Cinéma québécois: vox-pop

- 13 janvier 2013

J’aimerais vous entendre, au cours des prochains jours.

 

Allez-vous voir des films québécois ? Si non, pourquoi ?

 

Trouvez-vous que les critiques sont trop complaisants avec les films québécois ?

 

 

 

Abonnez-vous à cet article

98 commentaires

  1. Guy dit :

    C est que literalement tous les films quebequois sont des film  » profond » un de temps en temps c est bon mais pas chaque fois faut qu on me donne les vengeurs le reste du temps .
    Je suis curieux de voir ce que nos cinéastes feraient s ils pouvaient nous tourner un divertissement genre block buster avec un budget de 280 millions j suis sur qu on tombe tous à genoux pis les salles sont pleines partout autour du globe.

  2. Marco dit :

    Le cinéma du Qc est une blague financière. Il y a longtemps qu’l n’y aurait plus de productions au Qc sans les subventions de l’État. Un film fait le million et woowwwww!!!! Il a couté 6-7 millions!!!!

  3. Andrée dit :

    J’avoue honteusement préférer les films américains ou anglais avec happy end (comédie romantique, action ou science fiction) à nos déprimants films québécois qui traitent, soit de la période de la grande noirceur, soit de sujets hyper déprimants. J’opte pour des films divertissants qui me distraient d’un quotidien pas toujours joyeux. Je trouve que nos films sont souvent sombres.

  4. Fred Lawrence dit :

    oui dans la mesure du possible. Le Québec produit d’excellents films. Les deux derniers que j’ai vus: Pee Wee en 3D. Très bon et également Omerta

  5. Tristan Morelli dit :

    Non.

    La raison en est bien simple: J’en fais une écoeurantite aigue de toujours de toujours voir les mêmes acteurs, les mêmes « vedettes », etc. Rémi Girard ça fait. Quand ça fait 20 films qu’il fait dans les 5 dernières années, y’a un léger trop-plein.

    Et puis, soyons bien honnête… quand on voit ce qui se fait ailleurs, et la qualité du produit fini (Je pense à Batman de Nolan, à Lincoln plus récemment), c’est à se demander pourquoi on se donne encore la peine de faire du cinéma. On est pas là! On est pas capable…

    Et enfin, oui je l’avoue: J’ai un problème idéologique avec les trucs subventionnés.

  6. G. Fecteau dit :

    qui abat son cheval à coup de fusil. Rien à voir avec la si humaine série: Les belles histoires des pays d’en haut.
    Le meilleur film québécois que j’ai vu, je pense que c’est La neuvaine. Au moins, là-dedans, il y avait de la profondeur et une réflexion à faire. Pas de danger que ce genre de film gagne quelque chose par ici: devinez pourquoi????
    Non, bref, je n’aime pas le cinéma québécois: les Xavier Dolan avec une autre histoire abracadabrante: J’ai tué ma mère et l’autre jeunet dernièrement qui est en train de percer à Hollywood avec une autre histoire tiers-mondiste abracadabrante qui se passe je ne sais où: Rebelle de Yan England, non je ne suis pas intéressée. Kim Nguyen ne m’intéresse pas non plus. C’est ça, je ne suis plus dans le coup!!!!???? Je passe à autre chose!!

  7. Frederic dit :

    Je suis aller voir Camion, un film québécois que les critiques ont apprécier. Maudit que c’est plate!

  8. Alain Mallette dit :

    Tres rarement et surtout pas les films d’auteurs.Gerry,Omerta,Maurice Richard,CRAZY,ectt…pas de problemes,mais les films de pleurnichage et ou les personnages ont tous l’air de sortir d’une asile ,non merci.

  9. Samuel Legendre dit :

    J’avous que honnêtement, je suis vendu aux Box Office Américain. Mais il m’arrive à certains occasion de louer des films « étrangers » lorsqu’ils sont classés anciens (c’est moins cher). Malheureusement, même lors des spéciaux du mardi, je n’irai pas voir un film québécois au cinéma. Je ne doute pas de la qualité des films québécois, d’ailleurs certains films d’ici sont repris par d’autres pays (à moins que ces producteurs sont à court d’idée). Personnellement, je trouve que les acteurs (de la nouvelle génération) sont pourris. Il manque tellement de talent, qu’ils (les producteurs québécois) récupère n’importe qui (les Badouri, Anctil, Huard…). Il n’y a plus de film de qualité tel que Les Invasion Barbares…

  10. Émilie Monette dit :

    Bonjour M. Martineau,

    Oui, je vais voir du cinéma d’ici. En fait, je l’adore! Je consomme de plus en plus le cinéma québécois, la musique québécoise, etc. Effectivement, il y aura toujours des critiques complaisantes, mais d’autres le sont moins. Je pense à Marc Cassivi entre autres qui ne donne pas dans la dentelle et il y en a d’autres…

    Je crois que la complaisance doit être dosée. D’une certaine façon, c’est bien de promouvoir notre cinéma (qui selon les médias) a eu tant de mal en 2012. Pourtant, «Rebelle» et «Henry» viennent d’être sélectionnés aux Oscars… D’un autre côté, il faut être critique envers nos propres produits «made in Quebec» et, sans trop comparer, voir ce qui ce fait ailleurs. L’important est d’aller juger par soi-même, peu importe la couleur de la critique, bonne ou mauvaise. Faire sa propre opinion de l’évolution de nos films, tout en étant ouvert a ce qui se fait ailleurs. ;)

    Merci!

  11. Alain Richard dit :

    Lorsque je vais au cinéma ou que je loue un film, c’est d’abord pour me divertir. Et il est rare qu’un film québécois me diverti. Souvent, les films québécois sont ben bons pour donner des leçons, flatter notre égo de colonisés ou nous amener dans les trips narcissiques de réalisateurs.

    Remarquez que les films québécois divertissants sont souvent des succès (relatifs) au box office.

  12. Diane dit :

    Pas de film québécois……le joual et les jurons, y’en a marre…..

  13. Yvette Lapierre dit :

    Oui je trouve que la plupart des critiques manquent de sens critique face aux films d’ici.

    Nous avons vu (subi) « Le torrent «  récemment, quel navet encencé! (Après relecture du texte de Anne Hébert, on cherche longtemps la source du propos et le pourquoi de la durée…)

    Les films de Bernard Émond, on les regardent sans hésiter. Films intimistes qui portent à la réflexion et nous amènent à mieux comprendre l’humain, ses grandeurs et ses contradictions.

    Plusieurs bons films au Québec mais malheureusement aussi beaucoup de films mineurs, insignifiants et pénibles.

    Mais pour un sublime «  Gaz bar blues«  que ne doit – on endurer! Alors endurons…

  14. papajohn dit :

    NON jamais de un on nous beurre tellement avec ces films qui nous coute les yeux de la tête pour un public disons les franchement, totalement absent. Ensuite , c’est pas compliqué , selon nos pseudo critiques c’est toujours des chef-d’oeuvres alors qu’en réalité , 99,7% c’est des cr….de navet

    2) complaisant est beaucoup en dessous du vrai mot qui est LÈCHE-CUL! la colonnie média protége la colonnie cinéma et vice versa

    de toute façon pourquoi payer pour aller voir un film que l’on a déja PAYÉ via nos impôts et 12 14 semaine apres sa sortie en salle gros max il est a super écran

  15. LMK dit :

    Totallement ridicule, des supposer acteurs et actrice sans talent, des humoristes qui decident qu’ils sont realisateur, ce qui leurs donne le cash que les vrai producteurs devrait avoir, des histoire farfelus qui sont supposement intello … qui sont en fait des drame tirre par les cheveux … le cinema quebecois est aussi remplit de navet que le cinema americain. Et a 30$ le cinama … on attend illico ou dvd/ blue ray, pour pouvoir gaspiller 7$ a la place.

