n’est pas bon parce qu’il y a « trop de notes, et que c’est un fait connu que le cerveau humain n’est capable d’apprécier qu’un nombre limité de notes »… Parfois, j’ai l’impression de me retrouver dans ce film, en écoutant et en lisant certains parler de « cinéma »…

    Ça me rappelle également une critique que j’ai lu il y a plusieurs années sur le site cinémamontréal à propos d’un petit film de science-fiction indépendant où la personne mentionnait : « Pas d’extraterrestres, pas d’explosions, méchant film plate ». J’y ai vu dans ce commentaire l’expression parfaite de la majorité du public québécois, qui devient de plus en plus accroc aux « big-mac » Hollywoodiens.

    Évidemment, le cinéma québécois peut être effectivement désolant, je l’accorde. Surtout quand il essait d’être « drôle », c’est-à-dire quand il pense trop souvent que simplement mettre des expressions colorées dans un film fait de lui une comédie. La majorité de nos « comédies » font souvent, malheureusement, partie de cette catégorie.

    Mais je crois que pour le poids démographique de notre population sur le continent, le fait d’être capable de produire des chef-d’oeuvres tels qu’ « Incendies » par exemple, a de quoi nous rendre fiers.

  24. Jean L dit :

    Je crois que le cinéma québécois est très créatif si on regarde le peu de moyen que nous avons.
    Les auteurs n’ont pas le choix de se creuser les méninges pour écrire s’il veulent attirer la clientèle. Nous avons des acteurs chevronnés malheureusement comme le dit le nationaliste trop souvent on prend des humoristes pour pour jouer des rôles et qui ne sont vraiment pas a la hauteur, pas tous heureusement.

    J’aime beaucoup le cinéma français qui peut créer un atmosphère si lourd qu’on peut ressentir le malaise profond que l’auteur veut apporter. Les silences parlent beaucoup.

    Et oui il y a beaucoup trop de <> dans nos comédies der second ordre.

  25. Pierre T. dit :

    Au Québec, on se doit de faire beaucoup avec peu. On est en compétition directe avec des films à très gros budgets.
    Dans les circonstances, on se débrouille pas mal.

  26. Jean dit :

    Cavana, Rousseau,Crose et j en passe et même moi JEAN DENAULT ,AUTEUR ,COMPOSITEUR, INTERPRÈTE ,
    un ti-cul qui va faire une tournée en gascogne 6 villes et je n ai jamais demandé un sous a nos gouvernements.
    J ai toujours payé mes impots et je vis sobrement comme beaucoup d artistes au québec.
    Je ne m ofusque pas quand des confrères ont un peu d aide pour continué a gagné leur vies.

  27. Jean-Yves Gobeil dit :

    Ça me rappelle une émission à Télé-Québec qui avait des cotes d’écoute désastreuses. Lorsqu’on avait demandé à l’animatrice si ça la dérangeait, elle avait répondu qu’elle se foutait des cotes d’écoute, l’important étant qu’elle, avait du plaisir à faire l’émission.

    Je ne me souvient pas du nom de l’animatrice, mais vous savez de qui je parle, vous êtes marier avec !!!

  28. Jean-Yves Gobeil dit :

    Subventionner la culture, voilà une excellente question ! Mais quelle culture ?

    Subventionner des produits grand publique en vient à dire qu’on devrait subventionner les académiciens de Star Académie et laisser de côté des artistes de la trempe de Richard Desjardins !

    D’un autre côté, subventionner l’Underground veux dire que l’on doit donner 125 000$ à un artiste qui a installé 4 chaises et 4 briques dans un parc de Montréal (histoire vrai) et oublier les Paul-Émile Borduas de ce monde !

    Je trouve que ça devient compliqué !!!

  29. Yves dit :

    « Si ça ne vous intéresse pas de vous regarder vivre sur le grand écran, si vous préférez vous abreuver aux mythes américains et français, dites-le, qu’on en finisse…. »

    Mais c’est ça le problème, on se voit pas vivre a l’écran, Incendie, M. Lazar, Rebelle, ça nous ressemble pas. des films comme Bingo, La gammick, Réjeanne Padovani, Parlez-nous d’amour, Ok Laliberté, Il était une fois dans l’est ,Mon oncle Antoine, on regardait les personnages et on se disait, eille il me fait penser a mon oncle, a ma mère, a ma voisine d’en face, des personnages joués par Denis Drouin, Willie Lamothe, Jean Duceppe, Jean Lapointe, on se reconnaissait dans leur personnage, et les histoires étaient bonnes aussi. Denys Arcand a déjà dit en entrevue : a l’époque on maitrisait mal la technique, mais on avait quelque chose a dire, asteur les jeunes cinéastes maitrisent mieux la technique que leurs ainées, mais y’ont rien a dire avec leurs films. Et il a raison, Post Mortem, 2 secondes, El dorado , un 32 aout sur terre, Maelstrom, etc, c’est bien fait , mais ça me laisse de glace ces histoires.

