Élection partielle dans Lévis: Le PQ au plus bas?

- 21 octobre 2014

levis partielle

L’élection partielle dans la circonscription de Lévis n’a pas créé de surprise. Je n’avais même pas couvert cette élection tant il était quasiment assuré que la CAQ conserverait son siège (victoire en avril et les sondages montraient la CAQ en progression).

Mais ce qui faisait office de nouvelles hier soir sur presque tous les médias était le résultat très faible du PQ. Avec seulement 8% des votes, la formation souverainiste se retrouve en effet bien loin des deux autres partis. Cependant, je ne suis pas sûr que l’on devrait y voir un quelconque message autre que celui déjà fournis par les sondages nationaux.

Regardons les résultats dans Lévis lors de l’élection générale du 7 avril dernier et hier soir:

7 avril 20 octobre
PLQ 34.9 32.5
PQ 16.6 8.3
CAQ 40.5 46.8
QS 6.2 7.7
participation 75% 46.30%

Le PLQ est stable alors que le PQ perd 7-8 points au profit de la CAQ. À première vue, la situation semble en effet très mauvaise pour le PQ. Si on parle en proportions, le PQ aurait ainsi perdu la moitié de ses appuis dans Lévis! Extrapolé à l’échelle de la province, le PQ se retrouverait probablement avec seulement 2 sièges.

Cependant, souvenons-nous que le PQ avait obtenu 25.4% des votes lors de l’élection générales. Or, les sondages montrent le PQ plutôt aux alentours des 20%, alors que la CAQ aurait grimpé à près de 30%. Si on applique un simple modèle de variation uniforme, on voit que le PQ serait ainsi projeté à seulement 11-12% dans Lévis.

De plus, la participation n’a pas été catastrophique pour une partielle (surtout une partielle seulement quelques mois après l’élection générale), mais le 46% est loin derrière le 75% d’avril dernier. Il est tout à fait raisonnable de penser que le PQ a été affecté différemment par cette baisse que le PLQ ou la CAQ. Pour cette dernière en particulier, conserver le siège donnait naturellement de la motivation à ses électeurs. En même temps, il ne faudrait pas non plus prétendre que seuls les électeurs péquistes sont restés chez eux. Faisons un petit calcul: la participation a baissé de 40% (ou, si vous préférez, ne représentait que 60% de la participation d’avril dernier). Si tous les partis étaient affectés de la même manière, cela ne causerait aucun problème. Imaginons que le PQ ait été affecté 1.5 fois davantage que la moyenne (les raisons sont multiples: pas de chef, aucune chance de gagner ce comté, etc). Cela voudrait dire qu’alors que 60% des électeurs CAQ du 7 avril se seraient présentés aux urnes hier, seulement 40% des électeurs péquistes se seraient déplacés. Dans ce cas, la projection placerait le PQ vers les 8-9%. Exactement le résultat d’hier!

Bien sûr, il y a des hypothèses dans ce petit calcul, mais cela montre que l’on peut facilement expliquer la performance de ce parti dans la partielle de Lévis par une combinaison de baisse générale à l’échelle de la province (environ 5 points) ainsi qu’une absence de motivation pour les électeurs de ce parti. Mais ce que cela signifie vraiment c’est que non, le PQ n’a probablement pas perdu la moitié de ses votes d’avril. Et non le résultat dans cette partielle n’est pas vraiment indicatif ou informatif de quoique ce soit. Pas davantage que ce que les sondages provinciaux nous ont déjà montré récemment.

Après, soyons clairs, le PQ est probablement à seulement 20% à l’échelle de la province. Cela place ce parti en 3e position, tant dans la population générale que chez les francophones. C’est un score incroyablement bas et la formation souverainiste est bien, bien loin de pouvoir espérer reprendre le pouvoir. Mais si l’on tient compte de l’absence de chef et d’autres facteurs, le PQ n’est pas non plus en train de s’écrouler.

Federal election is 1 year away. Liberals currently favorite to win it

- 18 octobre 2014

The next federal election is on October 19th 2015. Based on the most recent polls, if the election was held tomorrow, Justin Trudeau would most likely become the next Prime Minister of this country. However, he’d likely only receive a minority.

