La division du vote PLQ-CAQ

- 23 mars 2014

J’avais déjà publié un billet sur la division du vote entre partis souverainistes. Mais ce n’est de loin pas la seule division qui existe. Le PLQ et la CAQ sont tous les deux fédéralistes (ou du moins la CAQ semble l’être) et tous les deux de centre-droit. Tout comme la plupart des électeurs Péquistes ont Québec Solidaire comme 2e choix, la plupart des Libéraux ont la CAQ (et vice versa cette année). Par contre, je ne prétends pas, à aucun moment, que tous les électeurs CAQ sont fédéralistes, ou que tous les électeurs QS sont souverainistes. Ne me dites pas dans les commentaires que je fais cela svpl, ce n’est pas vrai. Je ne fais pas d’hypothèse ici, je fais juste utiliser l’information des sondages (les 2e choix, voir ci-dessous). Pour rappel, il semblerait que la CAQ ait proposé un accord de retrait mutuel de candidats au PLQ.

Je vais ainsi refaire le même exercice que lors de mon billet sur la division du vote entre partis souverainistes. Spécifiquement, je prends les projections les plus récentes (où, dois-je le rappeler, le PLQ est en tête) et je redistribue les votes CAQ pour mesurer l’impact de cette division.

Au final, il y a actuellement 26 comtés où il y a une possible division du vote entre Libéraux et CAQuistes. C’est-à-dire 26 comtés actuellement remportés par le PQ mais dans lesquels le total des voix pour le PLQ et la CAQ est plus élevé (et dans 25 ‘entre eux, le PLQ est le parti finissant 2e. La seule exception étant l’Assomption). À titre de comparaison, il n’y a que 11 (12) comtés dans la même situation avec la division entre le PQ et QS (et ON).

Mais tout comme il est faux d’imaginer que tous les électeurs QS se reporteraient sur le PQ si leur parti n’existait plus, on ne peut pas partir du principe que le PLQ récupérerait tous les votes CAQ. Si l’on regarde les 2e choix du sondage Léger du 15 mars, on voit que 43% des électeurs CAQ ont le PLQ comme deuxième option. C’est supérieur au 35% de Solidaires qui opteraient pour le PQ.

Je redistribue ainsi les votes de la CAQ (y compris dans l’Assomption, mais on pourrait/devrait redistribuer les votes PLQ et cela donnerait le même résultat ou presque) sauf bien sûr dans les 5 comtés actuellement projetés comme allant à la CAQ. Sur les 26 comtés en questions, il n’y a que 4 qui changent de bord. Il s’agît de Drummond-Bois-Franc, Laval-des-Rapides, Montarville et Sainte-Rose.

Pourquoi un nombre si faible? Premièrement, ce ne sont que 43% des électeurs CAQ qui se reportent. Et à cela, il faut remarquer que 17% s’en vont au PQ (cela peut sembler faible mais pourrait permettre de sauver Argenteuil par exemple). Deuxièmement, il semblerait que l’avance du PQ soit juste trop importante dans les 22 autres comtés. De nouveau, à titre de comparaisons, le PQ récupérerait 2 (4) sièges sur 11 (12) si QS (et ON) ne présentaient pas de candidats (il s’agît d’Abitibi Est, La Prairie, Jean-Lesage et Sant-François). Le taux de conversion si je peux utiliser ce terme est ainsi supérieur pour les partis souverainistes que fédéralistes.

Néanmoins, si QS et ON n’existaient pas, le PQ remporterait 64 sièges au lieu des 58 projetés (les 4 gains + Mercier et Gouin). À l’inverse, le PLQ remporterait 69 comtés su la CAQ n’existait pas. La division du vote entre partis fédéralistes semblent légèrement plus important, mais c’est seulement car la CAQ a davantage de sièges. Dans les faits, chaque camp perd 4 sièges en raison de la division du vote.

