Archives de l'auteur

VIN-dredi ! La folie des huîtres!

- 17 octobre 2014

Viiiiiiiiiiiiiiiiiin-dredi!

Enfin!

HuîtresLa saison des huîtres est actuellement est à son meilleur. On en trouve de partout, pour tous les goûts et souvent à bon prix, notamment quand on les achète en vrac. Renseignez-vous auprès du poissonnier de votre supermarché ou, mieux encore, passez dans une poissonnerie. Personnellement, j’ai un faible pour La Mer, sur René-Lévesque à Montréal.

Chose certaine, rien de mieux qu’une bouteille de Chablis pour mettre en valeur ces petits mollusques. La combinaison unique entre le chardonnay et son sol kimméridgien de marne et de calcaire imprégné d’exogyra virgula, ces minuscules huîtres fossilisées, explique pourquoi l’accord entre les deux est aussi magique que connu.

En voici un sur lequel j’ai tripé cette semaine et qu’on trouve facilement à la SAQ:

Bois d'YverDomaine de Bois d’Yver, Chablis Premier Cru Montmain 2012 (34,25$ – Code SAQ 11635108)

Georges Pico mène avec brio les destinées du Domaine de Bois d’Yver. À la différence de son fils Thomas qui se consacre désormais entièrement à son domaine Pattes Loup et privilégie les élevages sous bois, le paternel préfère l’inox. Nez au départ sur la réserve. Il lui faut une grosse heure pour bien s’exprimer. Registre de craie, de citron confit, de pomme verte, de miel et d’embrun marin. Matière pleine et dense tout en étant ciselée et gracieuse. On sent que le vin a du fond. Allonge expansive et tannique qui fait à la fois saliver et donne une impression d’extraits secs. Avec trois ou quatre ans de cave, il devrait gagner en chair, s’assouplir et se complexifier pour encore plus de plaisir. Une superbe bouteille à petit prix. 16,5-17/20

Il n’y a pas que Chablis, me direz-vous avec raison. D’où cette autre suggestion. Toujours en Bourgogne, tout au sud, dans l’appellation Montagny, en Côte Chalonnaise. On y produit exclusivement du blanc à partir de chardonnay.

CognardDomaine Laurent Cognard, Montagny Premier Cru, Le Vieux Château 2010 (27,80$ – Code SAQ  11939890)

Un tout petit domaine créé en 1997 et dont l’exploitation couvre tout au plus 8 hectares. Nez de fruits blancs légèrement grillés avec un arrière-plan de silex. Le vin est bien droit, avec de la chair, presque tendre en milieu de bouche, mais la tension revient en finale et permet au caractère calcaire et salin de prendre le devant de la scène. À l’aveugle, j’aurais misé sur un premier cru de chablis. Joli développement et très peu de signe de déclin tout au long des 48h où je l’ai siroté, ce qui laisse présager un potentiel de garde intéressant (3-5 ans).Une très belle découverte. Les quantités disponibles sont petites, alors dépêchez-vous! 16/20

Le Jugement de Montréal 4e édition – Meilleurs rouges sous 25$

- 7 octobre 2014

C’était ce matin au restaurant Toqué! Les membres du RASPIPAV ont choisi cette année un thème plus porteur et rassembleur: vins rouges disponibles en importation privée sous la barre des 25 $. Au total, trente-trois vins ont été sélectionnés, avec un tarif moyen de 22,75 $. Tout a été dégusté à l’aveugle (évidemment!)

Comme membre du jury, j’ai trouvé la qualité très bonne et homogène. Il y avait bien sûr un petit biais en faveur des vins de maturité, en provenance du bassin méditerranéen, ce qui a certainement fait plaisir aux jurés.

Suivant les résultats, l’Italie et la France prennent le haut du pavé avec quatre vins chacun parmi les dix premiers. Le Portugal et l’Espagne se partageant les deux autres places. Le Nouveau-Monde est presque absent, mais il faut dire que très peu de vins ont été présenté.

Mention spéciale aux agences Les Vins Alain Bélanger et La QV qui volent la vedette avec deux vins chacun dans le top dix chacun. Bravo !

Vous pouvez passer commande dès maintenant auprès des agences ou attendre (en croisant les doigts qu’il en reste) la 7e Édition du Salon des Vins d’Importation Privée du RASPIPAV se tiendra au marché Bonsecours les 1er, 2 et 3 novembre 2014.