  16. gilles lacoste dit :

    À part quelques films fortement publicisés, il est vrai que je n’ai pas tendance à aller voir des films québécois au cinéma. Par ailleurs j’en regarde beaucoup plus à la maison et je suis rarement déçu. Si le 5 % ne concerne que les recettes cinémas, je contribue peu. Si on tient compte de la location pour un visionnement à domicile, je suis un assez bon client.

  17. magiterre dit :

    Nul n’est prophete dans son pays,les Québécois ont toujours été mieux reconnu a l’extérieur du pays,prenons exemple avec Félix Leclerc, il y a des commédiens qui vont travailler a l’extérieur du pays et réussissent tres bien.Moi je suis allé voir des films Québécois et je trouvent que les sénarios s’améliorent et ainsi que les textes.Ce que je n’aime pas ce sont les critiques des journalistes qui ont du partis pris et je ne me fie jamais a leurs critiques.Et au sujet de Gouso je crois qu’il est completement borné ca en prend pour tous les gouts et pour toutes les cultules.

  18. L'Imprévu dit :

    Moi, je le dis sans chauvinisme, je trouve que le Québec fait des choses extraordinaire dans tous les arts. Compte tenu de sa population, de la proximité du géant américain et du capital canadien anglais, les productions québécoises réussissent des prodiges. Je le dis également en ce qui concerne la musique et la chanson québécoise. Nous avons créateurs qui seraient facilement multi-millionnaires s’ils étaient dans le show-bizz américain. Mais ils produisent en français. J’ai adoré « La grande séduction ». « L’audition », « Starbuck »,
    « Incendies » et plusieurs autres. Je vais relativement peu au cinéma mais lorsque j’y vais c’est en grande majorité pour y voir des films Québécois.
    Notre cinéma n’a rien à envier au cinéma américain ou français.

  19. le nationaliste dit :

    Je vois un film quebecois non pas parce qu’il est quebecois mais parce qu’il m’intéresse. Et malheureusement, il n’y en a pas beaucoup. Pourquoi ? Parce qu’il y en a trop de vulgarités, trop de films basés sur le style americain et parce que les humoristes qui jouent les acteurs ne me plaisent pas. Même Incendie ne manque pas de stéréotyper le quebecois vulgaire à travers Maxim Gaudette. Les québecois que je rencontre ne sont vraiment pas toujours entrain de dire tabarnak, calisse, cibouere, e.t.c.. Et les humoristes que l’on retrouve en vedette dans les comédies, je ne les aime tout simplement pas. Huard et Houde, par exemple, je ne les supporte pas. Ils me cassent les couilles.

  20. Alain T dit :

    L’introspection sociéto-comportementale, tsé veux dire?? Pu capable!!!!

  21. Yves dit :

    Allez-vous voir des films québécois ? Si non, pourquoi ?

    Non, j’attends qui passe a télé, les scénarios sont trop décevants, dans les années 80 je suis allé voir des films comme J’aime, j’aime pas, Cosmos, Liste noire, déception a chaque fois, alors maintenant je les regarde quand il passe a télé, si c’est platte j’ai toujours le loisir de changer de poste. Le problème c’est qu’on se reconnait pas dans les films québécois, je vois pas notre réalité. Prenez le dernier en liste Rebelle.

    En pleine guerre civile en Afrique sub-saharienne, Komona, une jeune fille de 14 ans, raconte au bébé qui grandit dans son ventre les événements qui ont mené à son implication comme enfant-soldat dans le conflit armé. Enlevée à 12 ans, forcée d’abattre ses parents à bout portant et considérée comme une sorcière par les chefs de la cellule, Komona se bat contre l’armée nationale. Elle fait la rencontre de Magicien, un jeune soldat de son âge qui a la ferme intention de l’épouser. Ensemble, ils désertent afin de vivre paisiblement, tant qu’ils le pourront, leur bonheur.

    C’est un film québécois ça ?

    C’est un miroir dans lequel le Québécois moyen peut se voir ?

    Ça parle des aspirations, des rêves du peuple québécois ce film ?

    Ça aborde la culture québécoise de fond ?

    Comme disait ton collègue Richard Latendresse dans le journal de dimanche, il doit bien y avoir des sujets québécois que les cinéastes québécois pourraient traiter dans leurs films québécois qui nous rejoindraient, parce que franchement Rebelle…demandez-vous pas pourquoi personne va voir ça. Qu’est-ce que les Québécois connaissent des affres de la guerre civile ? des enfants soldats ? On a jamais connut ça ici. Quand je pense que Denys Arcand a de la misère a financer ses films , lui qui parle de nous autres dans ses films et on subventionne un film qui se passe en Afrique, joué par des Africains, qui parle de la réalité africaine. C’est comme si on subventionnait le cinéma africain.

  22. François 1 dit :

    J’ai vu « L’empire Bossé ».

    Ça m’a suffit!

  23. Nathalie dit :

    Quand il y aura des films de science fiction, ou d’action….probablement que oui. Un film genre La grande séduction, je vais acheter le DVD en plus. Mais des films sur la misère, le cul ou pour nous dire qu’on fait dont pitier,,,Chu pu capable…
    De plus pour me donner le goût des films québécois, les artistes vont devoir pas trop me faire chier , en donnant des conseils sur des choses qui ne connaissent pas ou en prenant position pour des causes genre carrés rouges ou en me disant pour qui voter.

  24. seb dit :

    J’y vais quelques fois par année. Les critiques élogieuses sont habituellement pleinement méritées.

  25. Marius Brisson dit :

    Le dernier film Québecois que je suis allé voir était OMERTA avec Michel Côté et Patrick Huard. Le film était correct mais m’a laissé sur ma faim avec une fin que l’on ne connait pas. On prépare sûrement une suite et je n’irai pas le voir. Des maudits films qui ne finissent pas, je n’en ai pas besoin. La raison que je ne vais pas voir les films québecois c’est qu’ils sont plattes à mourir tout comme les films français d’ailleurs. On ne fait pas des films populaires qui plaisent au public. On s’attarde trop à faire des films qui vont plaire aux supposés spécialistes des différents festivals afin de remporter des prix. Il faut faire des films qui plaisent à monsieur et madame tout le monde.

    Bonne journée

  26. André dit :

    Je vais voir les films québécois qui me semblent intéressants:je ne me fie absolument pas aux critiques locales, qui au Québec tiennent le rôle d’agences de publicité. Certains films s’avèrent excellents à tous les niveaux et n’ont rien à envier aux meilleures productions étrangères. D’autres par contre ne valent pas le déplacement. Dans l’ensemble, nos comédiens sont très bons mais on aimerait voir davantage de visages différents.

  27. Daniel L. dit :

    Je n’y vais jamais, car je déteste me faire servir des leçons morales par des cinéastes, et les cinéastes québécois sont pris de cette maladie qui me rappelle les curés d’antan… Je croyais que le prêchi-prêcha clérical était chose du passé, je me suis trompé. Aujourd’hui, les bien-pensants sont de la gogauche écolo, qui prétend régenter nos consciences.
    En plus le jeu des acteurs est souvent nul, ça paraît beaucoup trop qu’ils « actent ». Aussi, on voit beaucoup trop souvent les mêmes acteurs. Donc je n’y vais jamais, et ça ne me manque pas du tout. Je ne suis pas plus intéressé par les téléromans, qui sont d’une platitude mortelle.

  28. Daniel Pilon dit :

    « Personne n’est prophète dans son pays »

    Alors, je regarde les films qui viennent de l’étranger.

  29. papajohn dit :

    Je dois cependant dire qu’un film a attiré mon attention , film que je qualifie de « BON , tout au plus » pas excellent , pas un chef d’oeuvre comme ça nous a été vendu ! La loi du Tallion! mais encore là Legault commence a me sortir par les oreilles comme Girard, et Barette que l’on voit partout et tout le temps.
    a ceux qui nous disent que les réalisatuers quebecois sont des grand metteur en scènes ! si c’était le cas ils perceraient a Hollywood et New York et ne venez pas nous dire que ces messieurs ne veulent pas s’exiler et bla bla . le réel talent n’a pas de frontière et surtout pas celle de la langue!

