Enfin de bons vins en «vinier»

- 28 mai 2012

Il y a quelques mois, je signais dans les pages du magazine 7 Jours une chronique dans laquelle je me réjouissais de voir – enfin – apparaître de bons vins dans cette boite très pratique qu’on appelle souvent ici «vinier» et que nos cousins français, amoureux de Shakespeare, appellent «bag-in-box», bib pour les intimes… (Je republie ci-bas la chronique en question)

Les Fumées blanches 2011

En format de 3 litres, Les Fumées blanches reviennent à environ 12,50 $ pour l'équivalent d'une bouteille de 750 ml.

L’an dernier, donc, c’était le sympathique rouge portugais de la région de Dão, Meia Encosta, dont l’arrivée en «bib» faisait mon bonheur. Cette fois, ce sont Les Fumées Blanches de François Lurton. Et ce n’est pas rien.

Même si elle a changé souvent d’appellation au cours des dernières années – passant des Côtes du Tarn, puis au comté Tolosan avant d’aboutir dans les Côtes de Gascogne – la cuvée Les Fumées Blanches reste un modèle de sauvignon blanc français, bien ciselé, vif et nerveux, minéral, avec jusque ce qu’il faut de fruité pour bien concurrencer les sauvignons blancs d’Océanie ou d’Amérique du Sud. À moins de 15 $, c’est encore l’un des meilleurs sauvignons disponibles à la SAQ.

Encore moins cher !

En format de 3 litres, Les Fumées Blanches se vend tout juste sous la barre des 50 $. Faites le calcul: 50 divisé par quatre, c’est 12,50 $ pour l’équivalent d’une bouteille de 750 ml. C’est donc un rabais de presque deux dollars par bouteille puisque le flacon se vend 14,25 $.

Mais est-ce bien le même vin ? La question est bonne. J’ai fait le test en comparant le vin en «boite» et celui en bouteille. Même cuvée, même millésime, mais effectivement quelques nuances se font sentir entre les deux. Les deux  Fumées blanches sont tous les deux très beaux. Mais celui en bib, ensaché sous vide, rappelons-le, me semble plus vif, plus minéral, plus tendu. En bouteille, le fruit s’exprime davantage me semble-t-il.

La raison ? À mon avis, c’est justement l’effet du sac sous vide, qui réduit au minimum le contact avec l’air, donc empêche le vin d’évoluer, de s’ouvrir. Je n’ai pas pensé à l’essayer, mais j’ai l’impression qu’en versant le vin sous vide en carafe, on arriverait à un résultat équivalent au vin en bouteille après une demi-heure… D’ailleurs, l’idée n’est pas folle, car mettre une boite sur la table pour un repas entre amis, ça ne fait pas très chic…

Sauvignon blanc Les Fumées Blanches 2011, vin de pays des Côtes de Gascogne, François Lurton, France
Code SAQ : 11714181
49,75 $ pour 3 litres

raisin_contentArômes de groseilles, d’agrumes (citron mûr) avec des notes de fleurs blanches et de buis. Vif en bouche, tendu avec une certaine minéralité en finale.

 

 

DU BON VIN DANS UNE BOÎTE

• Enfin un bon Vinier !

(Chronique parue dans le magazine 7 Jours à l’automne 2011)

Il en aura fallu du temps. Mais 25 ans après l’apparition des «viniers» au Québec, en voici enfin un qui en vaut vraiment la peine.

Je n’ai jamais aimé les «viniers» vendus à la SAQ ou en épicerie. La plupart du temps, le vin contenu dans ces sacs sous vide cachés dans une boîte de carton, est – soyons francs – de la… piquette. Des vins industriels, sans personnalité, souvent trop acides, trop maigres ou carrément insipides.

 

Or voilà que depuis quelques mois, une petite boîte noire a capté mon attention. Plus petite que la plupart des «viniers», cette boîte contient l’équivalent de pas moins de quatres bouteilles (3 litres) de l’un des meilleurs rapports qualité-prix que nous offre la SAQ: le Meia Encosta

Moins cher et plus écolo

Le Meia Encosta figure depuis longtemps dans la liste de mes vins préférés à moins de 15 $. À 10,85 $ la bouteille de 750 ml, disons que ce petit rouge vous en donne déjà pour votre argent. Mais dans sa version «vinier», le Meia est encore moins cher, à environ 37 $ pour trois litres, donc 9,31 $ pour 750 ml. C’est une économie d’environ 15 % sur le prix de la bouteille.

De plus, comme sa boite est composée de carton léger et de film plastique, le petit «vinier» de Meia Encosta ne pèse presque rien. Vous n’aurez certainement pas l’impression de tenir quatre bouteilles dans vos mains. Qui dit mois de poids, dit aussi moins d’énergie nécessaire pour le transport, donc moins de pollution. Pas bête…

«Vinier» ou «BIB» ?

Si au Québec, le mot «vinier» est entré dans la culture populaire, c’est parce que l’une de ces «boites à vin» portait ce nom dans les années 1980. La marque commerciale n’existe plus, mais le nom est resté.

Nos cousins français, fidèles à leurs habitudes, lui ont donné un nom tout à fait frenchy: «bag-in-box» ou BIB pour les intimes.

Le BIB est en fait un sac de film plastique métallisé rempli de vin et doté d’un robinet sans retour d’air, le tout placé dans une boîte de carton. Au fur et à mesure qu’on tire du vin, la sac se contracte, empêchant l’air d’entrer, ce qui préserve le vin. Dans ces conditions, le vin se conservera sans problème plusieurs mois. Disons que c’est plutôt utile pour ceux qui ne veulent boire qu’une verre par repas, sans avoir à ouvrir toute une bouteille.

Meia Encosta 2009, Dão, Borges, Portugal

37,25 $ pour 3 litres

Code SAQ: 11462059

Alors, il est bon ce vin ? Oui. Ce n’est pas un grand vin, mais un honnête petit vin léger au parfum de cerises et de prunes, agrémenté d’un peu d’épices (cannelle, poivre, etc.) Souple en bouche avec une bonne acidité. À servir avec des pizzas, sur des mets italiens épicés, etc.

 

D’autres vins en sacs…

 

Big House Red 2010, California, The Wine Group, États-Unis

45,50 $ le vinier de 3 litres (16,95 $ la bouteille)

Code SAQ : 11462420

Un rouge californien assez bien fait pour amateurs du genre très fruité, confituré et légèrement boisé. Dans ce cas-ci,  l’achat en vinier réduit grandement le prix: le vin revient à 11,38 $ pour 750 ml, alors que la bouteille en verre se vend 16,95 $…

 

Chenin blanc / chardonnay 2010, Western Cape, Arniston Bay, Afrique du Sud

22,65 $ le sac de 1,5 litre (12,05 $ la bouteille)

Code SAQ: 11056683

Petit blanc sud-africain parfumé et frais. Le sac n’est pas «dans une boîte». Il se tient plutôt tout seul, mais le principe est le même, avec un petit robinet sans retour d’air à la base. Pas un grand vin, mais simple et agréable. Le format est pratique pour le camping…

 

 

Abonnez-vous à cet article

1 commentaire

  1. richard dit :

    Le RH Phillips la syrah est bonne aussi, mais les meilleur bib sont en importation priver mais le prix du 5 litre est très élever pouvant aller de 60$ a 90$.

Laisser un commentaire

 caractères disponibles