Idées cadeaux pour l’amateur de vino

- 15 décembre 2012

Voici une liste d’incontournables qui feront plaisir autant à celui qui fait ses premiers pas dans le monde du vin que l’amateur avertit.

 

Lire le vin

PhaneufLes guides, d’abord. Au Québec, malgré l’étroitesse du marché, on en retrouve beaucoup. Le plus connu qui est probablement aussi le plus complet demeure le Guide Phaneuf, aujourd’hui sous la gouverne de la dynamique Nadia Fournier. De son côté, Jean Aubry, poète du vin officiant au journal Le Devoir, propose, encore cette année, ses 100 meilleurs vins à moins de 25$. Dans un registre plus convivial et pratique, le sommelier Philippe Lapeyrie lance la seconde édition de son Agenda 2013 du vin. Des propositions hebdomadaires dont l’esprit bachique saura mettre du soleil dans vos lundis les plus ternes.

Pour ceux qui veulent approfondir leurs connaissances, rien de mieux que les ouvrages de référence. En la matière, L’Atlas mondial du vin de l’imminent Britannique Hugh Jonhnson est une bible en soi. Étoffé et magnifiquement écrit, c’est un pur plaisir à lire. En français, la 6e édition est plus difficile à trouver en libraire.

Impossible de passer sous silence le dernier bouquin de Jacques Orhon Les vins du Nouveau Monde: Canada, États-Unis, Mexique. En collaboration avec la sommelière Hélène Dion, il trace un portrait lucide des vins du continent avec une excellente incursion chez les producteurs de chez nous.

Je m’en voudrais de ne pas vous parler du Petit dictionnaire absurde & impertinent de la vigne et du vin, de Jean-Pierre Gauffre. Un ouvrage à la fois ludique et moqueur qui permet de démocratiser à souhait un sujet souvent pris trop au sérieux. Le cadeau parfait pour le « beau-frère » qui paraît tout savoir sur le sujet.

 

 

nez du vin

 

 

Sentir le vin

Malgré son âge – le premier coffret date du début des années 1980 – c’est encore aujourd’hui l’un des cadeaux les plus excitants à offrir : Le nez du vin de Jean Lenoir. Vous voulez comprendre et savoir distinctement ce que ça sent le buis dans le sauvignon blanc, la violette dans la syrah, le cassis dans le cabernet-sauvignon, ou encore la vanille dans l’élevage du bois? C’est l’outil par excellence qu’il faut. Accompagné de cartes aromatiques explicatives, le grand coffret de 54 flacons a fait des émules (vins rouges, vins blancs, bois, etc.) qui permettront de parfaire les habiletés de tous.

 

 

 

Servir le vin

Ne vous laissez pas berner par l’offre hallucinante de « bébelles » autour du vin. Le décorum doit rester simple et efficace. En outre, il faut un bon tire-bouchon, un bon verre et, éventuellement, une bonne carafe.

Malgré son apparence simpliste, le limonadier Pulltap’s est un chef d’œuvre d’un point de vue du design. On en trouve de toutes les couleurs et dans plusieurs matériaux. Il est efficace, peu cher et résistant. La SAQ propose les modèles de base alors que les boutiques spécialisées comme Vinum Design, Aux Plaisirs de Bacchus ou Vin Passion offrent une gamme plus éclatée de l’objet.

 

Expert TastingCôté verre, choisissez un modèle fin et épuré. Les séries Ouverture de Riedel et la série Expert Tasting de Spiegelau restent des incontournables. En plus des boutiques précitées, on les trouve dans les grandes surfaces comme Costco ou Winners.

 

Le choix de carafes est encore plus vaste. À nouveau, ne vous laissez pas prendre par l’allure et choisissez un modèle avant tout efficace. De manière générale, il existe deux types : celles à surface large procurant un maximum d’oxygène et destinées aux vins plus jeunes, et celles à surface plus restreinte servant surtout de décanteur, habituellement pour les vins plus âgés. N’hésitez pas à l’essayer sur place avec de l’eau afin de tester le bec verseur. Le jet doit être précis, non diffus, surtout lorsqu’on arrive à la fin du contenu. Rien de plus frustrant que de se retrouver avec la moitié du vin sur la table plutôt que dans son verre.

 

 

 

Apprendre le vin

Offrir une formation sur le vin peut être un cadeau original. Plusieurs choix, le premier étant Les Connaisseurs offert autrefois par la SAQ qui a cédé son volet éducatif à la firme privée Savori. Je n’ai pas eu d’échos depuis, mais j’ose croire que la qualité s’est maintenue. Des alternatives intéressantes aussi avec les sommeliers formateurs Raymond Chalifoux (Rive-Nord, Laurentides et l’ouest de Montréal) et Nick Hamilton (à Montréal en français et en anglais).

 

 

Déguster le vin

Parce que c’est d’abord et avant tout ça, voici un choix de belles bouteilles à offrir. Ce sont certes de beaux vins, mais je les ai surtout retenus parce qu’ils savent chacun bien exprimer leur provenance en plus d’avoir une identité propre.

 

Blanc

Pascal Jolivet Pouilly-Fumé 2011 (25,75$ – 10272616) ***

Dom. Gauby Les Calcinaires VDP Côtes Catalane 2010 (25,35$ – 11463060) ***½

Pinot gris Fronholz Ostertag Alsace 2010 (41,75$ – 924977) ****

 

Rouge

Les Garrigues Guy Mousset Côtes du Rhône Villages 2009 (25,80$ - 11007208)***½

Domaine de Montcalmès Les Terrasses du Larzac 2009 (36,25$ – 10272940) ***½

Château Ferrière Margaux grand cru classé 2009 (53,00$ – 11374155) ****

 

 

Abonnez-vous à cet article

1 commentaire

  1. Piracetam dit :

    À la chute de l’Empire Romain, l’ Église maintient dans ses diocèses la culture de la vigne et du vin et répand sa commercialisation. Le vignoble s’étend alors régulièrement partout en Europe, aidé en cela par l’extension des ordres monastiques . D’autres types de vins composaient cependant la palette de l’époque : le blanc, et le vermeil ou noir, vinum rubeum, obtenu par une macération plus longue. Mis à part en Italie , il semble que les raisins aient été pendant des siècles très majoritairement de couleur noire.

Laisser un commentaire

 caractères disponibles