  30. jf dit :

    Je lis les commentaires et je vois la cause des problèmes de box office du cinéma d’auteur québecois.

  31. Unefrette Capresse dit :

    J’ai un peu de misère dans le style Xavier Dolan, c’est comme du Marc Labrèche, décousu et absurde…mais les critiques adorent. Pas seulement les critiques d’ici, souvenez-vous de Jean-Claude Lauzon, il a gagné à Cannes en montrant Ginette Reno assis sur la toilette, ou encore un vieux qui se masturbe dans ses tomates avant que Mme Reno tombe dedans et la voilà enceinte, ensuite une ado qui donnait le bain à un vieux cochon et elle devait lui coupé les ongles d’orteils avec ses dents. Pis tout ça, ça gagné des prix, à Cannes en plus!

    Non je regrette, on ne me fera pas sentir coupable d’aller voir ailleurs quand Xavier Dolan et ses amis nous présentent des affaires tout-croches et se prétendre des experts sur toutes les tribunes et se plaignent de ne pas être subventionnés à leur hauteur. Voyez comment Victor Hugo réussi encore avec Les Misérables(encore hier aux golden Globes). C’est comme la différence entre la musique classique et la musique Pop…un, on va en écouter durant des années…l’autre, c’est la saveur du jour.

  32. michael trudel dit :

    salut martineau
    moi je trouve que notre cinema manque de talent(je mexplique)ont a des comedies et des drames, c tout ce qu ont a
    car ont aime rire et avoir une pallete d emotions…. serieux c ca du divertissement,nos drames sont ecris et realiser
    par des hipster sortie dun cour de phylo, nos comedies,bof c tout le temps les memes acteurs qui revienne et qui a la longue font rire deux(regarder le ministre de la culture…nimporte quoi un acteur asbine qui pense que notre cinema va faire vibrer ma generation avec des xavier et des nguyen, en passant mr. le ministre jai trente ans je suis un mordu de cinema et apart quelque films quebecois(cadavres,sur le seuil,saint-martyr des damnees) le reste c pour votre generation)ou est le divertissement ont est ecoeurer de ce creuser la tetes pour un rien(c vrai pour 13.00 piasse)
    je dis pas de copier les amerloques mais ciboire donner la chance a ceux qui connaissent leur affaires(pas ceux qui filment un oeuf en chute et lorsque qu il tombent par terre une voix off dis« VOICI LA DECHEANCE DE LHUMANITE`
    ont veux relaxer,oublier ont veux du fun et notre industrie briment ceux qui ont du talent et qui devrait optroyer les subventions aux bonnes personne. ont a beaucoup de talent ici mais ont lexploite pas pentoute, le talent et limagination de ces personnes VOUS(gouvernement et entreprise de financement) vous les laisser secher. ont veux pas des fims pour lelite ont veux un cinema pour le peuple,un DIVERTISSEMENT pas un etude sur le comportement humain.
    (excuse moi martineau pour l ecriture, jsuis en c…… quand ont parle de ce sujets la ya tellement de potentiel que ca me met tout a lenvers….. et ca c mon opinion…)

  33. G. Fecteau dit :

    Je ne comprends pas trop ce qui s’est passé, mais la première partie de mon commentaire ne s’est pas rendue.
    En gros, je disais que je n’étais pas une grande consommatrice de cinéma, que je m’informais bien avant d’y aller à savoir sur quel genre de film je tomberais.
    Hier, je suis allée voir: Lincoln. Un film à recommander: une histoire qui élève au-dessus de la mêlée, très humaine, avec des acteurs exceptionnels. Des Oscars assurés pour ce film.
    Cinéma québécois: j’ai vu Le déclin de l’empire amércain: je n’ai pas aimé: je sais bien qu’on veut nous passer un message dans les films québécois, mais les histoires sont toujours ronflantes, basées sur des scènes de sexe plutôt bestiales: ex: Séraphin. En gros, je n’aime pas les histoires tiers-mondistes plutôt abracadabrantes du genre Incendies. J’ai commencé à le regarder samedi dernier sur enregistrement et je l’ai effacé presqu’au début. Je me suis dit: Non, pas une histoire aussi déprimante en plein samedi soir ou même un autre soir, matinée ou après-midi. Une bonne femme qui décide de se faire enterrer sur le ventre, nue et sans prière s-v-p. Très peu pour moi, avec quelques sacres: genre «ostie et crisse» avec le Simon au tout début. J’en ai marre des histoires de misère noire. On a nos propres misères par ici, inutile d’aller en chercher et de nous en mettre plein la vue avec les histoires misérabilistes de toute la planète.
    Nous aurions des histoires bien québécoises à raconter: si on pouvait les raconter d’une façon aussi intelligente que Steven Spielberg dans Lincoln. Est-ce que ça se pourrait ça les cinéastes québécois?
    Bon, j’en avais déjà écrit long hier soir et le commentaire ne s’est pas rendu: je m’arrête ici, mais seulement pour faire lien avec mon extrait plus haut, je disais que dans Séraphin, le film, on nous présentait encore, comme toujours ou à peu près, une autre scène de sexe bestiale en tout début (c’est agressant à la fin, non) – et un Alexis à moitié fou qui…

  34. sososo dit :

    Non pas du tout, vulgaire, parlez en jouale, cheap, mélodramatique, pense-petit….de plus le buzz des films Québécois(Dolan) depuis un bout temps, faire l’apologie des gens  »fucké » en conflit avec leurs orientation sexuelle, comment devenir un homme-femme où vice-versa où tout simplement psychologiquement  »affecté »….bien que selon une dernière étude de santé Québec démontre que 75% des Montréalais sont sur ordonnance de  »régulateur » psychologique. Alors tout nos films subventionnés sont fait sur mesure pour les subventionner de Montréal.

  35. papajohn dit :

    Xavier Dolan et ses amis nous présentent des affaires tout-croches et se prétendre des experts sur toutes les tribunes et se plaignent de ne pas être subventionnés à leur hauteur.
    de toute façon expert a 20 ans ! a part qu’en GAMEBOY, pas sûr!

  36. michel dit :

    Peu importe le film, après cinq minutes de visionnement, je suis capable de te dire: qiu va tuer qui; qui va coucher avec qui et on sait déjà comment ça va finir.
    Je ne me souviens pas la dernière fois où je suis allé au cinéma ( pas loin de vingt ans ) et je n’ai jamais loué de Dvds.
    Au Bell 420, ça s’appelle: Silver screen classic. Tu as tous les vieux films entre 1930 et 1970.
    En les regardants, tu te rends compte que les nouveaux films sont presque tous des REMAKE de vieux films.

    Aujourd’hui, il n’y a plus d’imagination. Beaucoup plus de sexe et d’effets spéciaux mais rien d’autre.

    Je préfère de loin les documentaires.

  37. Isabelle Robillard dit :

    Je n’ai rien à priori contre les films québécois. Si c’est bien fait et divertissant. J’ai écouté Camion dernièrement et j’ai beaucoup apprécié. Nous avons d’excellents comédiens et pouvons raconter d’excellentes histoires. J’aimais aussi beaucoup les films d’André Forcier car on pouvait étudier les moeurs de notre société avec une touche de fantaisie et d’humour. Un de mes films québécois préféré est « Au clair de la lune » avec Michel Côté dans le rôle d’un albinos. J’aime aussi me faire brasser la cage avec des films décapant du genre Cadavres…un film qui est resté un gros 3 semaines au cinéma! Que voulez-vous…quand t’as pas la machine à publicité en arrière de toi pour te backer….

    Ce qui m’irrite au plus au point, ce sont les films opportunistes qui profitent de l’argent public non pas pour nous divertir mais pour nous enfoncer des messages de propagande dans la gueule. Surtout quand ces messages prennent une place prépondérante dans le film…au point où on se demande si le but premier n’était pas de nous convaincre plutôt que de nous divertir…Je pense aux fables anticapitalistes du genre Ésimésac et l’Empire Bossé. Tellement écoeurés de ces curés modernes…. Il y a aussi les reprises d’anciens classiques comme Séraphin, Aurore que me font fuir en courant. Avons-nous vraiment besoin de revamper ces films, surtout si c’est pour en faire de lourds mélodrames?