Recent polls (over the last month) have pretty much all shown the same picture: The LPC is comfortably ahead, with the CPC second and the NDP at a distant third. There are naturally variations among these polls, especially at the provincial level (for instance, Ekos has the Liberals killing it in Ontario while Forum actually has the Tories slightly ahead). But overall, polls agree. If we look more long term, we see that the Liberals are mostly back at where they were after Justin Trudeau took over and the recent trend even shows an increase in the Liberal support (after months of slow decline since the leadership race). The story seems to be the constant decrease of the NDP who is now back in third place, relatively far from the top two. It wasn’t the case until recently. Is it a sign that the Grits are getting back their support lost to the NDP in 2011? Possibly, but it’s early to tell.

In general, keep in mind that anything written here should be interpreted as if the election was held tomorrow. A year is an eternity in politics and things can, and will likely change by then.

If we use a simple average of the polls over the last month, we get the following projections. You have, in order, the voting intentions, the seats projections (with the 95% confidence intervals) as well as the chances of winning. As usual, feel free to use the simulator to enter your own percentages (for instance if you don’t trust the polls)

Proj

The riding-by-riding projections are here.

As you can see, the Liberals would almost be guaranteed to win the election (defined as winning the most seats). It’s normal,being ahead by 7-8 points nationally will naturally translate into more seats. Moreover, the LPC maintains an incredible lead in Atlantic Canada where this party would almost win every single seat. Basically, Atlantic Canada is to the Grits what Alberta is to the Tories.

The race in Quebec is interesting because the Bloc would be projected with zero seat! At 16-17%, this party is even lower than in 2011 and the newly elected leader is definitely not helping this party (although, as I’ve said before, it’s at least ensuring the Bloc doesn’t fall further). The race for first place is heated between the Liberals and the New Democrats, with a slight advantage for the former (although, in term of seats, it wouldn’t be surprising to see the NDP finishing first). As for the Conservatives, they have been stagnating around 15% for the longest time by now.

In Ontario, the current projections have the Liberals ahead but again, keep in mind that not all polls agree on what is really going on in this province. With the NDP outside of the race, it’d be very hard to predict who would finish first in Canada’s biggest province. The recent provincial election seems to indicate the Liberal brand is popular (and efficient) but Stephen Harper has proven he can win there (even in the GTA).

Finally, BC is a the only three way race in the country. If the situation gets closer in Ontario, we might have to wait until late during the night in order to call the next election.

The simulations (5000 of them, randomizing both the voting intentions as well as how the vote is distributed, therefore accounting for the two major sources of uncertainty: polls and the electoral system) show very little suspense. However, Justin Trudeau only has a 34% chances of getting a majority. I’d say that if I had to currently bet on anything for the next election, I would feel pretty confident in predicting a minority. I’d be a lot less confident in predicting the color of this minority. Sure, the current projections have the Liberal heavily favorites, but we are a long time away from the election. We also don’t have that many polls. Plus, campaigns matter and Stephen Harper has proven multiple times he’s good at that. The polls have also underestimated the support for the Tories in the last two elections. If you currently compare the numbers among eligible and likely voters from Angus-Reid for instance, you see the race is a lot closer among likely voters. Of course, likely voters models failed miserably last provincial election in Ontario…

In conclusion, we start the 1 year countdown with a situation where Justin Trudeau is the virtual next PM. Up to him to keep this lead. In particular, the recent gains made at the expense of the NDP aren’t necessarily that safe. The election might well be decided based on the performance of Thomas Mulcair.

Efficacité du vote au Québec entre 2003 et 2014

- 12 octobre 2014

Lors de la récente élection au Nouveau-Brunswick, le Parti Vert a remporté un siège avec seulement 6.6% des voix, alors que le NPD n’a fait élire aucun député avec pourtant plus du double des votes (13%). Que vous soyez favorable à une réforme du mode de scrutin ou non, il est difficile de défendre ce genre d’anomalies.

Regardons la situation de l’efficacité du vote au Québec. Un bon indicateur est de comparer le nombre de votes par siège. Les petits partis « gaspillent » leurs votent en général vu qu’ils ne font jamais élire de députés.  Le tableau ci-dessous calcule ce ratio pour les 4 principaux partis lors des 5 dernières élections.