Voici le classement des 10 meilleurs :

1 – Colli Piacentini Guttorni Superiore 2012, Luretta, 22,95$

Agent : Alain Bélanger

2 – Beaumes-de-Venise Terres Jaunes 2012, Ferme St-Martin, 24,80$

Agent : Rézin

3 – Douro Quinta Esteveira 2012, Casal dos Jordoes, 20,00$

Agent : La QV

4 – Rioja Crianza 2010, Bodega Fernando Pierola, 25,00$

Agent : Mon Caviste

5 – Côtes du Rhône 2011, Château de Montfaucon, 20,70$

Agent : La Fontaine

6 – IGT Toscana Erta & China 2011, Renzo Masi, 23,05$

Agent : Société Roucet

7 – Aglianico del Vulture Gricos 2011, Grifalco, 23,37$

Agent : Symbiose

8 – IGT Lombardie Perlavillas 2011, Triacca, 22,95$

Agent : Sélection Caviste

9 – Cheverny Envol 2012, Huards, 24,95 $

Agent : La QV

10 – Régnié 2012, Domaine Dupré, 25,00$

Agent : Alain Bélanger

Votre humble serviteur tout sérieux

Votre humble serviteur tout sérieux

Vin-dredi! Soif, la passion de Véronique Rivest

- 3 octobre 2014

Jamais je n’ai été aussi content de poser mes pénates pour quelques jours à Gatineau. Gatineau? Je sais : même si le nom a changé, ça reste toujours Hull. Hull la « dull », tout le monde connaît l’expression. J’exagère un peu…

Carte SoifMais ça, c’était avant que Véronique Rivest ouvre enfin les portes de son bar à vin il y a tout au plus une semaine : Soif. Situé rue Montcalm, l’endroit est à la fois épuré et chaleureux. L’effet vient en grande partie du liège qui tapisse le plafond et les murs ainsi que le superbe bar  qui trône à l’entrée et derrière lequel s’active l’équipe de sommeliers. À ce sujet, Véro m’a confié que ce n’est pas facile d’avoir du « staff » de qualité à « Dull ». Elle est d’ailleurs touchée par le nombre de personnes qui ont choisi de laisser Montréal pour sauter dans l’aventure avec elle.

Tabouret champagne importé d'Italie - Vero SoifTout a été pensé pour faciliter le service et mettre le vin en valeur. C’est le cas des espaces de dégustation organisés autour de comptoir en U au-dessus desquels trône un support à verres afin de minimiser les déplacements du sommelier afin qu’ils puissent se consacrer plus facilement à l’animation de dégustation. Même chose pour les cartes viticoles amovibles qui décorent les murs de l’estaminet et ajoutent au plaisir de découverte.

Tartare - SoifCôté vin, justement, la carte est splendide; ce qui n’a rien d’évident pour un endroit qui en est à ses tout premiers balbutiements. On en trouve pour tous les goûts et tous les budgets. Du cava festif à un peu plus de 4$ le verre, à un romorantin de Cour-Cheverby sur lequel Véronique m’a piégé à l’aveugle (j’ai trouvé la Loire, tout de même!), en passant par les meilleurs vins de la Grèce, sans oublier les cocktails à base de soda ou de gin artisanaux. Bref, il est quasi impossible de ne pas y trouver son compte, mais vous risquez surtout de vous éclater en sortant des sentiers battus. Côté bouffe, on joue la carte bistro. J’ai trippé sur les huîtres frites et les accras de poisson, mais je suis resté sur ma faim avec le tartare de canard un poil trop relevé. Ici comme ailleurs, il faut donner le temps à l’équipe de trouver l’harmonie du rythme.

Avoir pied dans la BourgogneAu-delà de tout ça, ce qui m’a estomaqué, ce qui m’a jeté le cul par terre, c’est de voir à quel point Véronique a l’air de prendre son pied. Rares sont ceux qui remportent un titre aussi prestigieux comme Rivest (deuxiéme Meilleur Sommelier au Monde, ce n’est pas rien!) et qui décident de se lancer dans le cœur du métier: le service. La plupart préfèrent passer en consultation, gestion ou communication. Véro, elle, a choisi de lancer un bar à vin. Elle essuie des verres, continue de débarrasser des tables et verse de l’eau aux clients tout en jouant la baronne des vins de Gatineau auprès du gratin de la capitale qui va commencé à défiler cher elle.

Bravo!

Vero

L’ouverture de Soif cette semaine m’a permis d’oublier la fermeture prochaine du Bistro à Champlain, à Ste-Marguerite-du-Lac-Masson. C’est une époque qui se termine, une autre qui s’ouvre. Si vous n’avez pas encore entendu Champlain Charest raconter sa partie de tire au poignet  avec Riopelle dans une ruelle sale de Paris, alors dépêchez-vous de réserver. Lui et sa tendre moitié, Monique Nadeau, tireront leur révérence en novembre prochain.