    Et oui, les critiques sont bien trop complaisantes. Au Québec, le cinéma est désormais un outil pour nourrir une clique d’artistes. On utilise le prétexte de la préservation de notre identité culturelle pour subventionner trop de films. Un film québécois sort pratiquemment à toutes les semaines. On devrait couper dans la quantité et viser davantage la qualité.

  38. Sofia dit :

    Je les visionne qu’en dvd, surtout à la bibliothèque. Le cinéma québécois s’est grandement amélioré mais il est comme en transition, se cherchant encore (comme le Québec?…). Il y a encore trop de films déprimants où il ne se passe que du drame mais il y a aussi plusieurs styles et sujets abordés qui évoluent et s’améliorent, méritant de s’y intéresser.

    Ce qui est personnellement « tannant », ce sont les films où les hommes ne sont que des petits gars immatures, faisant que la fête,etc.

  39. gebgeb dit :

    Le cinéma québécois: que très très rarement.

    D’abord, j’aime beaucoup la science fiction. Il n’y en a pas ici.

    Ensuite, je trouve que les films québécois sont constamment en train de vouloir nous passer un message (surtout le message écolo-centriste-misérabiliste-gauchiste-nationaliste-vive le terroir etc.). Je déteste me faire faire la leçon. J’aime bien les films d’auteur pourtant, réflectifs et même contemplatifs. Mais j’ai souvent l’impression que c’est tout ce qui m’est offert ici. Parce que j’aime aussi me divertir, rire, oublier mes soucis et seulement passer du bon temps, j’opte régulièrement pour des films d’ailleurs.

    De plus, Il est désagréable d’entendre le québécois à l’écran: joual, sacres, mauvaise prononciation. Je suis allée voir Pee Wee avec mes enfants de 7 et 10 ans. Après la représentation, ils m’ont demandé d’où venaient les enfants du film pour parler si mal le français et se sont amusés toute la journée à les imiter, à mon grand désarroi. Mon fils a aussi commenté sur les nombreux sacres. Et ce n’est même pas le pire film québécois que j’ai vu à ce propos.

    Aussi, les comédies québécoises sont rarement drôles. Régulièrement trop grossières ou même burlesques. Rarement raffinées. Je ne trouve pas qu’on écrit de bonnes histoires ici. Et avant tout, avant les effets spéciaux, le sexe, les vedettes, etc; ce qui fait un bon film, c’est une bonne histoire.

    Finalement, j’ai de la difficulté avec les subventions qui maintiennent en vie cette industrie ici. J’ai l’impression de payer deux fois pour le même produit, pas souvent très bon. Je ne me retrouve pas dans les histoires de gens perturbés d’un Dolan, et je trouve arrogant qu’il exige qu’on paie de notre poche ses moindres envies cinématographiques. Je suis exaspérée par la surexposition des comédiens, le mauvais jeu de certains et la présence d’humoristes qui n’arrivent pas à vivre de leur humour et doivent faire autre chose.

    Bref: je n’aime pas le…

  40. sososo dit :

    Isabelle Robillard, entièrement d’accord avec vous concernant les  »messages » entrer de force. C’est comme la musique Québécoise….y’a engagé et engagé, ça sert seulement les intérêts d’une minorité en mode FIXATION, et ILS sont en mode fixation, y’a aucun doute.

    Quand ton  »talent » est imposer de force à coup de quota et de lois….ça en dit long sur la qualiter!

  41. gentilhomme dit :

    Désolé moi avec les films Québécois , je suis pas capable, des sacrages et de la vulgarité dans ces films , et aussi le langage québécois je voit tout de suite que c’est du Québec , alors je loue pas, je paie rien pour ces films la, ils ne m’attirent pas sous aucune considération , je crois au fonds que les films francais de France et Québécois devrait être traduit dans le langage courant comme les films américains en version francaise , sans accent , on se sent bien avec ces traductions la , et non pas avec le langage avec nos accents québécois …aussi les films subventionnés je trouve pas ca correct je trouve qu’il n’y a pas d’effort dans la création , ils sont payés pareil, on appelle ca des acteurs en BS

  42. Gaston Grenon dit :

    « Trouvez-vous que les critiques sont trop complaisants avec les films québécois ? »

    Souvent oui. Je préférerais qu’on se taise plutôt qu’on me mente.

  43. Y Lapierre dit :

    @ G. Fecteau, je vous recommande de voir : « La Donnation » du même réalisateur, Bernard Émond.

    @ M. Martineau, merci de ce billet sur le ciné-subvention… j’espère que les réalisateurs, producteurs, bailleurs de fonds en prendront connaissance, ils pourront comprendre mieux la désaffection d’un large public envers les films d’ici.

    Pis tant qu’à y être, merci au projet « Élephant » qui permet de revoir les chefs-d’oeuvre du passé.
    Jutra, Lebfèvre, Labrèque…

  44. Ivan Champetier dit :

    Les films Québécois ont du plomb dans les fesses,pour ce que j’en sais! Il n’y a pas que moi qui le dise,Pierre Falardeau disait cela aussi (Les boeufs sont lents,mais la terre est patiente)!
    Il y a trop d’intervenants de troisième ordre qui mettent leurs nez incompétent la ou personne n’en a besoin! On ne montre pas ce qu’on veut dans le cinéma Québécois,sinon adieu financement!
    Cela joint a un public minuscule et en voie de disparition! Le cinéma Québécois n’a rien pour lui,hélas!
    Je ne vais plus très souvent au cinéma, et surtout pas pour des fims Québécois supposés ¨nous¨ représenters (je sais que ça sera souvent assez tocquard)!

  45. Claude.L dit :

    Comme plusieurs ont déjà écrit,les gens vont au cinéma pour se divertir et non pour avoir des leçons de morale.Les gens ne vont pas au cinéma pour voir le reflet de leur vie.Il y a aussi le fait que ce sont toujours les mêmes acteurs qui sont présents dans les films.Dernier film québécois vu au cinéma c’était Les Boys.Tant et aussi longtemps que l’on continuera de donner des subventions à gauche et à droite il se produira des navets.Les producteurs devront apprendre à faire des films divertissants si ils veulent attirer des gens en salle.

  46. Eric Duguay dit :

    Oui très complaisant parce que la plupart du temps le fil
    m Québécois a l’air d’un projet de Cégep .

  47. Francine dit :

    Je suis d ‘accord avec Andree; je trouve nos films sombres et deprimants, souvent violents. Le malheur on le voit a tous les jours dans les journaux et a la tele. Si je paie pour un film, c est pour me changer les idees. J aime les films droles, touchant, profond ou triste, mais pas la violence des gens ou aux animaux, les gens qui sacrent tout le temps, ou autre, j evite. Je ne me reconnais pas cette violence; j ai aime les plusieurs films Quebecois et j irai encore.

  48. Julie dit :

    Je loue à l’occasion des films québécois afin de savoir ce qui se fait ici et je tombe heureusement à l’occason sur de très bons films. Je vais très rarement au cinéma parce j’apprécie le confort de mon divan moelleux et je me fout royalement de ne pas être la première à voir un film. Je suis fidèle au bon vieux club vidéo qui me permet d’aller prendre une marche et je trouve que les cablodistributeurs exagèrent un peu sur le coût de location  »interactif » qui ne cesse d’augmenter… Je ne crois pas que le cinéma doive absoluement refléter les gens d’ici; il doit y avoir de la diversité et un peu de tout pour toucher le plus de gens possibles. Pour ce qui est du financement, je suis certaine que c’est beaucoup plus complexe que l’on croit le processus pour obtenir des subventions. J’imagine aussi que ces productions permettent à des centaines de gens de travailler et de créer. Il ne faut pas voir juste le produit final ou les 4-5 vedettes qui se mettent millionnaires avec ça. Bref, je ne vais pas commencer à faire un roman sur ma vision du cinéma québécois mais tout ça pour dire que j’apprécie certains films et que j’ai toujours le choix de fermer la télé et de faire autre chose si ça ne me plait pas.