La question qui vient naturellement à l’esprit est: et si il n’y avait que le PQ et PLQ? Il n’est pas si facile d’y répondre car l’ordre de la redistribution pourrait influencer. Par exemple, si je redistribue les votes QS en premier, 12% s’en vont à la CAQ. Et lorsque je retire la Coalition, 43% s’en vont au PLQ. Mais cela voudrait dire que le PLQ recevrait 43% du 12% de QS. Mais à l’inverse, que devrais-je faire avec les 13% de CAQ qui ont QS comme 2e choix, vu que cette option a déjà été enlevée? Au-delà du fait que c’est un peu compliqué mathématiquement, cela devient moins réaliste. En effet, en faisant cela, on part du principe que les 3e choix de ces électeurs sont identiques aux second choix des autres électeurs.

Pour simplifier, je ne redistribue que les votes qui ont comme deuxième choix un parti qui existe encore dans cet exercice. Ainsi, les 13% d’électeurs CAQ qui ont QS comme 2e choix ne sont pas redistribués et ne voteraient pas. Au final, vous êtes les bienvenue pour faire toutes les redistributions, mais je doute que cela changerait beaucoup les choses (quand t’es rendu à répartir 13% du 17%…).

En procédant ainsi (et en ne laissant que le PLQ, PQ et les Verts), les projections en sièges seraient de 67 PLQ et 58 PQ. Dans ce cas là, le PQ gagne bien sûr Mercier et Gouin, mais ce sont ses seuls gains. Le PLQ récupère les 5 comtés CAQ + 2 gains (Sainte-Rose et Montarville). Drummond et Laval-des-Rapides resteraient finalement PQ (à l’inverse, Abitibi Est, La Prairie, Jean-Lesage et Saint-François resteraient au PLQ). Bien sûr, rappelez-vous que ces scénarios sont complètement hypothétiques. La campagne serait fort différentes s’il n’y avait réellement que le PLQ et le PQ. De plus, les estimations des 2e choix sont variables d’un sondage à l’autre. Néanmoins, je trouve ce genre d’exercice intéressant et fun. Je crois que l’on peut conclure que tant le PLQ que le PQ font face à une petite division du vote.

Après, vous êtes libres de voter stratégiquement si cela vous chante, je persiste à penser que vous devriez voter pour le parti que vous préférez. Et surtout, je maintiens que les électeurs ne devraient pas avoir à se soucier de cela et que l’on devrait avoir une réforme du mode de scrutin.

 

Abonnez-vous à cet article

21 commentaires

  1. Merci pour tous ces calculs et suppositions.

    On voit pourquoi Couillard et les libéraux veulent tellement polariser l’électorat québécois en faisant dévier l’élection générale vers une élection référendaire sur un référendum théorique. Cela leur permet de faire le plein de votes arrachés à la CAQ.

    De l’autre côté, dans le même contexte artificiel, un vote pour Québec Solidaire est en fait un vote pour le PLQ. On n’en sort pas.

  2. Je suis d’accord comme ON, QS et la Commission de la Relève de la Coalition Avenir Québec (CRCAQ) pour un mode de scrutin proportionnel mixte. Le PLQ a déjà envisagé sous Charest. Le PQ a déjà eu à son programme.

    Il n’est pas urgent d’avoir un mode de scrutin tenant compte de l’espérance de vie. En écrire est une façon de soulever la question du surpoids électoral des boomers sur les X et les Y. L’âge moyen de l’électeur est de 48 ans. J’aimerais qu’il soit de 40, près de l’âge moyen de la population, 41,6, à mi-chemin entre 15 et 65, à mi-chemin entre 5 et 75 si vous préférez ou 25 et 55. En permettant aux moins de 18 ans l’exercice de leur droit de vote, par les parents le temps qu’il faut bien entendu, j’ai estimé que l’âge de l’électoral diminuerait de 4 ans par parent biologique.

