Château de Reignac: petite appellation, grand vin

- 26 août 2013

Vous vous souvenez? Ça fait déjà quelques années, mais l’affaire avait fait quand même un certain bruit.
C’était en 2009 dans une dégustation du Grand Jury Européen des meilleurs vins du monde du millésime 2001, parmi lesquels les plus grands bordeaux, évidemment, mais aussi des vins comme le californien Harlan Estate ou l’italien Ornellaia. Piège: on avait glissé un vin pirate dans le lot, un simple bordeaux supérieur, le Château de Reignac.Reignac
À l’aveugle, les membres du jury avaient accordé à ce dernier la quatrième place parmi les bordeaux et la cinquième parmi les meilleurs vins du monde.
Reignac avait alors battu Petrus, Margaux, Mouton-Rothschild, Ausone, Cheval Blanc, La Mondotte, Vallandraud, Haut-Brion, etc. Seuls Pavie, Lafite et Pape-Clément avaient mieux fait que lui. La cuvée présentée alors, Le Grand Vin de Reignac ( le château fait trois cuvées) fut immédiatement mis sur la carte. Sur la carte comme dans «excellente carte de visite», évidemment. Surtout qu’il coûtait à l’époque 13 euros ( le millésime 2010 présentement disponible à la SAQ coûte 42$).
Rebelote en 2011, alors que le Grand Jury Européen goûtait cette fois six millésimes de plusieurs grands crus de Bordeaux, dont Cheval Blanc, Lafite et Petrus.
Cette fois c’est la cuvée Balthus 2007 de Reignac qui s’était illustré avec une 3e place.
Re-rebelote encore à Hong Kong en novembre 2011, dans une dégustation des meilleurs bordeaux 2004, quand le Grand vin de Reignac arrive premier, devant Cos d’Estournel (2e), Lynch Bages (3e), Lafite (4e), Pichon Comtesse (5e), Pichon Baron (6e) et Cheval Blanc (7e).
Tout ça pour dire, donc, que les trois vins du Château de Reignac sont présentement disponibles à la SAQ.
Ou plutôt ils le seront tous à compter du jeudi qui vient, quand le Château de Reignac 2010 (25,35 $), le vin d’entrée de gamme du château, arrivera en succursale (les deux autres cuvées le sont déjà).

SerreEiffel

La serre du Château de Reignac signée Gustave Eiffel, vue du pigeonnier du château qui date du 16 ème siècle, pigeonnier maintenant restauré et transformé en salle de dégustation.

Dégustation

J’ai goûté ces vins récemment et voici brièvement mes commentaires:

  • Château de Reignac 2010, Bordeaux Supérieur (25,35 $ Code 12034304): très joli nez, torréfié, à l’aveugle on pourrait être dans le Médoc. Bouche droite et vineuse, jolie matière, moyennement corsé, la finale m’a semblé un peu chaude, mais il est vrai que je suis très sensible à l’alcool. Néanmoins, du bon bordeaux à bon prix (70% merlot, 25% cabernet sauvignon, 5% cabernet franc) *** (16/20).
  • Reignac 2009, Grand Vin de Reignac, Bordeaux Supérieur (42 $ Code 11451018): nez encore sur la réserve, avec des notes d’encre qui ressortent à l’aération, bref, nez très médocain, encore ici; bouche distinguée avec de beaux tannins friables, granuleux;  le vin est équilibré, vineux, mais avec de la fraicheur, et le portrait d’ensemble est net, le vin est élégant, distingué, et il est évident que son port de tête le place bien au-dessus de ses modestes origines. Étonnant quoi et, quant à moi, le meilleur achat des trois, compte tenu de son prix modéré, toute chose étant évidemment relative (75% merlot, 25% cabernet sauvignon). ***1/2 +  (17,5/20)
  • Balthus 2009, Bordeaux Supérieur (109 $ Code 12034312): nez sur le moka avec des notes de graphite; curieusement, c’est la cuvée qui m’a semblé la moins médocaine des trois. D’ailleurs, le vin est fait de merlot à 100%. Mais c’est également, quant à moi, le meilleur. Bouche dense et serrée, un très beau grain ; par sa netteté, sa précision, son éclat, par la qualité de son fruit et de ses tannins également, on est ici à n’en pas douter dans le grand vin. Le vin fait 14,5 degrés, mais on ne le sent jamais. Bien évidemment, c’est le plus cher des bordeaux supérieurs. **** (18,5 / 20)

ChâteauReignac

Abonnez-vous à cet article

1 commentaire

  1. Gold Price dit :

    Notes : Robert Parker 90/100, RVF 17/20, Bettane & Desseauve 15/20, Wine Spectator 88-91/100 « Très réussi, ce bordeaux au fort potentiel montre un nez exubérant de fruits noirs, épices suaves et boisé élégant, une bouche parfaitement construite, flatteuse, savoureuse et très équilibrée. » (Le Grand Guide des Vins de France 2012 – Bettane & Desseauve). Découvrez l’incroyable vidéo de la dégustation à l’aveugle par le Grand Jury Européen des plus Grands Bordeaux 2001, à visionner jusqu’à la fin… c’est surprenant et cela nous rappelle plus que jamais que l’étiquette ne fait pas tout ! Cliquez pour voir la vidéo !

Laisser un commentaire

 caractères disponibles