  49. écrapou dit :

    Content de voir que je ne suis pas seul à en avoir marre des campagnes de moralisation subventionnées de notre beau clergé artistique.

  50. émile lafreniere dit :

    Non je ne vais pas voir de films québécois.Pourquoi je paierais pour de la platitude?Je n’en regarde meme pas a la Tv lors qu’ils en passent c’est trop ennuyant.J’approuve ceux qui précédemment ont parlé du langage chatié dans ces films.

  51. ID Ologie dit :

    Il se fait d’excellent trucs au Québec. Côté cinéma, il est évident que plusieurs points amenés par certains (comme le fait de toujours voir les mêmes visages) sont un bémol malheureux, mais étant donné le bassin de population francophone que nous sommes en Amérique, c’est compréhensible. Par contre, ce n’est pas énormément différent, dans un sens, que le cinéma Hollywoodien qui nous montre également les mêmes faces de façon répétées. Désolé, mais Shia Labeouf, moi, pus capable.

    Je crois sincèrement qu’il y a deux types généraux de gens qui regardent des films au Québec. Ceux qui voient dans le cinéma un simple divertissement et rien de plus, et ceux qui y voient plus loin que cette notion de simple diverstissement. Pour moi, je catégorise également les films en deux. Les « films à popcorn » et « le cinéma », qui sont deux choses complètement différentes. Si vous ne comprenez pas cette différence, vous êtes vraisemblablement amateur de la première catégorie seulement.

    Comme tout le monde, je peux apprécier un film « popcorn ». Mais je préfère les films « intelligents », qui ne me prennent pas pour un vulgaire spectateur à divertir. Tout comme ça m’arrive parfois de manger un gros burger à la cantine, comme ça m’arrive également de manger une bonne salade.

    Le cinéma « box office américain », je considère personnellement ça comme du « fast-food » cinématographique. C’est fait pour « boucher un coin », pour « faire la job » pour quelqu’un qui a le goût de se divertir. Mais ça fait rien de plus que ça. Rien de mal à aller voir ça, mais faudrait arrêter de dire qu’on aime « le cinéma » quand on ne regarde que ça. Parce que le cinéma, est une forme d’art, alors que les films à gros succès d’Hollywood, s’apparentent plus à des produits de consommation de masse.

  52. Y Lapierre dit :

    @ Julie, vous écrivez bien et je suis bien d’accord avec vous, le cinéma Québecois peut bien raconter des histoires différentes de notre quotidien, d’ailleurs à part les films « Dans une galaxie » quand avons nous vu un film de science-fiction du Québec?

    C’est vrai que nous avons le choix de changer de canal ou de louer des dvd du monde entier mais nous n’avons pas le choix de financer des films qui n’intéressent personne… À l’affiche pendant une semaine dans une salle de répertoire et vu par une pincée d’inconditionnels!

  53. Stevest dit :

    Traitez-moi de Bob Gratton si vous voulez, mais je préfère les films d’actions et de suspense américains. Ça m’empeche pas de regarder un bon film québécois lorsqu’il y en a un qui ressort du lot du genre «Bon cop, Bad cop» «De père en flic»«Les 7 jours du talion»…Certains drame biographique peuvent être bon aussi… La qualité de production de la plupart des gros films québécois est bonne, ce sont les sujets qui sont redondants et mornes…

    À quoi peut bien me servir mon lecteur Blueray si c’est pour écouter du Xavier Dolan?? ;)

  54. Bill dit :

    L’Empire Bossé, moi j’ai aimé ça.

    Mais…

    En partant…

    La vrai question à poser…

    Quelles étaient vos attentes…?

    Moi… puisque je suis québécois… et que je nous connais dans tout notre spectre… je n’en ai aucunes.

    J’ouvre une page vierge…

    Et j’attend.

    Je ne compare pas… je ne juge pas… je ne pense pas…

    Je me laisse porter…

    Les promenades en kayak, en bateau ou en avion… ne se compare pas entres-elles.

    Un exemple;

    - Moi là… mon char est super beau… y’est rouge… feu! En plus… « American made »… Y’a des « GoodYear! »… Tcheck ça, tcheck ça, tcheck ça!!!

    - Man! T’as une Chevette. Calme-toé!

    Tu penses à une Camaro… pis je t’offre une Chevette…

    Sûr que t’es déçu…

    J’te dis rien…

    Tu vas dire tcheck ça, tcheck ça, tcheck ça… y’a des GoodYear dessus en plus…

    Méchant malade!

    Wow!

    Combien t’as payé ça?

    Les dynamiques partent de vos jugements…

    On peut juger… mais part pas une relation avec un couteau dans les dents…

    Je sais pas…

    Si nos dynamiques sont si dure à exporter à vous écouter…

    C’est qu’ils ne sont pas capable de se transposer dans nos dynamiques tel que nous le faisons en écoutant leurs fruits…

    En gros… on a pris le temps de les observer… de les comprendre… de les aimer… de les apprécier… nous.

  55. francine Gagnon dit :

    Parle trop mal le français, je les ai « flushés » il y a longtemps. Je rejoins « gebgeb » dans son commentaire. Ça ne sera jamais que du cinéma du québéc, pour les québécaois et par les québécois, à quelques exceptions près. Non ça m’intéresse pas.

  56. Y Lapierre dit :

    Je dois m’excuser d’avoir mal nommé Jean-Pierre Lefebvre et Jean-Claude Labrècque.

    Gilles Carle – paix à son âme – a signé pas mal de films euh… disons sans lendemains. Mais « La vie heureuse de Léopold Z » et « Les Plouffe » sont à mentionner.

    Y a t’il eu un film d’animation pour les jeunes « made in Québec » sauf les courts métrages?

  57. Yohann dit :

    Je lis les critiques cinéma dans La Presse et dans Le Voir, et je trouve qu’ils ne sont pas complaisants.

    Mais je me fis surtout aux commentaires des cinéphiles sur le site Cinéma Montréal pour décider si je vais voir le film au cinéma (Lawrence Anyways, Le vendeur, Monsieur Lazhar, Café de flore, Starbuck), ou si je vais attendre qu’il sorte en DVD (Le Torrent, Omerta, Nuit 1, Gerry).

  58. Eric dit :

    J’ai vu un film québécois en 2012: Le vendeur. Maudit que c’était plate!

  59. Fabien dit :

    Je crois que comme dans tous les pays, il y a des films très réussis et aussi des navets. J’ai beaucoup aimé La Grande séduction; 5150, rue des Ormes; J’ai tué ma mère; plus récemment Camion et bien d’autres.

    Cela dit, il est vrai, comme certains l’ont affirmé ici, que l’on retrouve trop souvent les mêmes acteurs. On ne peut pas rendre un personnage vraiment crédible quand ça fait 20 fois qu’on voit le même acteur dans des films.

    Par contre, il faut arrêter de chialer et de généraliser sur le cinéma québécois. Au lieu de dire que tous les films sont «plates», argumentez et défendez votre point de vue sur les films québécois un par un !

  60. Robert dit :

    L’an dernier pour le cinéma québécois : 70 prix internationaux pour 8 millions d’habitants.

    pour le cinéma américain : 130 prix pour 350 millions d’habitants….

    Dommage de ne pas avoir les moyens du cinéma américain….

  61. Yvette Lapierre dit :

    @ Éric, moi et mon copain on a aimé beaucoup « Le vendeur », la bande annonce donnait bien le ton du film, on savait un peu à quoi s’attendre, film introspectif, lent, aux images splendides. Avez-vous remarqué les travelings?

    Bon scénario, belle caméra, performance d’acteur hors du commun. Seul bémol, juste un peu fleur bleue sur les bord.

