Un autre meurtrier en liberté (extrait)

- 14 septembre 2014

Pour reprendre les mots choquants qu’il a prononcés il y a quelques jours, Guy Turcotte « ne perdra plus son temps en prison ».

Il attendra la tenue de son nouveau procès chez son oncle et sa tante.

C’est ce qu’a décidé le juge André Vincent.

Si Guy Turcotte était le suspect principal dans une affaire de meurtre, je comprendrais.

Après tout, toute personne est innocente jusqu’à preuve du contraire.

Avant de jeter un individu en prison, il faut prouver que cet individu est bel et bien coupable…

Qui sait ? L’accusé est peut-être innocent, le meurtre a peut-être été commis par quelqu’un d’autre. Il faut attendre l’issue du procès et le verdict du jury avant de mettre le suspect principal sous les verrous.

Mais ce n’est pas ça qui se passe, dans le cas qui nous occupe.

Le second procès de Guy Turcotte (qui débutera dans un an) ne servira pas à découvrir si c’est l’ex-cardiologue qui a tué ses enfants.

On SAIT que c’est lui ! Il l’a avoué !

Alors voulez-vous bien me dire pourquoi on l’a remis en liberté ?

 

(Pour lire ce texte au complet, cliquez ici…)

 

 

Le diable incarné

- 13 septembre 2014

L’otage britannique David Haines a finalement été décapité par l’État islamique.

 

(En passant, il était un travailleur humanitaire! Il était là-bas pour AIDER les victimes de cette guerre!)

 

Ces gens sont dégueulasses, inhumains, abjects…

 

Ils savent que ces actes barbares pousseront leurs ennemis à intervenir, ce qui jettera de l’huile sur le feu et rendra les exaltés encore plus exaltés et déterminés…

 

On les laisse faire, on est cuit. On intervient, on est cuit. Ces fous d’Allah sont le diable incarné.

 

 

« Mon père, le terroriste »

- 13 septembre 2014

Une conférence extrêmement émouvante du fils du terroriste qui a fait sauter une partie du World Trade Center en 1993…

 

 

À regarder et à faire circuler!

 

 

Quand le Bloc rêve à Rambo

- 11 septembre 2014

La scène se déroule dans une salle louée par le Bloc Québécois. Les participants sont chauffés à bloc, tous les militants sont là, il doit y avoir six personnes au bas mot.

 

— Salut la gang, merci d’être venus en si grand nombre ! Comme vous le savez, le Bloc a subi quelques revers ces derniers temps. Il y a eu beaucoup de départs, mais peu d’arrivées. Il faudrait trouver de nouveaux candidats pour les prochaines élections, des gros noms. Quelqu’un a une idée ?

 

Un gros poilu lève le bras.

 

— Gros Jambon, on t’écoute.

 

— (Se raclant la gorge) On devrait aller chercher Bernard Gauthier.

 

— Qui ?

 

— Bernard Gauthier. Rambo. Le syndicaliste de la Côte-Nord.

 

— Rambo ? Es-tu malade ?

 

— Pourquoi pas ? En région, ça serait fou. Le gars passe pour un héros, là-bas. On vend même des porte-clés avec sa face ! Victor-Lévy Beaulieu est en train d’écrire sa biographie, ça ne me surprendrait même pas qu’on fasse une mini-série sur sa vie…

 

— Et sa réputation de goon ? L’intimidation, le harcèlement ? Tu trouves que ça serait bon pour le parti ?

 

— Des goons, il y en a aussi dans le patronat. La seule différence est qu’ils portent une cravate et qu’ils font leur sale besogne derrière des portes closes… Débarquer en région avec ta gang et prendre la job des travailleurs locaux, c’est pas violent, ça ? C’est pas une forme d’intimidation ? « Tassez-vous, les ploucs, on arrive… »

 

— Ouais, mais pense à l’image du parti. Chaque fois que j’entends le nom de Rambo, je l’imagine avec un bâton de baseball dans la main…

 

— Et le patriote sur ton drapeau, il porte quoi ? Un crayon ? Non : un fusil. Au contraire, je trouve que ça serait bon. Les gens sont écoeurés des beaux parleurs qui défendent les intérêts du Québec en pensant à leur pension fédérale, on veut des leaders qui sont capables de se relever les manches, qui n’ont pas peur de se salir, de faire ce qu’il faut faire…

 

— Bof, j’sais pas…

 

— Hey, on parle du monde de la construction, ici, pas des Filles d’Isabelle ! T’as vu la Commission Charbonneau ? C’est Vito Rizutto qui faisait l’arbitre quand il y avait des conflits entre deux entrepreneurs, pas Chantal Lacroix ! Et quand un entrepreneur de Québec voulait poser de la céramique à Montréal, les chums de Rizutto menaçaient de le jeter dans le fleuve et envoyaient une carte mortuaire à sa femme. C’est comme ça que ça se passe dans ce milieu-là. Rambo n’est pas différent des autres…

 

— Oui, mais nos intellos de Montréal…

 

— On s’en fout ! De toute façon, ils ont tous voté NPD, alors… Et puis, pense au vote féminin. Les femmes intellos rêvent toutes de se faire prendre par un gros gars qui sent l’huile à moteur. Regarde ce que Denise Bombardier a écrit sur Rambo et Tony… Elle a dit que pour plusieurs personnes, Rambo incarne une virilité qui rappelle le bon vieux temps où les hommes n’étaient pas des « tapettes »…

 

— Ouan, mais ça peut foutre le bordel et pousser des militants vers la porte.

 

— Entre toi et moi : ça peut-tu être pire que maintenant ?

 

 

Ce soir aux Francs-Tireurs

- 10 septembre 2014

 

 

Ce soir, première émission de la 17e saison (!!!) des Francs-Tireurs…

 

On commence fort, avec la dernière entrevue accordée par Raymond Gravel, trois semaines avant son décès…

 

Et Marc Laviolette de l’aile gauche du PQ nous dit pourquoi il ne veut pas de PKP à la tête de son parti — même si l’homme est peut-être le mieux placé pour vendre l’indépendance!

 

À T-Q, 21 h!