  30. JP Bouchard dit :

    Le fédéral va couper le chômage institutionalisé aux travailleurs saisonniers parce que ça devient des subventions permanentes.

    Alors les artistes subventionnés devraient être coupés eux aussi.

    Y’ en a qui font des chansons, des livres et des films juste pour se faire plaisir. D’ autres qui le font pour que ça paie.

  31. Jean-Yves Gobeil dit :

    @ Yves

    Que de bons films vous avez nommé là, mais vous avez oublié (les ordres). Oui, il fût un temps ou le Québec faisait de grand film.

  32. Réjean Asselin dit :

    Fallait s’y attendre les ticounes ( rejetons de nos Elvis Gratton ) font du  » ticounisme  » a grand déploiement comme d’ habitude !

    Tirer ce qui est de création québécoise vers le bas semble être le sport favori de nos ticounes !

    Le cinéma québécois est devenu un cinéma de qualité et comparable aux bons films qui se font ailleurs . Le cinéma québécois est maintenant diversifié et donne autant dans le dramatique , dans la comédie , dans l’ histoire et autres domaines . C,est absolument faux de prétendre que ce n’ est que du cinéma de la gogauche que nous produisons .

    Mais nos  » ticounes  » n’aiment pas les artistes donc ils vargent comme des innocents sur TOUT ce qui se fait en art au Québec ! Des  » ticounes  » ça n’a pas beaucoup de culture de toute façon !

  33. Réjean Asselin dit :

    Plusieurs films québécois qui ont été été réalisés lors des deux dernières décennies étaient de très bonnes qualités et dont les scénarios étaient assez originaux .

    Pensons a CRAZY , Moïse : L,affaire Thériault , Gas bar Blues , 15 Février 1839 , La Grande Séduction , Starbuck , Congorama , La femme qui boit , L’âge des ténêbres . Babine , Monsieur Lazhar , Incendie , Gerry , Borderline , Crusing Bar , L’enfant prodigue et plusieurs autres .

    Si c’ est films auraient été réalisés aux States ou en Europe peut-être que nos  » ticounes  » les auraient aimés ! Qui sait !

  34. G. Fecteau dit :

    Réjean Asselin dit :
    13 janvier 2013 à 21 h 28 min
    «Evidemment que la culture québécoise francophone se doit d,être subventionnée . Nous sommes un petit peuple entouré d’anglos canadiens et surtout américains . Ce ” rouleau compresseur ” culturelle est entrain de contaminer la planète au complet .»

    Vous devriez vous modérer un peu les transports avec votre anti-américanisme anti-capitalisme anti-ROC supposément contaminateur de la planète. Si on ne les avait pas eus, les Américains, vous, moi et tous les autres Québécois(es), on se serait fait nazifier assez vite merci, ça, vous aimeriez mieux!!!!!

  35. Josée dit :

    La télé est très forte et on regarde beaucoup nos produits au Québec. Pourquoi je voudrais encore regarder les mêmes « vedettes » dont on me gave partout et à toute occasion pendant 1 heure et demie? Quand j’écoute un film je veux faire changement ! Il y a autre chose que nous au monde !

  36. Réjean Asselin dit :

    @G. Fecteau

    Je parle de CULTURE américaine madammmmmme ! Savez -vous au moins ce que le mot  » culture  » veut dire ??? Lors de la dernière guerre mondiale ce sont d’ abord les britanniques et Winston Churchill qui sont en quelque sorte les héros de cette guerre . Les USA et l’URSS sont ont été aussi des acteurs importants dans cette victoire , bien sûr mais Truman en profita pour essayer sa nouvelle  » bébelle ‘ la bombe atomique en bombardant deux villes japonaises alors que le Japon et l’ Allemagne était a genoux ! WOW !!!!!

    J’ai probablement consommé plus de cultures américaines et européennes que vous madammme ! Mais le rouleau compresseur d’une certaine culture superficielle américaine est plus dévastateur que vous ne le croyez .

  37. depardieu dit :

    je dirais que Omerta est comparable au Parrain.

  38. depardieu dit :

    Point de vue culture cinéma ,le québécois est surtout bon dans la culture des navets.

  39. Depardieu dit :

    Peu de gens ont ce talent et beaucoup de prétentieux prétendant l’avoir sont vite démasqués .