    @Fabien, vous avez raison, essayons d’analyser plus à fond et d’argumerter nos points de « petites vues »…

  62. omi-san dit :

    Puisque que les billets de cinéma coutent $10 ou $12 dollars, c’est difficilce d’aller voir un film Québecois quand il y a tellement de bons films Américains. Je préfère payer pour voir Django Unchained ou Zero Dark Thirty plutôt qu’un film Québecois déprimant comme Camion, Route 132 ou À l’origine d’un cri.

    Avec la mort des clubs vidéo et le peu de films Québecois disponible sur les services de distribution digital, il dévient difficile de voir des films Québecois avant qu’ils passent à Radio-Canada ou Télé-Québec.

  63. Andrée2 dit :

    J’aime les films québécois lorsqu’il s’agit de comédie. Exemple : Bon cop_bad cop, Le sens de l’humour, Starbuk.

    Pour les drames, j’ai adoré Creazy parce que les acteurs étaient extraordinaires. C’est à peu près le seul film dramatique québécois que j’ai aimé. En général, je trouve que les films québécois dits drame ou policier ou thriller sont ennuyants, longs et pas très bien interprétés. Ça pleure tout le temps ou ça se chicane sans aucune crédibilité.

  64. Gaston Aubre dit :

    Je trouve qu’il y a beaucoup trop de « comédies », genre bon cop, bad cop. Que les québécois aiment rire ! Si seulement ils aimaient autant réfléchir. J’aime qu’un film me touche, me dérange, m’élève. Il peut aussi me faire rire, mais si ce n’est que ça… Il y a bien assez d’humoristes au Québec comme ça.

  65. Poker Face dit :

    J’aime le cinéma québécois qui m’amène ailleurs ou qui me ramène à nos sources tels Incendie, Crazy. Par contre, oui la publicité orchestrée est complaisante et ne vise qu’à mousser les ventes et non à servir à proprement parler de critique. On voit les humoristes à la télé, aux festivals, aux soirées télévisées et dans les spectacles extérieurs mais rendu au cinéma, on en à mare de les voir partout et la crédibilité n’est plus au rendez-vous. Le bassin d’acteurs est trop limité et les p’tites amies des amies tombent sur les nerfs à la longue, TVA nous en envoie à plein régime de cette gang-là. Cependant, j’encouragerai toujours le cinéma d’auteur qui à ma préférence.Ce que je vois de mes yeux à tous les jours ça ne me tentent guère de le voir reproduire au cinéma car j’ai besoin de m’évader.

  66. Charlou dit :

    Moi je ne paie plus pour aller voir un film Québécois au cinéma depuis que nos artistes se sont mêlés à boycott des étudiants. Je fais donc pareil. Je les boycott.

  67. Yamm dit :

    Justement j’ai regardé dernierement le film  » Le party » dispo sur youtube, disons que j’ai passé des bouts et pourquoi?
    Parce c’est encore la même recette que nous sert majoritairement les film Québecois, du braillage , des crise d’hystérie , du sacrage , ,du vulgaire et de l’apitoiement sur soi-même. C’est évident que le but de ce film est de plaindre nos PÔVRE prisonniers qui sont en prison juste parcequ’ils ont fait un mauvais coup. Maudit que la société est miiichante, on devrait leur donner leur piscine pi le sauna en plus. (petit clin d’oeil a l’une de vos nouvelle que vous avez diffuser en avril).

    Mais pour en revenir a certain film Quebecois, y en a plusieurs qui « yâmmme câ » au Québec des film que ca braille , sa sacre , sa crie et sa s’apitoie pour finir avec un bon suicide a fin. Faut croire que c’est significatif pour « Eux ôtre ».

    Si l’art représente la société ca doit être assez beau de voir pour ce qu’on passe ailleur quand des gens de d’autre pays regarde nos films à bon budget.

  68. Richard dit :

    Comment peut-on dénigrer le cinéma québécois si on en voit un par année?

    J’aime voir des films québécois, malheureusement la distribution fait défaut. Ils sont dans quelques salles dans les grandes villes. On en entend parler à la télé, mais il faut se déplacer de plusieurs kilomètres pour les voir.

    En 2012, j’ai adoré Roméo onze. Très bien joué et du positif sur des nouveaux québécois qui s’intègrent à la soiciété qui les a accueilli.

    Le film Liverpool a eu de mauvaises critiques, pourtant j’ai aimé son intrigue.

    J’en vois aussi des films américains et ne me dites pas que ce sont tous des chef d’oeuvre.

    Les Pee Wee 3D est un film réussi et pour toute la famille.

    Comme les livres on voudrait des films sans les payer. Si on coupe les subventions, on devrait retirer le droit de les emprunter gratuitement dans les bibliothèques.

  69. Jean dit :

    Le cinéma québécois….ouf! Ils devraient plutôt les enligner pour en faire des télé-films! Le dernier que j’ai vu -La Grande séduction- était divertissant, surtout que je l’ai regardé à la télévision! Cependant, je n’aurais jamais payé 10$ pour aller voir ça au ciné! Je préfère les films à grands déploiements. Faut croire que les Amaricains ont ce qu’il faut attirer: $$$$$$$$$$$$$$

  70. Michel dit :

    Souvent quand je vais voir un film québécois, j’ai l’impression que c’est Françoise David qui a écrit le scénario pour nous faire la morale. Quand je vais au cinéma, je veut être diverti, rire et oublier les tracas quotidiens. Le cinéma québécois offre rarement cela.

  71. Guy Langelier dit :

    Dommage que notre cinéma soit affligé d’un tel manque d’intérêt mais cela n’est guère étonnant. Je suis d’ailleurs le premier à passer mon tour considérant la médiocrité de certaines oeuvres et pourtant, la solution serait si facile mais encore faut-il oser…

  72. Richard dit :

    Les films Québécois sont trop politisés. La bonne gauche contre la méchante droite. C’est comme si en humour il n’y avait que des imitateurs quand tu en as vu 2 ou 3 c’est comme si tu les avais tout vu. Les films québécois c’est pareil. Quand il y avait du succès c’est tout simplement parce qu’il y avait de la diversité. Quand tu diverses on dirait que le milieu snob du cinéma n’aime pas et influence peut-étre les subventions.

  73. G. Fecteau dit :

    Y Lapierre dit :
    14 janvier 2013 à 10 h 33 min
    @ G. Fecteau, je vous recommande de voir : “La Donnation” du même réalisateur, Bernard Émond.

    Je vais y penser! J’aime bien Bernard Émond. Dans sa biographie, il est dit ce qui suit: Toutes ses œuvres sont habitées par ses thèmes de prédilection : la dignité et la fragilité humaines, la perte des repères culturels. Bernard Émond est aussi un anthropologue: ça paraît. Il s’est aperçu assez vite, lui, de la perte de nos repères culturels et il fait des films qui nous y rattachent, en quelque sorte!

  74. Jean-Yves Gobeil dit :

    Le dernier film québecois que j’ai vu au cinéma est: « Dans une galaxie près de chez vous 3″. Ça donne une idée.

    Lorsque je pogne un film québecois à la télé et que celui-ci m’accroche dans les 10 premières minutes, je l’écoute. Mais c’est des films pour divertir (style Bon Cop, Bad Cop ou De père en flic).

    Sinon, je choisi de vieux film québecois comme: Mon oncle Antoine, La mort d’un bûcheron ou les Ordres. L’époque ou le québec produisait de très grand film.

    Les critiques sont trop complaisants avec les films québécois et les films américains (Journal de Québec/Montréal), tandis que le Devoir ou Voir sont trop complaisants avec les films Suédois sous-titré en anglais. Ça dépend du journal que l’on lit.

  75. le nationaliste dit :

    Je vais rarement au cinema. J’y vais uniquement pour les films à grands effets spéciaux comme Avatar et le Seigneur des Anneaux. Donc jamais de films québecois. Pour le reste, mon écran plat suffit.

