Plaisirs sucrés

- 29 janvier 2013

MoscatelParfois, comme disait un ami en train de siroter sa margarita dans la piscine d’un Resort des Antilles, ça ne nous en prend pas beaucoup pour être heureux. Ainsi, ma femme et moi, l’autre soir, nous sommes éclatés après le souper avec une bouteille d’un vin doux naturel portugais qui coûte exactement 12,25$: Moscatel de Setubal 2008, Thasos, Caves Velhas (code SAQ: 10809920, *** 16/20).
Bien sûr, on résiste difficilement aux charmes d’un vin doux, un vin de muscat par surcroit. N’empêche, à ce prix, nous nous attentions sûrement pas à en avoir autant pour notre argent.
Couleur cuivrée, nez à la fois floral et fruité, avec des nuances d’orange et de fruits confits, de girofle et de muscade (et même de curry après quelques jours), la bouche, sucrée sans être sirupeuse, avait de la vivacité, du tonus, de la fraicheur et les 17 degrés d’alcool qu’il contient étaient bien intégrés à l’ensemble (c’est, bien sûr, un vin muté).
Et c’est là que ma femme a eu cette merveilleuse idée: et si on sortait notre restant de gâteau aux fruits des fêtes?
Je signale ici que, contrairement à l’habitude de plusieurs de servir ce genre de gâteau en tranches épaisses, c’est en fines tranches qu’il se révèle le mieux.
Bref, le gâteau aux fruits avec le moscatel de setubal, ce fut non seulement un coup de foudre, mais tout simplement un mariage d’amour.

 

Reignac

 

Laissons maintReignacenant les plaisirs sucrés pour parler des vins du Château de Reignac. Comme vous le savez peut-être, il y en a eu un peu avant les fêtes. Je parle ici du Grand Vin 2008 du Château de Reignac (38,25$ Code 11451018), ce bordeaux supérieur dont la cuvée haut de gamme qui s’appelle Balthus, a battu à quelques occasions, notamment au Grand Jury Européen, les plus grands Bordeaux (Cheval Blanc, Pétrus, Lafite et compagnie), comme je l’ai déjà expliqué à quelques reprises dans mes chroniques du Journal de Montréal.
Bref, il n’en reste plus qu’une douzaine de bouteilles disséminées ici et là dans le réseau de la SAQ. Quant à la cuvée Balthus, elle n’est pas disponible au Québec bien qu’il y en ait eu environ 80 bouteilles offertes en importation privée (110$ la quille) avant les fêtes, toutes disparues le temps d’un battement de cil.
Par contre, aux dernières nouvelles, en importation privée toujours (chez Réserve et Sélection), il restait encore une centaine de bouteilles du Château de Reignac 2010, l’entrée de gamme des vins du château, à 27,56$. À noter qu’il faut commander à la caisse (caisses de six bouteilles). No: de téléphone: 514 569-8075.
Très joli nez ouvert, sur les petits fruits rouges. Vineux, un peu capiteux même, des tannins fermes mais mûrs, de la mâche, du grain, et surtout une très belle texture. Chapeau si vous êtes capables de reconnaître là, à l’aveugle, un bordeaux supérieur (*** 16,5/20).

Abonnez-vous à cet article

Laisser un commentaire

 caractères disponibles