    En matière de représentation, l’urgence est à l’adoption d’un mode de scrutin ou le nombre de députés élus par parti est assez proportionnel au nombre de votes obtenus par ces partis. Le Mouvement pour une démocratie nouvelle propose le remplacement de notre mode de scrutin actuel uninominal majoritaire un tour par un mode de scrutin proportionnel mixte. Le rajeunissement de l’électorat est moins urgent pour une élection prévue pour 2016 que pour un éventuel référendum sur la souveraineté. Ça donne du temps…

    Si ce mode de scrutin avait été en vigueur en septembre 2012, le PQ aurait quelque chose comme 40 députés plutôt que 54, le PLQ 39 plutôt que 50, la CAQ 34 plutôt que 19, QS 8 plutôt que 2, ON 2 plutôt que 0, le Parti vert 1 plutôt que 0 et la Coalition pour la constituante 1 plutôt que 0.

    Au total, ça donne quelque chose comme 52 souverainistes max, 75 non-souverainistes max. Le PQ formerait encore le gouvernement un peu plus minoritaire, en moins grand nombre. La CAQ et QS en seraient sortis gagnants. La représentation des X et des Y serait sans doute meilleure.

  3. Les intéressantes simulations de M. Breguet montrent que si les tiers partis QS et ON n’avaient pas présenté de candidats à l’élection de 2012, le Parti Québécois aurait emporté une majorité des sièges et nous ne serions pas en élection présentement, au coût de plusieurs centaines de millions de dollars.

    En effet, lors de l’élection de 2012, la division entre le Parti Québécois et les deux tiers partis QS et ON a sans doute coûté au PQ sa majorité.

    Par conséquent, ceux et celles qui ne souhaitent pas l’élection des libéraux de Philippe Couillard le 7 avril devraient voter pour le candidat du PQ, et non pas pour les tiers partis.

  4. Yvon dit :

    La division du vote ce fera entre le anglophones ontariens et les francophones Québécois !
    Couillard ne doit rien à personne sauf aux anglais et aux allophones et musulmans.

    Des centaines d’étudiants ontariens se sont présentés dans plusieurs circonscriptions pour s’enregistrer sur les listes électorales, ont indiqué deux directeurs de scrutin. La plupart sont de McGill et de Concordia.

    Le Journal de Montréal a parlé avec des étudiants de l’université McGill hier qui disaient se passer le mot pour s’encourager à aller voter.
    Caroline Pailliez

    Cinq circonscriptions électorales de Montréal et de l’Estrie sont aux prises avec une affluence «anormale» de personnes anglophones et allophones qui demandent à être inscrites sur les listes électorales sans pouvoir établir avec certitude leur lieu de résidence.
    Régis Caron

  5. David dit :

    J’espère un jour voir un système mixte du genre

    25 députés sont élu selon des circonscriptions à nombre X de citoyens (une circonscription serait physiquement plus petite à Montréal, de par sa densité et inversement, serait plus grande dans le nord du Québec par exemple)

    75 députés sont élus proportionnellement au nombre de votes. (ainsi, un parti comme l’ADQ dans le temps aurait eu plus que 5 députés malgré le 18% des votes obtenu. On pourrait dire de même pour QS en ce moment)

    Le vote pour le poste de PM devient une sélection séparée, comme c’est présentement le cas au municipal.

    La sélection du PM se fait en même temps que la sélection proportionnelle (qui elle n’est pas attachée aux circonscriptions, mais bien au % global)

    30 mois après l’élection proportionnelle, le vote par circonscription à lieu pour élire les 25 députés fixes.

    Le but ici est de mettre un « check and balance », pour éviter qu’un gouvernement ne se fie qu’à sa majorité pendant 4 ans et innonde la population de cadeaux la dernière année pour assurer son élection.