2003 votes sièges votes/siège
PLQ 1755863 76 23103
PQ 1269183 45 28204
ADQ/CAQ 694122 4 173531
QS (UFP) 40422 0
2007 votes sièges votes/siège
PLQ 1313664 48 27368
PQ 1224412 36 34011
ADQ/CAQ 1125546 41 27452
QS 144418 0
2008 votes sièges votes/siège
PLQ 1366046 66 20698
PQ 1141751 51 22387
ADQ/CAQ 531358 7 75908
QS 122618 1 122618
2012 votes sièges votes/siège
PLQ 1360968 50 27219
PQ 1393703 54 25809
ADQ/CAQ 1180235 19 62118
QS 263111 2 131556
2014 votes sièges votes/siège
PLQ 1757071 70 25101
PQ 1074120 30 35804
ADQ/CAQ 975607 22 44346
QS 323124 3 107708

Première observation: l’efficacité du PLQ est remarquable et constante. En 2003, ce parti avait eu besoin de 23,000 votes par siège, très proche du 25k requis en 2014. La majorité de 2008 reposait sur une efficacité accrue.

Le PQ varie davantage, de 22k en 2008 à 36k cette année. Et la seule victoire de ce parti au cours de la dernière décennie a coincidé avec la seule élection où son vote a été légèrement plus efficace.

Quant à la CAQ (ou défunte ADQ), sa conversion votes-sièges reflète le fait que ce parti est plus récent et moins bien implanté. La variation entre 2007 et 2008 est incroyable et explique en partie la débâcle de ce parti lors de cette élection. À remaquer que même en 2014, le parti de Legault termine 3e en terme d’efficacité. Bien sûr, si on ne regardait que dans le 450, la situation serait très différente. La tendance est aussi à la hausse (ou la baisse du ratio) depuis 2008.

Quant à QS, ce parti devient de plus en plus efficace mais il reste du chemin à faire avant d’être vraiment compétitif. Le mode de scrutin ne pardonne vraiment pas d’être un petit partit et QS peut en fait déjà s’estimer heureux d’avoir 3 députés grâce à la concentration de son vote.

Bien sûr, avec un mode de scrutin proportionnel, tous les votes competerait de la même manière. Mais en attendant, si le PQ ou la CAQ espèrent battre le PLQ, ils se devront d’être plus efficaces.

1 mio de signatures pour un référendum? Une mission facile

- 5 octobre 2014

Le Parti Québécois a perdu la dernière élection car les Québécois ne voulaient pas de référendum. C’est une simplication presque grotesque de la campagne, mais soyons honnêtes, c’est pas mal le meilleur résumé en une phrase que l’on puisse faire et la meilleure illustration de comment Pauline Marois a perdu le pouvoir.

Alors que ce parti vient d’annoncer les détails de sa course à la chefferie, l’un des possibles aspirants chefs, Alexandre Cloutier, a proposé qu’un million de signatures soient nécessaires afin de tenir un nouveau référendum sur l’indépendance du Québec. Est-ce que ce seuil d’un million est vraiment difficile à atteindre et significatif? Regardons de plus près.

Tout d’abord, cette notion qu’il faille un nombre minimum de signatures afin de tenir un référendum est relativement répandue à travers le monde. La Suisse (avec une population très similaire au Québec) permet à n’importe quel citoyen de proposer une loi ou modification constitutionnelle en recueillant 100’000 signatures en 18 mois. Une tâche relativement facile (il faut dire que le seuil avait été fixé lorsque la population helvétique était bien moindre). Plus proche du Québec (quoique, en avion…), la Colombie-Britannique a un tel système. Sauf que ce dernier est incroyable difficile et n’a abouti qu’une seule fois. Il faut dire que le seuil requiert les signatures de 10% des électeurs inscrits dans chaque comté, le tout en 90 jours! Et même lorsque cela aboutit, le seuil pour accepter l’initiative est fixée à 50%+1 des électeurs inscrits, et cela dans 2/3 des comtés! La seule initiative qui a été couronnée de succès concernait l’élimination de la taxe de vente harmonisée (HST) pour revenir à l’ancienne taxe de vente. À noter que le Premier Ministre de l’époque avait accepté de changer les règles sur la majorité qualifiée et avait promis d’accepter un simple 50%+1 (le référendum a finalement passé avec 54% des voix).

La CB a une population de 4.6 mio d’habitants. Le nombre de signatures requises pour le référendum sur la taxe de vente était environ 300’000. Proportionnellement parlant, c’est moins que le mio pour le Québec. Sauf que ces 300000 signatures devaient provenir de tous les comtés. Je ne pense pas qu’Alexandre Cloutier ait dévoilé davantage de détails, mais cela sera pas mal plus difficile si une règle similaire est adoptée (imaginez récolter 10% des électeurs inscrits dans chaque comté de l’ouest de l’île de Montréal). Avec 6 mio d’électeurs inscrits au Québec, la proposition d’Alexandre Cloutier signifie qu’il faudrait qu’un électeur sur 6 signe, soit enviro 17%.