 

 

 

 

C’est Vin-dredi! Des vins de soif !!!

- 26 septembre 2014

AAAAAAARRRRRRRRRGGGGGGGHHHHHHH!!!!

Enfin, c’est vendredi!

VindrediC’est non seulement vendredi, mais on dirait que l’été a décidé de faire un dernier tour de piste avant de nous faire un pied de nez, tirer sa révérence et nous laisser sombrer du côté obscur de l’hiver.

Vous risquez d’être nombreux à vouloir profiter du beau temps en prenant l’apéro en terrasse et à prolonger la soirée à l’extérieur. Rien de mieux alors que de faire sauter le bouchon de ce qu’on appelle des vins de soif. Des vins frais, léger en alcool et qui pètent le fruit. Le genre de bibine qui donne l’impression que le verre est toujours à marée basse…

Ça tombe d’autant bien que la SAQ vient de recevoir le dernier millésime de trois vins tout indiqués pour ce genre d’occasion. Il faudra faire vite, car les quantités sont petites; ça risque de fondre comme neige au soleil!

 

Occhipinti SP68 2013 IGT Terre Siciliane (28,45$ – Code SAQ 11811765)

Les vins d’Arianna Occhipinti connaissent un tel succès auprès des amateurs québécois, qu’on se les arrache carrément quand ils débarquent. Pour vous donner une idée, la SAQ Atwater de Montréal, la plus grosse succursale au Québec, en a reçu incognito une douzaine de caisses en début de semaine. Jeudi, quand je suis passé, il en restait deux misérables bouteilles! Le 2013 est à nouveau un assemblage à parts égales de frappato et de nero d’avola. Toujours bien parfumé avec des notes d’orange amère, de rhubarbe, de terre humide, de goudron et de fruits secs. On a cependant l’impression d’un côté plus chaud dans le fruité, tant au nez qu’en bouche. Ça reste diablement digeste avec une jolie amertume en fin de bouche qui ajoute au caractère du vin. Petit coup de carafe (30-45 minutes) avant de servir frais (15 degrés). Le seul bémol : son prix qui vient encore de grimper. Je sais que l’euro se comporte mieux que le huard canadien, reste que le 2011 s’est vendu 22,70$  il y a moins de deux ans.

15,5/20

Morgon Breton et SP68

 

Guy Breton Morgon 2012 (27,60$ – Code SAQ 12258885)

Une première présence à la SAQ pour ce morgon de Guy Breton qu’on peut ranger dans le clan des meilleurs producteurs du Beaujolais. L’influence de Marcel Lapierre est bien palpable. Je vous préviens : c’est un vin qui se livre du cul quand vous l’ouvrez; un nez réduit suivi d’une bouche fâchée. Il lui faut beaucoup d’air pour que la grenouille se change en princesse! Dès lors, le nez s’emballe sur des notes de fruits rouges, de violette, de cuir avec un arrière-plan animal mélangé à des notes de ronce/poivre. Le fruité devient croquant, presque juteux dans sa manière de gommer la rusticité agréable des tanins et l’acidité prononcée. Belle allonge en finale et surtout, cette impression de « buvabilité » qui fera la joie d’un plateau de pâtés et charcuteries. Le vin semble avoir les atouts nécessaires pour bien évoluer en cave.

15,5-16,5/20

 

Gauby VV blanc 2011Domaine Gauby Vieilles Vignes blanc 2011 Côtes du Roussillon Villages (51,25$ – Code SAQ : 12391467)

Ceux qui me lisent connaissent l’amour et l’admiration que j’ai pour la famille Gauby. Les vins du domaine font partie de l’élite mondiale. Dès l’ouverture, on sent l’intensité et la précision des arômes : caillou frotté, registre floral rappelant le genet et la marguerite, puis de citron confit, de miel de trèfle et un fond d’iode. L’attaque en bouche donne une impression ample, presque grasse, ce qui vient camoufler une pointe de perlant qui finit par s’estomper au fur et à mesure du contact avec l’air. La richesse du fruité combiné à une acidité qui semble naturellement élevée fait naître une impression de délicatesse en bouche. Tonique, dense et à la fois gracieux, on le sent plus immédiat que le 2010 au même stage, ce qui ajoute au côté hédoniste du vin. La finale se resserre, devient saline tout en gagnant en précision. Une superbe bouteille, du genre à lécher au goulot. Joli potentiel de développement. Oxygénation lente* de deux bonnes heures avant de le servir bien frais, mais pas froid (autour de 10-12 degrés). Ici aussi, le prix continue de grimper : le 2010, encore sur les tablettes de la SAQ, se vend 43,50$…

17-17,5/20

 

*Oxygénation lente : technique qui consiste à faire respirer le vin lentement – par opposition à une oxygénation violente en carafe. Ouvrir la bouteille, retirer environ 20 ml de manière à ce que le niveau du vin touche le haut de l’épaule et laisser reposer quelques heures dans un endroit frais. On ouvre par exemple le midi pour boire le soir. Pour une oxygénation encore plus lente, simplement retirer le bouchon et laisser reposer toute la journée.