  40. Miche dit :

    @MF:
    Entièrement d’ACCORD avec vous! Spécialement : « J’aime pas beaucoup le concept de “subvention” non remboursable (en affaires non plus). Tout ce qui est DONNé finit par devenir un “bar ouvert”. J’aime le concept d’aide financière, remboursable en cas de profit.»
    Pour moi, une SUBVENTION est un PRIVILEGE et NON une OBLIGATION!
    AVANT de te lancer dans un PROJET (dans quelque domaine que ce soit), POSE-toi ces QUESTIONS:
    « Est-ce que je réponds aux exigences du métier? (…Suis-je irréaliste?)
    « Suis-je assez CREATIF?
    Suis-je assez HUMBLE pour demander l’AIDE de d’autres cerveaux pour REALISER ce que je veux?
    Est-ce que je suis prêt à faire tout ce qu’il faut pour réussir, légalement?…
    Est-ce que je veux simplement faire de l’ARGENT?
    Est-ce que je veux simplement me faire PLAISIR à MOI? »
    Pour moi, une SUBVENTION est un PRIVILEGE et NON une OBLIGATION!
    Qui dit SUBVENTION, c’est ENCORE la POPULATION qui PAYE!

  41. G. Fecteau dit :

    Réjean Asselin dit :
    15 janvier 2013 à 9 h 01 min
    @G. Fecteau

    «Je parle de CULTURE américaine madammmmmme ! Savez -vous au moins ce que le mot ” culture ” veut dire ???»

    Ça doit! Pour avoir visité plusieurs musées, étudié la littérature française – j’ai un bac dans le domaine -, vu pas mal de spectacles, entendu pas mal de concerts, lu pas mal de livres et voyagé quand même pas mal! Je dois savoir un brin ce que le mot CULTURE, même en majuscules, veut dire!!!

    «Mais le rouleau compresseur d’une certaine culture superficielle américaine est plus dévastateur que vous ne le croyez .»

    Faites-nous-en un peu la démonstration puisque vous semblez si connaissant dans le domaine de la culture au lieu de nous asséner une affirmation gratuite! Pour ma part, je continue à penser que vous êtes un anti-américain primaire! Hélas! comme toute la «gôche» québécoise!

  42. Miche dit :

    J’ai adoré « La grande séduction »! J’ai même applaudi à la fin!
    Pas de sexe INUTILE, Pas d’explosions d’autos, de buildings, de masques, d’effets technologiques!
    Pas de sacres à outrance!
    JUSTE un BON scénario, de BONS acteurs, une BELLE CREATIVITE …j’ai ADORE!!!

  43. Réjean Asselin dit :

    @G Fecteau

    Vous avez un BAC en littérature française et vous affichez un tel mépris envers la gauche ???? Votre BAC l’ avez-vous obtenu par correspondance d’ une université américaine !

    Petite question pour vous .

    Woodhy Guthrie , Bob Dylan , Jack Kérouac , Michael Moore , , Leadbilly , Noam Chomsky , William Burrough , Bruce Springsteen , Joan Baez et beaucoup d’ autres artistes et écrivains de la contre-cuture américaine ça vous dit quelques choses ??? Si oui , considérez vous ces personnes comme des anti-américains ?????? Pourtant ils sont tous et toutes de nationalité américaine ! Et je vous assure que je trouve dans leur discours et leur pensées une réflexion qui rejoint la mienne !

    La culture française avec les illustres personnalités qui ont marqués l’ époque du Siècle des Lumières est beaucoup plus proche de la social-démocratie que du capitaliste d’ entreprise comme c’ est cas au Etats-Unis ! Comment pouvez-vous d’une part mépriser les gens qui osent critiquer une culture superficielle et basée sur le FRIC et le paraître et vous péter les bretelles en détenant un BAC en littérature ????? Comment pouvez-vous  » oublier  » que la contre-culture anti -capitaliste venant de la beat génération et du mouverment hippie s’est d’ ABORD développée aux États-Unis !

    Et comment pouvez vous me traiter d, anti-américain alors que je me suis intéressé de façon importante à l’histoire du Jazz , du Blues , du Folk . Que j’ai lu Kérouac et Burrough . Que j’ai visionné tout les documentaires de Michael Moore. Que j’ai lu beaucoup d’ ouvrages de Noam Chomsky ???? Que j’adore Spieldberg , De Palma , Oliver Stone . Scorsese , Kubrick , Copella , Allen , Tim Burton ect………!

    Et si c’ était votre discours qui serait contaminé par la pensée unique ?

Laisser un commentaire

 caractères disponibles