    Et je dirais que le cinema français est tout aussi moche depuis 10 ans. Heureusement, Jean Dujardins vient sauver la face de la France. Quant au cinema americain, je suis un peu écoeuré des films d’hommes musclés qui ne sont jamais blessés par balles et je déteste toute la série des super héros. La plupart des films que j’ai vu depuis 3 ans ne m’ont aucunement marqué.

    Films quebecois que j’ai aimé depuis 2000 :

    Hochelaga
    Séraphin
    Le Nèg’
    Gaz Bar Blues
    Elvis Gratton XXX
    C.R.A.Z.Y.
    Les 7 jours du Talion
    Incendies

  76. secret dit :

    Je suis simplement trop tanné du cinéma Québécois avec ses personnages loosers.

    Pourquoi on ne peut pas présenter des modèles nous aussi? Pourquoi on ne peut pas se créer des personnages inspirant? des héros qui pourront nous rendre fier?

    Dans la majorité des films québécois que j’ai vu:
    1) soit ça finissait mal en braillant (liste vraiment trop longue à énuméré)
    2) soit les gars étaient dépeints comme des loosers soumis sans colonne (ex: Québec-Montréal)
    3) soit il fallait absolument présenter une tonne de côté négatif au héros comme si on avait l’impression que ça faisait prétentieux de juste souligner un bon coup (ex: Piché)

    Oui il y a des exeptions principalement au niveau des comédies. Mais au niveau du reste c’est vraiment une minorité qui déroge de ces schémas de médiocrité.

    J’en ai ma claque de ces patterns. Je ne veux plus payer pour me faire déprimer, je préfère payer pour voir quelque chose d’inspirant et de motivant!

    Le cinéma québécois ne m’intéresse plus

  77. Yvette Lapierre dit :

    Ciel! Je ne veux pas quitter avant d’avoir rappelé le merveilleux « J.A. Martin photographe » de Jean Beaudoin, Ste-Bénite, quel excellent film, quels acteurs…

  78. ITOFF MEILLACHEV dit :

    Desole pas d’accent. J’aime les filmsdu box office USA. J’aime aussi les films de serie B peu importe quelle nation les produit. Un de mes preferes de tous les temps est Mars Attaque. Quotidiennement, Ya assez de problemes que quand je veux ajouter a mes malheurs, me creuser la tete et pleurer, j’ecoute les nouvelles du jour ou les Denis Levesque. Mais je ne paierai pas pour aller pleurer. Dernierement je me suis bien diverti et change les idees en louant gratuitement plusieurs films quebecois des bibliotheques publiques, par exemple l’Appat. Certains sont d’excellents acteurs, par exemple Jean Lapointe et Michel Barette. J’aime voir un film pour me divertir et ce qui me diverti bien, ce sont les paysages majestueux, la nature, la musique et les farces. Alors si j’ai aime Seraphin, c’est a cause de la beaute des paysages a couper le souffle, la neige. Gerry, ce que j’aime, c’est le talent et la belle musique, ce n’est pas le pleurnichage. Je n’ai pas vu Maurice Richard qui me semble trop politise et ajout de cassage de tete inutile. J’aime le hockey alors je prefere plutot les Boys. Bravo aux Boys, a Elvis Gratton vu au sens non politise mais comme un clown, Honte a Crazy, a Starbuck, a Xavier Dolan et aux invasions barbares des pretres francoisedavidiques et leurs disciples les critiques complaisantes. Je dois voir Omerta bientôt pour me divertir genre blocbuster americain je l’espere. Donc je conclue que svp faites plus de films divertissants qui me distraient d’un quotidien pas toujours joyeux, fini la grande noirceur et les sujets hyper déprimants, le pleurnichage, donner des leçons, flatter notre égo de colonisés, l’introspection sociéto-comportementale, régenter nos consciences… Oui AUGMENTEZ LES SUBVENTIONS pour les films quebecois divertissants et amusants car il y a du talent a revendre ici. Robert dit du cinéma québécois : 70 prix internationaux pour 8 millions d’habitants, du cinéma américain : 130 prix pour 350 millions d’habitants

  79. Eric dit :

    Yvette Lapierre

    Vous blaguez j’espère? JVendeur fleur bleue? lol Je crois que Le vendeur est complètement nul (scénario? y’en a pas! ), aussi nul que le film Continental quelque chose comme ça, qui avait gagné le Jutra il y a quelques années. Ai-je besoin de dire que je n’ai plus aucune confiance dans les Jutra.

    Mais le summum de la honte pour les Québécois, c’est le gars plein de tatous qui tourne des navets, notamment un film avec des mongols dans une cour à scrap.

    C’est d’ailleurs ce qui me fait le plus honte dans ces films: un étranger qui regarde cela doit penser qu’on est complètement demeurés.

    Bref après continental et le vendeur, je suis immunisé à vie contre les films québécois. Je ne céderai plus!

  80. Réjean Asselin dit :

    Des films plattes et mal conçus il y’en a des tonnes de copies venant des Etats-Unis , de la France , du Canada , des Indes et ailleurs …Bien sûr le cinéma québécois n’y échappe pas non plus ,mais  » au prorata  » notre cinéma demeure un cinéma de bonne qualité. Notre cinéma est quand même assez jeune et nos moyens financier sont très modeste a comparer aux Etats-Unis , la France et autres pays d’envergure .

    Nos comédiens et comédienne sont très talentueux . Bien sûr certains apparaissent trop souvent a l’ écran tout comme les De Niro ou Depardieu d’ailleurs et c’ est un phénomène assez récurent dans le monde du showbizz.

    Les scénarios de certains films québécois sont assez révélateurs par leurs originalité. Les Starbuck , Babine , CRAZY , La Grande Séduction , Incendie et Monsieur Lazhar en sont une preuve évidente .

    Ici sur ce blogue , le  » ticounisme  » est a l’honneur et les sarcasmes anti-québécois de nos colonisés sont multiples . Selon eux les films québécois sont médiocres , les artistes incompétents et les scénaristes des suppôt de Satan de la gogauche . Toujours les mêmes niaiseries abyssales sans fondement . Toujours la même envie de  » fesser  » sur ses semblables tout en élevant ce qui se fait ailleurs . Toujours la même haine des artistes et des intellectuelles . Parfois j’ai l’impression que nos colonisés voudraient retourner a l’époque d’avant la Révolution Tranquille . L époque d’ un peuple illettré , d’un environnement anglophone mur a mur et de la béâte soumission aux dictateurs de l’église Romaine Catholique !

  81. Stevest dit :

    Le problème est que nous québécois voulons trop être différent des autres et s’en créer une fièreté…

    Je m’explique:

    Le cinéma québécoie, en général, est loin de nous offrir le « WOW » du cinéma américain, pas à cause d’un manque de talent, mais à cause d’un manque de $$$… Sauf que par orgueil peut-être eun peu mal placé, on le défend en disant que ce sont des oeuvres extraordinaires et on dénigre ce qui fonctionne… en se basant sur des prix gagnés à l’étranger en compétition avec des films polonais, serbe ou russe…(qui basent leurs critères sur la qualité de l’écriture, de l’éclairage, du jeu d’acteur, de la prise de vue… et les québécois sont bon dans ces domaines…) La vérité c’est quoi? Qu’est-ce qui se vend au club vidéo ou sur les tablettes des magasins? Ce sont les blockbuster! Et le Québec en a quelques uns… rares, qui sortent du lot… avec…bin oui, des humoristes comme vedette…

    On peut bien avoir un « problème » de financement pour nos films… Qui est assez imbécile pour investir dans un business déficitaire à tout les coups? Les américains ont compris que pour produire de la qualité, ça prend du $$$ et tu obtient du $$$ en faisant des oeuvres qui se vendent, donc qui intéresse la masse… pas seulement quelques intellectuels complaisant…

    Y’en a aussi qui dénigrent l’ensemble des québécois parce qu’ils aiment bien rire… et qu’ils devraient réfléchir… C’est pas faux pour certains, mais je ne crois pas que le cinéma doit être la réponse à ce problème… à moins que l’on considère qu’il faut se faire dicter quoi penser par ces auteurs trop souvent gauchistes et excentriques sur les bords? Je préfere me fier à d’autre sources et faire travailler mon propre raisonnement dans le domaine de la réflexion et utiliser le cinéma pour me divertir… ;)

  82. depardieu dit :

    Le cinéma québécois est un petit cinéma pour un petit peuple dans une petite salle et avec un petit popcorn.