 

 

C’est Vin-dredi! L’effet WOW!

- 19 septembre 2014

Vin-drediPris dans l’absolu, c’est ce que tout amateur recherche au moins une fois dans sa vie : tomber le cul par terre et se pâmer de bonheur devant un verre de vin. C’est avoir le frisson, sentir tous ses sens s’emporter, avoir l’impression de trouver le chemin d’Éden. Le vin qui marque l’esprit, le cœur et vient trouver résidence dans votre âme. Le genre de vin dont on se souvient toute sa vie.

Le Wine Spectator l’appelle le X factor. C’est d’ailleurs un élément déterminant lorsque le magazine établit son fameux classement Top 100 chaque année. Autrement dit, à pointage égal, on choisira le vin qui fait vibrer le plus, celui le plus excitant.  C’est manifestement le côté le plus subjectif du vin. À chacun son WOW! pourrait-on dire, quoiqu’il y a des vins qui ont tendance à procurer l’extase plus facilement que d’autre,

Clos de la Roche et Clos St-DenisC’est du moins ce que je me suis dit hier soir en prenant connaissance des vins que nous allions déguster à l’occasion d’une soirée « Bourgogne » organisée par un : Clos de la Roche 1999 et Clos des Ruchottes Charmes-Chambertin 2002 de Rousseau, Clos St-Denis 1999 de Dujac, Meursault Goutte D’Or 1995 de Lafon, Corton-Charlemagne 2002 de Bouchard, Volnay Santenots 1969 de Remoissenet, Chevalier-Montrachet 2010 de Philippe Colin et j’en passe! Bref, une soirée d’exception de laquelle je m’attendais à quelques WOW!

Et bien, figurez-vous qu’il n’en fut pas ainsi!

Vous vous dites que si je n’arrive pas à prendre mon pied avec ce genre de vin, je mérite de mourir gavé au Petrus 1947 – ce que je pourrais éventuellement considérer – mais sachez que le sentiment était partagé par à peu près tout le monde à table! Évidemment, plusieurs  vins étaient absolument superbes. On a même frôlé l’extase avec certains, mais ultimement, pas de poils qui se dressent ou de cortex qui disjoncte.

Or, je me suis amusé à ouvrir deux ou trois pirates à l’aveugle dont le petit Ginglet à base de trousseau dont je vous ai parlé il y a deux semaines. Certes, ça n’a pas été le meilleur vin de la soirée,  mais force m’est d’avouer qu’au fil des bouteilles que j’ai le plaisir d’écluser, j’ai l’impression de retrouver chaque fois ce brin de magie et d’étoiles filantes.

Il y a plusieurs éléments qui peuvent expliquer une telle situation, notamment le contexte : l’état psychologique et physique du dégustateur, ceux qui l’entourent, l’endroit où l’on se trouve, le temps qu’il fait (température, humidité, pression barométrique, phase de la lune, etc.) et, évidemment, le vin lui-même; c’est-à-dire la façon avec laquelle il décide de se livrer ce jour-là.

J’ai beaucoup aimé une phrase que ma collègue et amie Nadia Fournier m’a dite cette semaine : on ne peut pas être déçu si on n’a pas d’attente. Ça peut aussi être une piste d’explication.

Ce qui me fait penser : essayer de faire le même coup avec vos proches. Passez-leur un vin à l’aveugle duquel ils ne s’attendent à rien et surveillez leur réaction. Je vous en recommande d’ailleurs un : le « petit » pinot noir 2013 de Carmen. Oui, oui, un pinot chilien. Servez-le frais (14-15 degrés), vous allez vous régaler. Ne cherchez pas le Grand Cru de Côtes de Nuits, ici, mais l’esprit vibrant et sapide du pinot noir est pour le moins étonnant!

Carmen Reserva Pinot Noir 2013 Valle de Casablanca

(15,45$ – Code SAQ  11579644 exclusif à SAQ Dépôt)  ** ½

 

Goutte d'Or