Ainsi, à première vue, le seuil de 1 mio de signatures pourrait ne pas être évident à atteindre et est comparativement plus difficile que dans d’autres jurisdictions.

Sauf que l’on ne parle pas ici de proposer n’importe quel projet de loi, on parle ici de l’indépendance du Québec. Même lors de la dernière campagne (où vous pouvez ne pas être d’accord sur ma phrase d’ouverture de ce billet, mais vous ne pouvez pas sérieusement argumenter que cette campagne avait été marquée par un élan référendaire important), 8% des électeurs Québécois avaient la tenue d’un référendum comme enjeu principal. On est donc à mi-chemin d’un référendum.

Il y avait aussi environ 20% qui désiraient la tenue d’un tel référendum, un nombre qui peut même grimper à 32% si on parle de référendum dans les 5 prochaines années.

Au final, soyons honnêtes, trouver 1 mio d’électeurs Québécois qui veulent un autre référendum n’est pas une tâche très compliquée, surtout si le mouvement est officiellement soutenu par le PQ. S’il y avait entre 20 et 30% des électeurs Québécois qui voulaient un tel référendum en avril dernier, au cours d’une campagne où ce sujet n’était utilisé que pour faire peur (essentiellement par le PLQ et la CAQ), il y aura toujours au moins 17% d’électeurs qui seront prêts à tenir une nouvelle consultation.

En même temps, le seuil proposé n’est pas ridicule non plus. Cependant, stratégiquement parlant, le PQ se doit d’être prudent. S’il instaure réellement un système où 1 mio de Québécois peuvent exiger la tenue d’un référendum, il y a un vrai risque qu’une minorité force la tenue d’un autre référendum perdant. Et je ne pense pas que le PQ désire cela. L’idée de ce seuil d’un mio est là pour (re?)lancer le mouvement est créer un momemtum pour le référendum (à l’inverse d’avoir le gouvernement imposant un autre scrutin). L’idée est potentiellement bonne mais risquée. L’appui à la souveraineté n’est actuellement pas suffisant pour gagner un référendum, mais il y a, même maintenant, plus d’un million d’électeurs qui voudraient un tel référendum. À bien y penser, on pourrait même imaginer que des fédéralistes signeraient la pétition afin de forcer la tenue d’un référendum perdant.

Sondage Crop montre le PLQ en baisse, CAQ à 30%.

- 26 septembre 2014

Un court billet pour parler du dernier sondage Crop qui montre un taux de satisfaction stable à 43%, mais les intentions de votes pour les Libéraux en baisse à 35% (-6 points). La CAQ est deuxième avec 30% et le PQ enrégistre je crois sa première progression après la défaite d’avril dernier en pointant à 21% (3 points de plus, mais toujours inférieur au résultat de la dernière élection). En l’absence d’un chef, le PQ fait relativement bonne figure. J’ai très hâte à la course à la chefferie et les sondages avec les questions hypothétiques (du genre « si PKP était le chef du PQ…. »).

En utilisant ces intentions de votes dans un modèle très simplifié (je n’ai pas encore mis à jour mon modèle traidtionnel), on obtient que le PLQ ne récolterait que 60 sièges. Le PQ tomberait à 20 sièges et la CAQ récolterait 41 députés. QS conserverait ses trois sièges mais gagnerait Hochelaga-Maisonneuse (note: comme d’habitude avec les sondages Crop, l’information vient au compte gouttes et au moment d’écrire ce billet, je n’ai pas les intentions de votes pour QS. J’ai ainsi projeté ce parti au même niveau que l’élection; Cela reste intéressant car cela signifie que ce parti peut remporter ce 4e siège sans progresser, tant que le PQ continue de baisser). Imaginez une Assemblée Nationale aussi divisée… Avec un gouvernement Libéral minoritaire et les 3 autres partis possédant la balance du pouvoir, y compris QS.

Au final, on s’entend, on est bien loin de la prochaine élection. Et le Parti Québécois n’a pas de chef. Mais on s’amuse comme on peut et vu qu’il y avait un sondage, je me suis dis que j’allais faire des projections rapidement.