    Un mauvais gouvernement pourrait rapidement (30 mois « seulement » se retrouver dans une situation minoritaire)

  6. Pierre-Paul Haineault dit :

    Vous dites
     » Néanmoins, je trouve ce genre d’exercice intéressant et fun. »

    Le problem avec ce genre d’exercice est qu’il fait la promotion de mauvaises valeurs. Il est sain dans une société de faire la promotion de plusieurs partis qui n’ont pas comme objectif de diviser le vote, mais de faire la promotion d’alternative.

    Dans une société comme la nôtre, où depuis trop longtemps on a seulement deux partis, on se retrouve a avoir des parti vide sans valeur réel et qui au final ne travaille plus pour la société, mais vise seuilement à gagner des elections.

    Vous allez dire que le PQ est Souverainiste ou indépendantiste et que cela est un objectif par lui-même. Nous ne sommes pas dans une situation de société opprimée et nous sommes dans une société où la démocratie prime. Avons-nous réellement besoin de nous séparer du Canada pour être une société où il fait bon vivre?

    Si au lieu de jouer à la victime opprimée
    - si on travaillais pour devenir un société où il fait bon vivre en commençant par comprendre pourquoi on ne l’est pas ainsi qu’en comprenant ce que cela prend?
    - cela nous amenerais à comprendre des choses que certains ne veulent pas que nous comprenions comme par exemple le niveau réel de la situation financière de la province.

    L’existence de partis autres que les anciens n’est pas une division du vote mais est le résultat d’une vision différente ou encore la promotion sous une forme officielle d’un écoeurement chronique.

    L’apparition de nouveaux paeri souvent découle d’une prise de conscience sociale, d’une évolution des perceptions ou des faits, et donc d’une evolution de la maturité de la société mais le syndrome de la division du vote utilisé par les anciens partis n’aide pas la société à évoluer.

    Est-ce vraiment un exercice le fun?

    En Europe, il y a souvent des élections avec 10-15 partis ce qui force les partis à avoir des idées et les électeurs à comprendre.

  7. sco100 dit :

    @Yvon

    Si ces étudiants ont le droit de vote, qu’on les inscrive sur la liste et qu’ils votent. Je soupçonne que plusieurs avaient déjà ce droit à la dernière élection mais ne s’en sont pas prévalu faute d’enjeu mobilisateur. Comme la donne a changé et que leur vote peut faire la différence, ils souhaitent s’en prévaloir ce coup-ci, d’où l’afflux soudain. C’est pas sorcier.

  8. Raymond Lafrance dit :

    Cette élection c’est à rien comprendre. La police a fait des perquisitions à la permanence du PLQ, dans des firmes d’ingénieurs, au domicile de l’organisateur Marc-Yvan Côté et il va avoir des électeurs pour voter pour eux.Ça me fait penser lors de la commission Gomery des députés libéraux avaient été réélus, je me suis dit plusieurs personnes n’ont pas encore de télévision–)))

    J’aimerais bien que le DGE aille faire un tour dans les permanences de tout les partis politiques pour voir si ce sont des vrais bénévoles à part les employés des partis? Au Québec la contribution maximale à un parti politique est de 100$ mais offrir des comptables, des commis de bureau, avocats à temps plein ou des syndicalistes voir même des travailleurs communautaires ça fait pas parti du 100$.

  9. vonGrubben dit :

    Très bon article…comme d’habitude! Moi même caquiste, il est interessant de voir comment le nombre de siège peut varier considérablement si une petite partie de l’électorat du PLQ migrerais ver la CAQ.

  10. claude dulac dit :

    Plus simple de réduire à 80 comtés représentatif et moins coûteux. Rajouter du personnel de soutien.
    mieux payer les députés pour un meilleur choix.
    NB actuellement le grand perdant du votre stratégique pour le parti libéral serait la perte de remboursement de dépenses électorales.

    je m’interroge sur des candidats motivés sur la vengeance au détriment de leurs convictions politiques.
    la CAQ va se retrouver«comme un candidat» les culottes par terre.