  83. Yvette Lapierre dit :

    Jean Beaudin … Misère, j’ai de la misère avec les noms… Mille excuses.

  84. depardieu dit :

    Par contre le popcorn est excellent.

  85. francine Gagnon dit :

    @ stevest
    je suis d’accord avec vous en ce qui a trait au talent duq québec, il y en a mais bondieu quand ils ouvrent la bouche on zappe, pu capable de mauvais français, vulgaire. Fini! quand ils parleront français pour qu’on les comprenne on verra..et non je suis pas immigrante ou française de France pour dire que le joual est dégueu. Je suis d’ici et les je trouve franchement que les immigrants parlent mieux le français que les de souche qui n’arrêtent pas de leur cogner dessus.

  86. Yvette Lapierre dit :

    @Eric,

    c’est normal de ne pas plaire à tout le monde et à son père… ce que je trouve légèrement mièvre dans Le Vendeur ce sont les relations sans heurts avec sa fille, avec ses camarades de travail et l’intérêt personnel pour un client dans la mouise… Mais c’est pour moi un film marquant et quelle caméra, elle rapelle Michel Brault par moment.

    Il en faut pour tous les goûts et si nous lisons bien les commentaires ici il n’y en a pas pour tous les goûts dans le cinéma actuel du QC et à bien y penser, dans le passé non plus (Le rossignol et les cloches…, Les lumières de ma ville, Ti-Coq – théâtre filmé -…)

  87. Marc Labbé dit :

    Je ne vais plus jamais voir de films québecois car les moins mauvais ne sont que des navets pourris.

  88. JP Bouchard dit :

    Les films, la musique etc., c’ est du DIVERTISSEMENT.

    Et les films québecois ne sont pas divertissants.

    La musique non plus. Il n’ y a que Marie-Mai qui a du succès. Pourquoi?

    Parce qu’ elle se soucie d’ être accessible…divertissante.

    Les drames de moeurs à la Québecoise et les histoires de gais, pas capable!

    Idem pour les foutus téléromans.

    Les cinéastes et auteurs québecois n’ ont pas d’ imagination.

    Ils sont incapables de nous  » emmener ailleurs ».

    C’ est pour ça que le gouvernement doit les subventionner.

    Il faut mettre fin à ce cercle vicieux.

    Mais ce n’ est pas Marois qui va le faire.

  89. Jean Gabin dit :

    La majorité des films Québécois qui sortent en salles ces temps-ci sont des drames multiculturels (Inch Allah, Monsieur Lazar) ou traitant de sexualité marginale (Xavier Dolan).

    Pourrions-nous avoir des films qui parle de la culture de la majorité et qui nous rejoignent? Dans la tradition de Mon Oncle Antoine ou C.R.A.Z.Y.?

  90. Eric dit :

    En tant qu’homme…

    J’ai lu des commentaires portant vers l’offre télévisuelle….

    Les Parents…

    C’est honnête… j’aime ça…

    Mais toutes ces séries mélodramatique que ma femme adore… me font juste capoter…

    Je trouve les drames véhiculés d’une telle ignorance humaine…

    De voir les raisons qui poussent les personnages à craquer… me font rire de désolation…

    Mais…

    Je respecte les goût d’autrui…

    Mais…

    Moi aussi j’ai des goûts… et je carbure pas à l’eau de rose.

    Et je ne déjeune pas en mangeant des écrous non-plus…

    Je sais doser mes émotions…

    Mais! J’adore les couleurs chaudes…

    C’est beau la mélancolie hivernale… mais je tiens à la chaleur folle d’un feu dans l’âtre.

  91. Miche dit :

    Je n’attends PLUS les critiques de cinéma, pour savoir si je vais aller voir tel film ou non!
    C’est n’importe quoi! Ça dépend de QUI fait la critique!
    Je me fie à MES sentiments, point!
    J’ai adoré « La grande séduction »! J’ai même applaudi à la fin!
    Pas de sexe INUTILE, Pas d’explosions d’autos, de buildings, de masques, d’effets technologiques!
    Pas de sacres à outrance!
    JUSTE un BON scénario, de BONS acteurs, une BELLE CREATIVITE …j’ai ADORE!!!

  92. depardieu dit :

    Eric est une romantique ,j aime bien .

  93. depardieu dit :

    @Miche
    Quand c est rendu que la critique critique la critique alors on tourne en rond pour un bon bout de temps.

  94. Réjean Asselin dit :

    @J P Bouchard

    Et vous coyez qu’avec un Legault et sa CAQ la culture serait en meilleur position au Québec ? Legault est aussi loin de la culture que Khadir de la business ! Les anciens adéquistes qui forment sont parti sont des incultes notoires !

    Franchement vous dites n’ importe quoi juste pour faire du PQ bashing !

    Vous voulez que les artistes qui vous amènent ailleurs ! C’ est la nature même du colonisé ! Ailleurs cé toujours mayeurrees !!!! Nommez moi des films divertissants et des artistes que vous aimez juste pour le fun ! Juste pour rire !

  95. Ultradan dit :

    Il y a deux genres de personnes:

    Ceux qui aiment les film québécois: Nos chèrs unilinguistes qui ne connaissent que ca,
    et
    Ceux qui n’aiment pas les films québécois: Le reste du monde.

    Des films de piettre qualité à petit budget; Non merci! On me donnerais de l’argent pour aller voir un film québécois, et je n’irais pas! lol

    Ultradan

  96. JP Bouchard dit :

    Asselin, restons sur le sujet…le film Québecois

    Je n’ en ai pas aimé beaucoup.

    Tous des films qui nous gardent ici dans notre petite réalité québecoise.

    Des drames de moeurs stupides pour public stupide.

    Avec toujours les mêmes faces…la petite clique de subventionnés qui boit aux mamelles de TVA et Radio Can.

    Et qui croient qu’ ils sont indispensables à la culture. Sans eux , nous nous éteignons..hahaha

    Ils vivent dans leur monde à eux, et quand ils veulent réfléter notre monde à nous, ils déforment la réalité.

    Créativité zéro.

    Le cinéma québecois est arrivé au bout de ses ressources. Voilà pourquoi il n’ a jamais été aussi subventionné.

    Trop de gauche. Dépassé.

    Le cinéma québecois est rendu au même niveau que « Un souper presque parfait ».

    Ça doit être votre style ça Asselin…Un souper presque parfait.

    Le populisme à son plus bas niveau.

    Et ça empire.

    Le fédéral a beau couper les vivres à Radio Can, ils trouvent encore le moyen de produire des navets.

    Mais c’ est vrai que des navets, ça ne coûte pas cher à produire.

    Mais c’ est encore trop cher quand c’ est nous qui payons cette production.

    Asselin, vous êtes un vendu à l’ inculture.

  97. Jean Guerin dit :

    Mars et Avril est un exemple supreme du probleme.

    Comme bien des gens, j’aime la science-fiction.

    Mais j’ai pas le gout d’aller voir Jacques Languirand se taper une tite-jeune.

  98. Éric dit :

    Toujours les mêmes visages, aucun scénario avec des longueurs inutiles. Et malgré toutes ses subventions un résultat final si pauvre??? C’est honteux, des rendus de télé communautaire on dirait.

    On centre tout sur les acteurs on dirait. Un exemple parfait et qui m’a fait abandonner le cinéma québécois, Curling…ouf Com on! Que c’est ça! Avec mon vieux caméscope VHS, un banc de neige pis mon voisin j’arriverais au même résultat, je crois.

Laisser un commentaire

 caractères disponibles