Quatre vins à acheter avant qu’il n’en reste plus

- 21 janvier 2014

Quand j’aime un vin, j’ai toujours l’impression que, non seulement ils n’en mettent jamais assez dans la bouteille, mais qu’en plus la SAQ n’achète jamais assez de caisses.
Bon, je blague dans le cas de la bouteille, mais pas tant que ça dans celui des caisses.
Car effectivement, depuis quelques années, la SAQ préfère acheter des petites quantités d’un plus grand nombre de vins, que l’inverse.
J’imagine que, commercialement, c’est rentable de créer l’impression d’une rupture de stock rapide sur un certain nombre de produits, puisque cela encourage les amateurs à les acheter rapidement, alors qu’autrement, avec des quantités plus grandes, ils auraient sans doute attendu un peu, sinon les auraient oubliés.
Par contre, pour les amateurs, cela peut devenir rapidement frustrant. Enfin, tout ça pour dire que, dans le réseau de la SAQ, il reste peu de bouteilles des vins que je vais vous recommander aujourd’hui.
N’aurais-je pas pu en parler avant? Peut-être, quoique non, finalement.
C’était le temps des fêtes, le temps des bulles, le temps des bouteilles «cadeaux» et des vacances, alors, malheureusement, ces vins sont un peu passés sous le radar, comme on dit. Alors on se reprend comme on peut.Pommier

Chablis 2011, Isabelle et Denis Pommier, 12,5%, France Prix 23, 75 $ Code 11890900 Note: ***
Ça fait une vingtaine d’années que ce couple fait du chablis et, voyez comme le monde du vin est vaste, à ma connaissance c’est la première fois qu’un de leurs vins est vendu chez-nous. Joli nez de chablis bien typé, avec cette minéralité qui me rappelle toujours, moi, un peu les huîtres. La bouche est ronde, et n’a peut-être pas cette tension que l’on retrouve dans d’autres, mais en même temps ça le rend d’autant plus facile d’approche, et ce sans qu’il perde pour autant sa typicité. Pour ceux qui les connaissent peu, c’est là un très beau vin d’introduction aux chablis, des vins qui, quant à moi, sont dans le peloton de tête des meilleurs vins blancs du monde. Et à des prix encore très fréquentables, même en premier cru, comme le montre le vin suivant.

Chablis PremiSimoenetier Cru Mont de Milieu 2010, Simonet-Febvre, 13,%, France Prix 37,00 $ Code 11094751 Note ***1/2
Voyez le nez du précédent, avec cette minéralité et ses rappels d’huîtres fossiles (le sous-sol de Chablis en est rempli, comme vous le savez peut-être, et si je dis que ça sent les huîtres fossiles, c’est par pure projection aromatique virtuelle, on s’entend, n’en  ayant évidemment jamais senti… mais on jase, là), donc le nez du précédent, je disais, mais en plus expressif, en plus subtil aussi. La bouche est ample et grasse mais précise, ciselée par une acidité parfaitement enrobée. Le vin a sans doute vu (un peu) le bois, mais c’est si subtil que, comme dirait peut-être un vieille pub, seul son maître de chai le sait.

√ Château de Cazeneuve 2011 «Les Calcaires», Pic Saint-Loup, Languedoc, André Leenhardt CAzeneuve, France Prix: 20,65 $ Code 881656 Note: ***
Je le dis souvent, on devrait prendre l’habitude de passer systématiquement en carafe les jeunes vins, les rouges en particulier. En tout cas, ne pas le faire dans ce cas-ci nous priverait de plusieurs de ses charmes. Car c’est à l’aération qu’il livre ses beaux arômes de fleurs fanées et qu’en bouche se libèrent des saveurs épicées-poivrées qui enveloppent bien le palais. Le vin est vineux, mais équilibré, peu corsé, facile et plaisant à boire. Assemblage de Syrah (45%), Grenache (25%), Cinsault (20%) et de Carignan (10%).

LesChalleys

Saint-Joseph «Les Challeys» 2011, Delas, 13,5%, France Prix 26,95 $ Code 10912417 ***1/2 $$$
Arrive un moment, dans la vie d’un amateur de vin, où il comprend qu’un vin n’a pas besoin d’être gros pour être bon. Il a seulement besoin d’être fin, élégant, équilibré, en même temps que parfaitement typé. C’est exactement ce qu’est cette syrah. Le vin est frais, élancé, ses saveurs sont parfaitement by the book, si on peut dire, avec des nuances de réglisse et de goudron, la texture est à la fois huileuse et soyeuse, bref, on apprécie sa grande pureté d’expression et sa finesse. Comme quoi, quand on a du talent, pas besoin de le forcer. On comprend et on apprécie tout de suite la partition.

 

 

 

 

 

Abonnez-vous à cet article

1 commentaire

  1. quebec12 dit :

    J’ai la certitude que ces vins sont de très bonne qualité par rapport à leur prix très peu élevé. À mon goût celui que j’ai le plus apprécié était «Les Challeys» accompagné d’une bonne côte levée.

Laisser un commentaire

 caractères disponibles