  11. carlos dit :

    Le parti québécois de madame Marois a le même discours de Parizeau en 1995:
    ‘On a perdu à cause de quoi? Le vote ethnique et l’argent’… en plus des autres remarques racistes…
    Il semble que la panique des sondages les aie fait se remettre à l’origine ethnique des personnes inscrites pour voter pour essayer de gagner de votes. C’est la façon que les péquistes l’on fait auparavant avec la charte d’exclusion… Ils devraient avoir honte !
    Ça serait idéale que, le 7 avril, le PQ soit défait de la même façon que le Bloc de Duceppe. C’est à madame Davi de Québec solidaire d’occuper la place qui va laisser le PQ. En attendant, on va voter libéral !

  12. Lili-Rose dit :

    Lili-Rose dit:
    23 mars 2014 à 14h50
    Voilà pourquoi M. Couillard se réjouissait ce matin lorsqu’on a annoncé que des étudiants ontariens et d’autres personnes du reste du canada s’inscrivent pour voter au Québec.Les magouilles continuent et ça fait longtemps que ça dure.Je dis ceci à M. Couillard: à vaincre sans péril on triomphe sans gloire.

  13. Roger Gobeil dit :

    Ouille alors… !

    Vous êtes tout un méchant équilibriste, M. Breguet.
    Avec tout ça, vous m’avez mêlé pas mal.

    J’ose quand même une prédiction… minoritaire Libéral avec la balance du pouvoir à QS.
    Ce serait comique, non !

  14. Marc Bineault dit :

    Je sais que demander aux tierces partis souverainistes de voter pour le PQ peut s’avérer difficile, mais essayons de mettre de côté nos chicanes, et unissons-nous ! Nous ne pouvons nous permettre de laisser entre les mains de Couillard et sa gang les quatre prochaines années, minoritaire ou majoritaire. Pas vrai qu’un parti ayant fait croître le cynisme et la corruption puisse encore voguer librement vers le pouvoir. Je crois peu aux sondages (sachant déjà que les sondés peuvent être manipuler par des questions tendancieuses ou encore de l’extérieur si l’on se fie au sondage Ipos de Toronto sur l’élection du Québec). Si l’union des souverainistes et même les fédéralistes déçus ne votent pas de façon stratégique pour le PQ , le pire est à venir. Soyons aussi verreux que le PLQ qui brandit la peur du référendum pour gagner des points (de toute manière leur programme est trop pauvre pour gagner raisonnablement) . Il ne faut pas que le PLQ gagne par défaut !

  15. Sylvain Latulippe dit :

    @ David

    Je suis d’accord avec votre énoncé, sauf que pour les candidats fixes, je préfère que ce soit un ou deux par région. Je me demande aussi si la proportionnelle ne devrait pas être accompagnée de certaines conditions. En effet, si on jase comme ça, il ne faudrait pas par exemple qu’un parti ait un député spéciale qui serait élu uniquement en raison d’une ville qui voudrait faire la promotion d’un projet. Il faudrait donc que les pourcentages soient étalé sur plusieurs circonscriptions. De plus, je verrais aussi l’élection du vérificateur général en même temps que le PM, question de pouvoir balancer les choses.

  16. Alexandre dit :

    Merci beaucoup pour cet article fort intéressant :). Il est très intéressant de voir que la division du vote à au final un impact assez limité. Dans le cas de la division des partis « fédéralistes » je m’attendais à une dizaine de siège en faveur du PLQ.

    Merci beaucoup!

