Des nouvelles de Moreno

- 12 octobre 2012

MorenoOui Moreno, Moreno De Marchi. Moreno du Latini. Enfin, anciennement du Latini, car il n’y est plus depuis juin 2010, comme le savent toux ceux qui y avaient leurs habitudes, puisque c’est à cette date, à la suite d’un concours de circonstances purement « business », qu’il a cédé ses parts à son associé.

Qu’est-il devenu depuis ? Ce maniaque, et surtout grand connaisseur de vins italiens, a continué à faire, dans le fond, ce qu’il faisait déjà au Latini. C’est-à-dire acheter des vins italiens de qualité, peu ou ou pas connus, ou alors réputés mais introuvables, pour les faire apprécier aux amateurs d’ici. De même que des produits fins, des produits de niche, comme il les qualifie lui-même (café, tomates, crème de noisette, etc.) pour lesquels il agit à titre de grossiste pour des distributeurs .

Sauf que ces activités sont regroupées, désormais, sous le nom de son agence qui s’appelle L’Enoteca, laquelle existait déjà plus ou moins officiellement à l’époque du Latini, mais qui a maintenant officiellement pignon sur rue et qu’il opère, notamment, avec son fils Federico.
Alors il vend des vins en importation privée, à la restauration bien sûr, mais aussi, évidemment, à la SAQ. Et c’est en sa compagnie que quelques journalistes ont goûté, récemment, un certain nombre de vins de son porte-folio. Dont je vous parle, justement, un peu plus bas.

A-t-il tourné définitivement le dos à la restauration ? Ce n’est absolument pas dans ses plans, dira-t-il. « Je suis un dinosaure de la restauration. Je suis de ceux qui croient que dans un restaurant, il y a des nappes blanches sur les tables et qu’un cuisinier est habillé en cuisinier. Je suis de ceux qui croient qu’on va au restaurant pour découvrir des nouveaux plats, des nouveaux produits. Aujourd’hui on va au restaurant parce qu’on ne veut pas faire la vaisselle à la maison. Et on se pâme devant des toilettes design, mais on se fout de ce qu’il y a en cuisine. Alors, je trouve que la restauration est plus moderne que je ne le suis », dit-il, sur un ton vaguement désabusé, et teinté d’un peu de nostalgie.

Dommage. Car Moreno était en salle un formidable animateur, toujours prêt à partager avec les clients ses dernières découvertes en matière de vin et de produits divers.
Mais quand on le rencontre, aujourd’hui, on constate que ce feu, cette passion sont demeurés absolument intacts. Et cela se répercute, forcément, dans le choix des produits qu’il propose aux amateurs de vin et de cuisine italienne.

Voici donc, commentés brièvement, quelques-uns de ses vins que l’on peut trouver à la SAQ. À noter que, parfois, les quantités, en succursales, sont limitées. Mais il y a des reconductions pour la presque totalité d’entre eux, ou alors dans des millésimes différents.

Monsordo

  • Cabernet Sauvignon 2008, Toscana IGT, San Fabiano Calcinaia, 14%, Prix : 25,05 $ Code 11546914 Note : ***  $$$
    Beau fruit mûr au nez ; un boisé présent, mais qui a commencé à se fondre ; belle texture, flatteur.
  • Chianti Classico 2008, San Fabiano Calcinaia, 14% Prix : 19,90 $ Code 10843327 Note : *** $$ Petits fruits rouges au nez, tannins fermes en bouche ; certaine rusticité apportée par le sangiovese ; solide, beaucoup de caractère. Excellent rapport qualité-prix.
  • Primofiore 2008 Veneto IGT, Quintarelli, 14%, Prix : 52,25 $ Code 11542518 Note : **** $$$$1/2
    Comme le savent les amateurs de vins italiens, tous les vins de Giuseppe Quintarelli (décédé, hélas, en janvier dernier, mais les destinées de la maison ont été repris dans le même esprit par sa famille, nous dit Moreno) sont des expériences mémorables. Nez très particulier de tabac, de café, de cacao, sur une bouche à la fois vive et fruitée, intrigante, originale, particulière, quoi dire… unique. Assemblage de corvina, corvinone, cabernet sauvignon et cabernet franc.
  • Valpolicella Classico Superiore 2003, Quintarelli, 15%, Prix : 79,25 $ Code 10811253 Note : **** $$$$$
    Encore ici, on craque devant cette pièce d’orfèvrerie, où une superbe acidité s’amalgame à un fruit riche et savoureux, tout cela conjugué avec fraicheur, élégance et, on n’en doute pas une seconde, une touche de génie.
  • Barbaresco San Stefanotto 2007, Busso Piero, 14,5% Prix : 68,00 $ Code 11512319 Note : **** $$$$1/2
    Plein, ample, consistant, un fruit magnifique, sur une finale longue et distinguée. Superbe.
  • Agno Tinto 2007, Veneto IGT, Vignalta, 14,5% Prix : 30,75 $ Code 11579839 Note : ***1/2 $$$1/2
    Un beau vin à maturité, riche, vineux, mais frais, savoureux et enveloppant.
  • Rosso Toscano 2010, Toscana IGT, Tua Ritam 14m5% Prix : 24,95 $ Code 11547431 Note : *** $$$
    Très joli nez, un fruit gourmand et enveloppant, vineux, mais sans débordement de l’alcool ; assemblage de merlot et d’alicante.
  • Monsordo 2009, Langhe, Ceretto, 14,5 % Prix : 30,25 $ Code 10856769 Note : ***1/2 $$$1/2
    Le vin est fait de cabernet sauvignon, de merlot et de syrah, mais on a un peu l’impression (j’ai dit un peu) de boire un barolo, tellement le terroir parle et, jusqu’à un certain point, transcende les cépages (le Barolo est situé dans la région des Langhe). Un boisé de qualité encore présent, une très belle acidité, le fruit qu’il faut, c’est absolument savoureux. Idéalement, on le garde en cave encore quelques années.

P.S. On peut rejoindre Moreno De Marchi à l’adresse suivante : moreno@lenoteca.ca
ou son fils Federico : federico@lenoteca.ca.

Abonnez-vous à cet article

1 commentaire

  1. Bel article avec une personnalité montréalaise intéressante. La description de plusieurs de ces vins donnent l’eau la bouche! Je sens que quelques uns de ceux-ci se retrouveront éventuellement dans nos soirées de dégustations.

Laisser un commentaire

 caractères disponibles