  17. Francine dit :

    Bonsoir M. Berguet, je trouve Intéressant votre analyse, mais également préoccupée quant à l’influence qu’elle aura sur les intentions de votes des Québécois, en publiant des probabilités d’un parti PLQ majoritaire. Cela ressemble aux campagnes de peur qu’exercent Philippe Couillard au PLQ, François Legault à CAQ et certains autres médias libéraux-fédéralistes.
    Lorsque j’écoute les bulletins de nouvelles, sur certaines chaines télé ou radio, telles Radio Canada et 104,7FM en Outaouais, etc. qui trop souvent dévoilent leur couleur, par leurs propos, leurs expression, ce qui, encore une fois, influences les intentions de vote.
    ** Il reste plus d’une semaine, et je crois sincèrement que le vent peut tourner en faveur du PQ, puisque les électeurs vont peut-être réaliser que le PLQ et la CAQ n’ont pas de plateforme crédible, à l’exception de quelques propositions intéressantes qu’ils ont du PQ ou de QS, De plus, je ne me sens pas rassurée par les intentions du PLQ de privatiser les soins de santé, le développement du Plan Nord etc., aux profits de ses amis médecins et investisseurs locaux et étrangers, ainsi que les déclarations de la CAQ, soit l’abolition des commissions scolaires, coupures de postes au sein de la fonction publique, l’exploitation des berges du Saint-Laurent aux profits de leurs tis-amis également, ces deux partis se soucient peu des électeurs. Il serait recommandé que électeurs québécois fassent leur devoir et des recherches pour découvrir qui sont vraiment Philippe Couillard et François Legault, ils découvriront que Philippe Couillard qui a quitté le PLQ presque à la même période des débats entourant la corruption, en plus de ses alliances douteuses avec Porter et l’Arabie Saoudite, etc. Quant à M. Legault ancien souverainiste en faveur d’un référendum et le voilà maintenant qu’il change son orientation en léchant les bottes du PLQ. Une réflexion s’impose avant de voter pour le parti qui travaillera dans les intérêts de tous les…

  18. d.laprade dit :

    @ Yvon,
    je vous invite a ecoute tres attentivement ce que le DGE dit aux nouvelles sur cet evenement et cela dans les circonscriptions mentionnees. Pour ce qui est de ceux qui essaient de s’inscrire et bien s’ils ne rencontrent pas les criteres ils ne voteront pas.
    excusez-moi pour la ponctuation.

  19. Pierre Desroches dit :

    Je penses que votre simulateur a pogné un virus. Avec seulement 3 % du vote, QS garde 2 comptés, soit Mercier et Gouin, et avec seulement 2% du vote, il garde encore Mercier ??
    Je penses que vous allez perdre votre crédibilité en essayant de nous en passer de petites vites. On est pas tous brillant au Québec, mais on est pas tous fous non plus. Un peu de rigueur ne vous ferait pas de tort. Votre jupon de gauche caviar fédéraliste commence à paraître. Et, peu importe les 10% que vous donnez à Couillard dans Roberval comme candidat vedette, il va perdre et cela va ainsi démontrer que votre site n’est pas si sérieux et surtout si scientifique que vous voulez nous le faire croire.

  20. Brico dit :

    En lisant les commentaires, on voit bien que la toute dernière astuce péquiste a fonctionné i.e. faire croire que les étudiants du ROC font faire basculer l’élection! Si vous lisez le Devoir d’aujourd’hui, tous verront que le soi-disant sursaut d’intérêt électoral de ces étudiants n’a pas eu lieu, les révisions de liste électorale étant moins nombreuses – sauf une – en 2014 qu’en 2012 dans les cinq circonscriptions en question. À moins que le PQ prépare une justification de prochaine défaite qui s’annonce douloureuse.

  21. richard dit :

    le PQ dira, sans rougir, après la défaite du 7 avril, que le PLQ a ramené des milliers d’étudiants ontariens pour nous voler le scrutin. il pleurnichera auprès du DGA et usera des médias de Peladeau pour annuler les élections, et surtout, il réactivera Martine Desjardins, Léo Blouin pour taper les casseroles. il fera sortir les syndicats véreux avec qui Blanchet a conclu des deals. ainsi de suite. pauvres péquistes

Laisser un commentaire

 caractères disponibles